L'intervention de Mme le Recteur

D. Pumain

 

Télécharger :

Cette journée pédagogique témoigne de la vitalité de la discipline, de sa capacité de renouvellement et d’adaptation, en particulier mais pas seulement, par l’intégration intelligente de nouveaux outils.

Les programmes disent dans leurs préambules que la géographie sert à comprendre le monde, à le lire et l’analyser. Je voudrais dans cette brève introduction mettre l’accent sur un point qui me paraît une contribution essentielle au bagage intellectuel et à la conscience critique des élèves : il s’agit du repérage. La géographie est une discipline qui, par ses savoirs et ses savoir-faire, permet aux élèves de se repérer dans le monde. Ce repérage s’effectue à plusieurs échelles, avec différents niveaux dont la pertinence est établie entre le local et le mondial : repérage par rapport aux grands ensembles planétaires, identifiés par des variations significatives dans l’ordre de grandeur d’indicateurs-clés comme la richesse ou la pauvreté, la puissance économique, la pression démographique, le poids de certaines valeurs culturelles ou l’intensité des pratiques démocratiques; repérage par rapport aux grands systèmes organisés par les interactions spatiales, qu’il s’agisse des zones climatiques, des aires culturelles, des articulations centre-périphérie, des hiérarchies urbaines…

Ces repérages peuvent être conduits grâce à des catégories construites, des concepts qui ne sont pas empruntés aux disciplines du récit mais qui ont été élaborés en propre par des géographes. Ainsi les catégories de l’espace géographique, c’est-à-dire produit et organisé par les sociétés humaines, avec les notions de distance, d’espacement, de centralité, de polarisation par un centre, de gradient ou de discontinuité…, les catégories liées aux territoires, comme les régions ou les nations, entités socialement et donc historiquement construites et saisies dans leur propension à se transformer tout en s’auto-reproduisant : il en résulte sur le moyen et parfois long terme un maintien de leurs positions relatives qui contribue à la stabilité et à l’intelligibilité du monde; les catégories des milieux ou de l’environnement, partagées avec les disciplines des sciences de la terre ou avec l’agronomie, avec un accent mis sur les formes et les paysages et les ressources socialement exploitables.

La géographie partage avec d’autres disciplines des méthodes et des outils communs. Les nouvelles technologies contribuent à renouveler considérablement les moyens de l’observation et de la simulation. Ainsi les documents dont la géographie fait un grand usage pour développer le sens de l’observation, cartes, images, photographies, mais aussi données statistiques, deviennent plus accessibles et peuvent être plus commodément triés et mis en ordre; les programmes de simulation doivent permettre de faire jouer avec des modèles explicatifs comme ceux qui construisent des projections démographiques locales, un écoulement hydrographique érodant un relief, une prévision d’avalanches, ou encore les effets du découpage de circonscriptions électorales sur le résultat d’un vote… Pour le développement de ces usages de l’outil informatique, la connaissance du rapport pédagogique à l’élève est essentielle. Les nouveaux outils ne sauraient venir exclusivement de l’université (voir par exemple la rubrique hypergeo de la revue électronique Cybergeo), la contribution des enseignants de collège et de lycée est absolument nécessaire pour réaliser une utilisation intelligente de l’informatique et d’Internet, adaptée aux besoins de l’enseignement. C’est dans le partage et le développement de vos expériences en ce domaine que je vois le sens prospectif de la réunion d’aujourd’hui. Toutes les ressources de l’interactivité entre géographes de l’enseignement scolaire et universitaire et celles des institutions documentaires comme le C.R.D.P. doivent être mises en œuvre pour réussir le passage, difficile mais passionnant, d’un enseignement classique à un enseignement bien assisté par les ordinateurs.

                                              Denise PUMAIN