LA REGION RHONE-ALPES : LE TISSU URBAIN
(Novembre 2000, Jean-Paul Collicard)

LA CARTE DU MOIS (8)

  La carte L'analyse et les graphiques   La fiche technique Le croquis modélisant

Projection LambertII, Méridien de Greenwich

I- Définitions

- Spatiale : le cadre de la carte est défini par les limites administratives de la région Rhône-Alpes

- Thématique : cartographier la situation actuelle et l’évolution démographique entre 1990 et 1999 des différentes composantes urbaines de la région, des aires urbaines aux communes

- Le tissu urbain : Ce terme peu géographique, mais imagé pour « rendre » un espace, correspond à l’ensemble des dispositifs spatiaux et distributions spatiales[1]d’un espace. Il comprend le réseau urbain (villes reliées par des axes sur lesquels circulent des flux), l’armature urbaine (desserte et encadrement territorial dévolu à l’ensemble des villes). Il est basé sur une organisation hiérarchique des villes entre elles, sur un maillage plus ou moins serré. Ainsi Denise Pumain[2] emploie-t-elle l’expression « système de villes ».

II- Les critères

La problématique de la carte propose de mettre en avant la composition d’un espace, en l’occurrence un espace urbain. Cette analyse se base sur des critères de structure des espaces en fonction du type de communes (une trame administrative), d’une part, et d’autre part sur une hiérarchie des villes.

Pour les espaces : les 9 départements composant la région Rhône-Alpes

Pour les lieux : les villes de plus de 5.000 hab (dans les limites municipales) de la région Rhône-Alpes.

III- Le protocole d’étude et ses limites

Le travail mené est tributaire de la parution des données du dernier recensement, et donc de l’INSEE qui en a la charge. En Juillet 1999 l’INSEE produisait un premier CD.Rom « les résultats provisoires du recensement » qui fournissait les chiffres bruts de 90% des villes (dans les limites municipales), de la totalité des départements et des régions ; ces données très proches (écart à la marge) des résultats définitifs actuels, gardent toute leur valeur. Depuis le mois de Mai, l’INSEE sur son site Internet livre des résultats plus complets, téléchargeables, que nous avons utilisés ici[3].

Une des limites majeures de l’étude est la complexité des espaces urbains ; depuis une dizaine d’années, l’INSEE a affiné la définition d’un espace urbain, en plaçant les relations d’emplois entre villes comme critères majeurs d’une aire urbaine.

- Commune: population municipale vivant dans les logements ou des collectivités de la commune.

- Aire urbaine : ensemble de communes d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine offrant au moins 5000 emplois) et une couronne périurbaine  composée de communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40% de la population résidente possédant un emploi travaille dans le reste de l’aire urbaine[4]. 

IV- Les données : les départements

 

 

> 250

(1)

 

(2)

250

100

 

100

50

 

50

20

 

20

10

 

10

5

 

< 5

 

AIN

419

 

 

 

 

 

 

64841

2

21608

2

78413

11

370979

404

ARDECHE

339

 

 

 

 

 

 

 

 

50202

4

36122

5

191276

330

DROME

370

 

 

 

 

63437

1

63716

2

30000

2

60487

8

197460

357

ISERE

533

 

 

150758

1

 

 

143470

5

93723

6

188902

29

439347

492

LOIRE

327

 

 

199396

1

 

 

103760

3

78405

6

101245

13

263494

304

RHONE

293

415487

1

116872

1

60444

1

327597

10

119733

8

155665

21

313202

251

SAVOIE

305

 

 

 

 

54120

1

24683

1

17411

1

48418

7

203668

295

HTE.SAVOIE

293

 

 

 

 

 

 

105714

3

76975

5

137407

14

248204

271

REGION

2879

415487

1

467026

3

178001

3

767940

26

488057

34

806659

108

2227630

2704

(1)     en milliers , (2) nombre de villes (population municipale)

Tableau 1: répartition de la population départementale en fonction de la taille et du nombre de communes en 1990

 

 

> 250

(1)

 

(2)

250

100

 

100

50

 

50

20

 

20

10

 

10

5

 

< 5

 

AIN

419

 

 

 

 

 

 

64725

2

22133

2

85698

14

342714

401

ARDECHE

339

 

 

 

 

 

 

 

 

39207

3

46524

6

200269

330

DROME

370

 

 

 

 

63328

1

63778

2

30281

2

64338

9

216075

355

ISERE

533

 

 

151847

1

 

 

144453

5

108410

7

195783

29

493513

491

LOIRE

327

 

 

179708

1

 

 

96691

3

76261

6

101579

14

273761

303

RHONE

293

445263

1

121986

1

56047

1

315860

10

141596

10

143877

20

354171

250

SAVOIE

305

 

 

 

 

56172

1

25702

1

28198

2

39639

6

223539

295

HTE.SAVOIE

293

 

 

 

 

50262

1

55935

2

115462

8

119431

18

290510

264

REGION

2879

445263

1

453541

3

225809

4

767144

25

561548

40

796869

117

2394552

2689

(2)     en milliers , (2) nombre de villes (population municipale)

Tableau 2 : répartition de la population départementale en fonction de la taille et du nombre de communes en 1999

 

Population

département

> 250

(1)

250

100

100

50

50

20

20

10

10

5

< 5

AIN

515 270

 

 

 

12.6

4.2

16.7

66 ,5

ARDECHE

286 023

 

 

 

 

13.7

16.2

70.9

DROME

438 778

 

 

14.3

14.3

6.8

14.6

49.4

ISERE

1 094 006

 

13.8

 

13.1

9.8

17.8

45.5

LOIRE

728 524

 

24.6

 

13.3

10.5

13.9

37.7

RHONE

1 578 869

28.3

7.7

3.5

20.0

9.0

9.0

22.5

SAVOIE

373258

 

 

15.1

6.8

7.6

10.5

60.0

HTE.SAVOIE

631 679

 

 

8.1

8.7

18.2

18.9

46.1

REGION

5 646 407

7.9

8.0

4.0

13.6

10.0

14.1

42.4

Tableau 3 : répartition de la population départementale en fonction de la taille des communes en 1999 (en pourcentage)

V- Les données : les aires urbaines

 

aire urbaine

pôle urbain

commune

 

 

 

 

Lyon

1 597 662

1 309 596

445 263

Grenoble

504 849

418 944

151 847

Saint Etienne

307 697

288 244

179 708

Genève-Annemasse

207 177

106 673

27 084

Annecy

179 702

136 815

50 262

Valence

159 511

109 988

63 328

Chambéry

128 735

111 341

56 172

Roanne

100 823

73 976

38 863

Bourg en Bresse

90 467

57 198

40 614

Saint Chamond

84 925

79 446

37 330

Thonon

68 579

58 834

28 851

Villefranche

65 740

58 409

30 061

Romans

60 824

50 406

32 561

Montélimar

55 461

43 584

31 217

Vienne

55 062

44 985

29 941

Tableau 4 : les composantes des aires urbaines de plus de 50.000 hab. en 1999

 

 

aire urbaine

commune

variation

variation

 

 

1999

1990

1999

1990

aire

commune

Lyon

1

1 597 662

1 507 356

445 263

415 487

0,6%

0,7%

Grenoble

2

504 849

477 219

151 847

150 758

0,6%

0,1%

Saint Etienne

3

307 697

330 539

179 708

199 396

-0,7%

-1,0%

Genève-Annemasse

4

207 177

185 038

27 084

27 669

1,2%

-0,2%

Annecy

5

179 702

161 604

50 262

49 644

1,1%

0,1%

Valence

6

159 511

151 803

63 328

63 437

0,5%

0,0%

Chambéry

7

128 735

117 013

56 172

54 120

1,0%

0,4%

Roanne

8

100 823

103 531

38 863

41 759

-0,3%

-0,7%

Bourg en Bresse

9

90 467

85 744

40 614

40 972

0,6%

-0,1%

Saint Chamond

10

84 925

86 650

37 330

38 878

-0,2%

-0,4%

Thonon

11

68 579

63 556

28 851

28 401

0,8%

0,2%

Villefranche

12

65 740

61 687

30 061

29 542

0,7%

0,2%

Romans

13

60 824

58 487

32 561

32 734

0,4%

-0,1%

Montélimar

14

55 461

52 559

31 217

29 982

0,6%

0,4%

Vienne

15

55 062

52 135

29 941

29 449

0,6%

0,2%

REGION

 

3669213

3496911

1245101

1234218

0,5%

0,1%

Tableau 5 : les variations de population des aires urbaines > 50000 hab. entre 1990 et 1999

VI- Un petit commentaire et une première analyse

La situation actuelle de la répartition des unités urbaines de l’espace rhône-alpin, nous mène à remarquer le poids des « petites villes » inférieures à 5.000 habitants ; elles représentent 42% de sa population (stable par rapport à 1990). Ce poids est toutefois très variable : de plus de 70% dans l’Ain et l’Ardèche à 22% dans le Rhône. Cette constatation ne peut suffire pour affirmer l’aspect plus ou moins rural d’un espace; elle permet toutefois de souligner la grande hétérogénéité entre rural/urbain de la région. L’opposition est très forte entre des départements à la forte tradition rurale (Ain, Ardèche, voire Savoie) et ceux du Rhône et de la Loire.

Au regard de l’évolution entre les deux recensements, il apparaît que seul le groupe des petites communes a connu une croissance supérieure aux moyennes départementale et régionale (à l’exception de l’Ain). Cela peut correspondre à une tendance lourde observée par l’INSEE, avec un désserrement des banlieues des grandes villes au profit de petites communes.

En ce qui concerne le système de villes, les aires urbaines de plus de 50.000 habitants sont au nombre de quinze. Elles représentent 65% de la population de la région. Ce chiffre élevé indique une urbanisation conséquente, organisée en réseau : le système de villes est donc une réalité pour la région Rhône-Alpes (voir graphiques).

Seule l’Ardèche ne possède pas d’aire urbaine – nous avons le département le plus rural de tous -, alors que Lyon dépasse la population de son département, que la Haute Savoie possède trois aires urbaines (Annemasse, Annecy, Thonon), comme la Loire (Saint Etienne, Saint Chamond, Roanne). A partir de ces données nous réalisons une première approche de l’organisation du réseau de villes rhône-alpin tenant compte d’une donnée nouvelle qui concerne la prééminence lyonnaise (aujourd’hui contestée par l’aire binationale genevoise). Aussi nous choisissons de représenter une organisation bi-céphale : 

·        Le système de villes lyonnais (en jaune) relativement ancien, s’est plus particulièrement structuré avec l’urbanisation des années d’après guerre, autour d’une organisation en triple métropoles d’équilibre, dont Lyon garde la maîtrise. Le développement des systèmes de relation (autoroutes, TGV, lignes aériennes…) dans le contexte européen font de Lyon une vraie capitale-métropole. Grenoble, grâce à son dynamisme –contrairement à Saint Etienne – a pu faire valoir des arguments pour conserver une relative indépendance.

·        Autour de Genève, les échanges frontaliers, constituent à présent un ensemble bi-national qui possède ses propres forces , regroupe l’ensemble de la Haute Savoie et une partie de l’Ain. Genève de par ses fonctions, ses équipements (TGV, aéroport…) joue elle aussi ce rôle de métropole pour environ un cinquième de la région Rhône Alpes. La dynamique très puissante de cette région est liée à l’espace transfrontalier.

Enfin, trois villes sont sous des influences contraires : Annecy (Genève/Lyon) ,Chambéry (Grenoble/Lyon) et Valence (Marseille/Lyon) . 

Schéma : essai de représentation schématique : Le système de villes rhône-alpin : un réseau bi-céphale



[1] D’après R.Brunet, les mots de la géographie, la documentation française

[2] D.Pumain, les systèmes de villes, Encyclopédie de Géographie vol2, Economica 1993

[3] www.insee.fr

[4] INSEE Première, Janvier, Avril 2000