Préparer une visite au mémorial avec croquis et statistiques

MUSEE DE LA RESISTANCE ET DE LA DEPORTATION DE LA SAVOIE

Au menu la fiche télécharger au format DOC télécharger au format PDF

Pour mieux comprendre les actions de la Résistance et les réactions des Allemands face aux sabotages, on peut faire réaliser un croquis aux élèves sur la situation économique de la Savoie dans les années 42/43.

-      les principaux axes ferroviaires
-      les principales destinations de ces voies ferrées en dehors du département
-      les  centres  ferroviaires importants ( plaque tournante ou porte d’entrée vers l’étranger)
-      les  principaux centres industriels représentatifs de la Savoie
-      quelques usines travaillant pour les Allemands ainsi que des usines dont les productions intéressent fortement les Allemands

 

- rappeler  pourquoi les industries électrochimiques et électrométallurgiques sont aussi nombreuses en Savoie
- chercher quel intérêt présente pour les Allemands, les productions électrochimiques et électrométallurgiques de la Savoie ? ( demander en particulier au professeur de physique ce que l’on fabrique avec du phosphore, du chlore )
- sélectionner les informations à représenter
- les hiérarchiser lorsque c’est possible
- choisir les figurés adaptés puis classer la légende et donner un titre
- réaliser le croquis proprement dit


Document 1 : Les effectifs des usines électrotechniques en Savoie au 1er mai 1943

Avec 10 640 ouvriers en 1942, l’électrochimie et l’électrométallurgie, constituent les activités les plus représentatives de la Savoie de l’époque.

Tableau 1a : MAURIENNE

USINES

PERSONNEL TOTAL

DONT ETRANGERS

A.F.C (aluminium) Saint-Jean de Maurienne                                                                                                                                            

Aciéries Renault –Saint Michel

Papeterie  Marussière- Modane

Aciérie d’Ugine- Orelle

Dérivés de l’acétylène- La Chambre

A.F.C.(ferro-alliages) St Michel de Maurienne

Produits chimiques St Gobain- Modane

Carbure en ferro-alliage- Montricher

A.F.C.( ferro- alliages)- La Praz

Produits chimiques  – Epierre

1089

943

216

288

105

189

195

149

193

80

178

86

36

3

42

26

23

22

3

5

Tableau 1b : la TARENTAISE

 

USINES

PERSONNEL TOTAL

DONT ETRANGERS

Bozel-Maletra Villard de Planay ( ferro-alliages, carbure)

Electrode de Savoie- Notre Dame de Briançon

Bozel-Maletra- Petit-Cœur

Mine d’anthracite- Aime

Aciérie d’Ugine

-Moutiers

Plombières St Marcel

402

253

195

224

 

 

133

143

52

29

62

97

 

 

11

67

Tableau 1c : le VAL D’ARLY BEAUFORTAIN

USINES

PERSONNEL TOTAL

DONT ETTRANGERS

 

Electrochimie et électrométallurgie d’ Ugine

Aciérie d’Ugine- usine de Venthon (carbure)

 

2 777

224

 

449

43

 

Source : Florence Colliat 91/92-TER. La Savoie sous l’occupation : organisation économique et vie matérielle- novembre 42-août 44

 

Document 2 : Enquête de la Résistance  

Usines

Produits

Renseignements

Observations

Epierre 

 

 

Plombière Saint-Marcel:

(très important

Carbure ; phosphore

 

 

chlore, ferro-alliages))

Très important

Fournir le maximum de renseignements

 

Tonnage par mois pour l’Allemagne ?

 

 

 

 

Mode de fabrication

 

Source : extrait, de l’ enquête  lancée par les dirigeants de  la Résistance le 28/7/43, Il s’agit de déterminer la quantité produite par chaque usine, quelle  partie de leur production est envoyée éventuellement en Allemagne

 

Document 3 : Des usines travaillent pour les Allemands

À partir de 1941,  un certain nombre d'usines travaille pour le compte de l'industrie allemande. À Notre Dame de Briançon par exemple, les électrodes usinées servent directement à la fabrication de l'acier allemand, à Moutiers, les lingots produits alimentent les centres de transformation métallurgique du Reich. […] Les usines A.F.C de Saint Jean, Saint-Michel et la Praz  livrent  12000 tonnes aux autorités allemandes. […] L'usine du Temple  ( Saint-Michel) travaille presque exclusivement pour satisfaire les commandes allemandes destinées aux établissements de Billancourt. Ses matières premières notamment de charbon proviennent d'ailleurs d'Allemagne. [..]

Source : Laurence Sadoux, 91/92-TER. La Savoie sous l’occupation : organisation économique et vie matérielle- Janvier 1940-Novembre 1942

Les aciéries d’Ugine travaillent aussi pour l’économie allemande d’après J. d’Arbaumont «  Entre Glières et Vercors » 1972