Retour

Présentation introductive sur les nouveaux programmes d’histoire-géographie en première S, ES / L mettant l’accent sur ce qui diffère des programmes de 1995 puis sur les différences entre L-ES et S.

Cela ne légitime pas des regroupements d'effectif (L, ES, S).

Catherine Bras et Béatrice Vincent

Téléchargement :

I - Contenu en première S :
(en insistant sur les points communs et différences avec le programme de 1995)

¤ Tableau de la France durant la " Belle époque " : pas d’approche chronologique mais un tableau

¤ France dans la 1ère guerre mondiale : disparition de l’étude factuelle du conflit (causes, déroulement, conséquences) au profit du vécu et des représentations des Français pendant et après la guerre

=> une innovation : notions de mémoire et de souvenir = histoire moins politique et plus sociale et sociologique.

¤ Les années 1930 : centré sur l’étude de la crise multiple que connaît la France. On retrouve ici le thème de la mémoire avec le Front Populaire.

¤ Etude des trois grandes formes du totalitarisme : fascisme, nazisme et socialisme en URSS = ce qu’ils ont en commun, ce qui les différencie, la mise en œuvre de pratiques.

¤ 2ème guerre mondiale : Son étude est réintroduite en première, l’étude factuelle est réduite à la portion congrue (se fait à partir de cartes) avec 2 zoom sur la politique nazie d’extermination et sur la France pendant la guerre (pour la France ceci ne diffère pas beaucoup du programme de Terminale actuel).

¤ On retrouve les éléments de l’ancien programme : y a-t-il une identité européenne ? Qu’est-ce qui la fonde ? Quelles sont les limites de l’Europe ? Mais on insiste aussi sur l’inégalité du peuplement (ce thème n’étant pas repris ensuite pour la France)

¤ Approche géopolitique mise en avant (morcellement mais aussi regroupements notamment dans le cadre de l’UE ; élargissement / approfondissement ; rôle de la France)

¤ Une nouveauté : l’étude d’une région qui doit se faire à partir d’une étude de cas devant permettre une réflexion autour de la notion de " région " et devant la replacer dans des contextes d’échelles différentes (national, européen, voire mondial…)

¤ Réseaux divers (urbains et de communication) et pôles organisent les territoires.

¤ La mobilité des hommes : étude des migrations menée à une double échelle : française et européenne. (flux touristiques exclus)

¤ Les milieux entre nature et société (nouveauté dans la lignée du programme de seconde) : volonté de supprimer toute étude déterministe ou de " pure géographie physique ",.

¤ L’espace économique : grands traits de l’organisation de l’espace économique en France avec prolongements européens puis étude au choix d’un seul espace pour lequel on étudie les paysages et les effets des politiques européennes.

¤ Disparités spatiales et aménagement des territoires : Pas de changements marquants par rapport à l’ancien programme mais on privilégie l’étude d’un exemple à l’échelle locale en étude de cas.

 

 

II – Les programmes de ES et L :
(en insistant sur les points communs et différences avec le programme de 1995)

¤ Nouveauté = " cadre territorial et démographique "
¤ Puis étude politique de la France de 1848 à 1914. Proche de l’ancien programme, mais avec un accent mis sur la Commune, puis sur l’enracinement d’une culture politique républicaine (de 1879 à 1914).

¤ Intro : On reprend le thème des aspirations nationales et des différences entre les régimes politiques mais de manière plus synthétique en s’appuyant essentiellement sur des cartes historiques et en confrontant à l’exemple français vu en I
¤ Etude " classique " de la 1ère guerre mondiale avec l’étude de la révolution russe
¤ La crise des années 1930 est traitée à partir de l’exemple de la France. L’étude d’autres pays pendant l’entre-deux-guerres disparaît.
¤ Idem qu’en S pour les totalitarismes et la 2ème guerre mondiale.

¤ L’accent est mis sur le morcellement et sur les grands ensembles géopolitiques (comme en S) ; un ex recommandé, qui peut être traité en liaison avec le cours d’Histoire : Etats de l’ex-empire d’Autriche-Hongrie pour mettre en évidence le poids des héritages et le rôle des frontières.
¤ L’Union européenne (voir S)
¤ Etude de deux Etats dans l’Union européenne au choix (nouveauté dans la manière de les étudier et dans la possibilité d’étudier l’Allemagne, jusqu’à présent vue en Terminale comme puissance).

¤ Même orientation que le programme de S mais plus approfondie avec notamment la notion de métropolisation et une étude des flux de transport s’appuyant sur une étude de cas obligatoire : les grands axes de communication transalpins.
¤ Idem qu’en S pour ce qui concerne la mobilité des hommes.

¤ Peuplement et répartition de la population (rejoint l’ancien programme)

¤ Des milieux entre nature et société (voir S)
¤ L’espace économique (voir S)
¤ Disparités spatiales et aménagement du territoire (voir S)

¤ Etude du fait régional, à partir d’une région d’Europe de préférence celle dans laquelle se situe le lycée (étude de cas) => pas de monographie et son étude est menée à 3 échelles : nationale, européenne et éventuellement mondiale.
¤ Etude des disparités régionales en France et en Europe (double échelle) puis présentation des politiques de rééquilibrage et de rapprochement conduites à l’échelle de l’Union Européenne.
III – Choix pédagogiques :

LES PRINCIPALES DIFFERENCES CONCERNANT LE CONTENU ET LA MANIERE D’ABORDER LES PROGRAMMES
DE PREMIERES ENTRE LES SERIES S ET ES/L


Ce qui n’est pas abordé en S

Ce qui est abordé différemment
en S-ES/L

Géographie

- Etude de 2 Etats dans l’Union Européenne (I – 3)

- Peuplement et répartition de la population (III – 1)

- Disparités régionales en France et en Europe (IV – 2)

- Le fait régional : en ES/L = une région d’Europe (celle du lycée) alors qu’en S = une région en France ou dans un autre état de l’Union Européenne.

- Réseaux et flux :
* S = réseaux urbains et de communication

* ES/L = métropolisation et réseaux urbains, flux de transport et réseaux de communication (étude de cas obligatoire).

- L’Europe des Etats et l’Union Européenne : en ES/L = l’étude des grands ensembles géopolitiques est plus détaillée ( elle s’appuie sur l’exemple de l’ancien empire d’Autriche-Hongrie ) ainsi que celle des différentes conceptions nourrissant le débat sur la poursuite de la construction européenne.

 Histoire

- Etude de l’Europe et du monde dominé

(I – 3)

- Religion et culture : il ne faut pas le traiter en tant que tel (I-2) mais peut être abordé à partir de l’étude de la France

- La France de 1848 à 1900 disparaît (II-2 et une partie du II-3) ainsi que l’étude de son cadre territorial et démographique (II-1)

- Disparition de l’étude des phases de la 1ère guerre mondiale ainsi que de la révolution russe (III-1)

- Religion et culture :

* ES/L =étude approfondie des modifications

* S = peut être abordé à partir de l’exemple français (exemple : II-1 = rayonnement culturel de Paris, II-2 = apaisement des luttes religieuses, II-3 = Front populaire)

- Industrialisation et croissance :

* en S = étude supplémentaire des transformations scientifiques et techniques

*en ES/L = étude plus détaillée des transformations idéologiques liées à l’industrialisation en s’appuyant sur l’exemple de la France

- France :

* ES/L : étude plus chronologique et plus politique (II-2 et II-3)

* S : Tableau économique, politique, social et culturel plus général (II)

- 1ère guerre mondiale : en S = davantage une étude du vécu, de la vision et de la perception de ce conflit par les Français

¤ chiffres qui apparaissent en souligné = Références au BO de première ES/L
¤ chiffres qui apparaissent non soulignés = Références au BO de première S