[FC] Les CMS et la dévolution du “savoir s’entrainer” en CP5

Les Compétences Méthodologiques et Sociales en CP5


Les textes officiels

« Les trois compétences méthodologiques et sociales sont indispensables tant à l’acquisition des compétences propres à l’EPS, qu’à celles partagées avec les autres disciplines pour permettre à l’élève d’apprendre et de devenir citoyen et lucide. Leur énoncé définit à la fois ce qu’il y a à savoir et des repères pour apprécier les acquis » .

Qu’est-ce que la méthode :

  1. Système ou ensemble de procédés utilisés dans le but d’obtenir un certain résultat (dans les domaines scientifiques ou techniques)
  2. Manière d’agir en vue d’obtenir un résultat reposant sur l’organisation et le contrôle
  3. Chemin qu’emprunte l’esprit pour atteindre la connaissance ou pour démontrer une vérité.

Plus précisément :

  • «  système ou ensemble de procédés » : système c’est-à-dire un ensemble ordonné et structuré d’idées ou d’éléments en relation, envisagé comme un tout logique.
  • «  l’organisation et le contrôle » : ce système est connu, analysé et ses éléments et les effets qu’ils engendrent sont identifiés et répertoriés
  • « des principes théoriques et pratiques » : le fonctionnement de ce système repose sur des règles d’action ou de conduite, sur des notions fondamentales et premières. Le but est d’obtenir un résultat. L’EPS vise à l’apprentissage des compétences méthodologiques afin :
  • d’acquérir des stratégies d’actions mobilisables dans de nombreuses situations
  • d’optimiser les apprentissages moteurs des élèves

Traduction en langage CP5 :

Le problème posé à l’élève est de déterminer le type de pratique qui lui conviendrait le mieux et sa mise en œuvre :

Pour le résoudre, il devra emprunter un chemin qui nécessitera la mise en jeu de sa motricité et la mobilisation de connaissances à travers une démarche logique balisée par l’enseignant.

Les balises sont des outils que l’enseignant proposera aux élèves pour progresser sur ce chemin. 
C’est en s’appropriant ces outils que l’élève apprend. 
Le résultat de son apprentissage est un indicateur de l’apprentissage et non l’apprentissage en lui-même. L’apprentissage réside dans la mise en œuvre de la démarche qui a permis à l’élève d’apprendre. La difficulté va être de faire émerger ce qui a été appris puisque c’est un système soit « un ensemble ordonné et structuré d’idées ou d’éléments en relation, envisagé comme un tout logique ».

Les obstacles :

Dans ce cheminement, tout n’est pas linéaire, loin sans faut… L’apprentissage nécessite des allers-retours incessants entre la pratique et la théorie, entre la méthodologie et la pratique physique, entre la pratique et la connaissance scientifique, bref, entre chacun des éléments du système. L’important est d’avoir du temps pour que chacun vive ces allers retours et se construise dans ce mouvement perpétuel tout en conservant un œil sur le GPS pour être sûr de revenir sur le chemin et de trouver les balises susceptibles de l’aider.

Identification des obstacles – N3 :

Le premier et principal obstacle est la connaissance de soi. Puisque pour agir sur soi, il faut d’abord savoir ce que l’on est, quels sont nos moyens, nos forces et nos faiblesses… Il faudra répondre à la question : « Comment apprend-t-on à mieux se connaître ? »

Du point de vue méthodologique, avec des élèves, nous disposons de plusieurs moyens complémentaires : situations test (TVI), entretiens individuels, questionnaires, sollicitations physiques diverses (3 mobiles d’action), fiches de ressenti, test de situations conçues dans un cadre théorique et réalisées à des fins différentes, c’est-à-dire : tester des hypothèses, faire apparaître des comportements, reproduire des faits repérés…

Identification des obstacles – N3/N4 :

Le second se posera assez rapidement aux élèves, c’est le choix d’un motif d’action. Selon les théories de la motivation, la motivation de l‘adolescent pour les activités scolaires peut être qualifiée d’intrinsèque si ces activités sont accompagnées d’un sentiment de compétence et d’autodétermination, et qu’elles procurent en elles-mêmes intérêt et satisfaction, ou d’extrinsèque si les activités ne sont pas développées pour elles-mêmes mais par pression sociale ou pour en tirer quelque chose qui leur est extérieur (récompense etc…).

Dans cette acceptation, le fait de placer les élèves dans des situations de réussite et dans des situations où ils sentent qu’ils ont des choix à faire pour réussir, leur permet de trouver plus facilement et par eux-mêmes leur chemin et de choisir la cause de la recherche de ce chemin.

En d’autres termes, il faudra répondre aux questions : « Pourquoi je vais m’engager dans cette direction ? Qu’est-ce que cela va m’apporter ? »

D’un point de vue méthodologique : analyses et observations des réponses des élèves aux sollicitations physiques diverses qu’on leur propose (analyse des 3 mobiles), analyses et retours sur les cahiers d’entraînement et sur les grilles de ressenti, vivre les 3 mobiles dans la même séance, et encore : tester des hypothèses, faire apparaître des comportements, reproduire des faits repérés…

Identification des obstacles – N4 :

Le troisième se posera un peu plus tard, il concerne la disponibilité de l’élève à s’engager dans un projet de transformation. Arrive le moment où l’élève commence à se connaître dans l’activité et où il a fait un choix en fonction des éléments qui sont en sa possession. Maintenant, il doit s’engager sur la voie de la transformation c’est-à-dire de l’entraînement physique. Il va falloir répondre à la question : « Comment m’entraîner pour progresser ? »

D’un point de vue méthodologique : expérimenter des stimulations, manipuler des variables liées aux charges de travail, DIVR (Distance, Temps, Intensité, Récupération, Volume), enregistrer des effets et résonner sur ceux-ci, et toujours : tester des hypothèses, faire apparaître des comportements, reproduire des faits repérés…

Identification des obstacles – N4/N5 :

Le quatrième touche au pratiquant expérimenté, il s’agit de mettre en relation tous les éléments afin de se construire une vie physique et de savoir la gérer dans la réalisation de son habitus santé. En réalité, l’entraînement (ou plus simplement la pratique physique) devient partie intégrante de son l’hygiène de vie (qui comprend l’alimentation, le sommeil, la vie physique, les loisirs et le travail…). La question se pose selon ces termes : « Comment pratiquer pour satisfaire au mieux à mes exigences personnels de santé, de plaisir et de bien-être ? »

D’un point de vue méthodologique : la connaissance de soi est poussée à son comble grâce à des expérimentations diverses dans des situations de vie nombreuses et variées. L’individu essaye de trouver sans cesse un équilibre qui lui convient grâce à un ajustement très fin des différentes variables.

Comment évaluer ces connaissances méthodologiques ?

N3 : Qualité du diagnostic, clarté de son interprétation et des choix qui en découlent…
Qualité du diagnostic, clarté de son interprétation et des choix qui en découlent…
Exemple : Évaluation du carnet d’entraînement et de la logique qui s’en dégage en prenant en compte l’enchaînement des séances et les analyses des élèves notamment sur les grilles de ressenti /5 points.

Carnet d’entraînement – Grilles de ressenti et Attitude méthodologique N3
Carnet et grilles complétés /1 Peu ou pas 0 Minimum 0,5 Riche 1
Analyse des élèves /2 Peu ou Pas 0 Très simples avec des mises en relation basiques 1 Profondes avec des liens intéressants 2
Logique de l’enchaînement des séances /2 Peu de cohérence 0 Cohérence au jour le jour sans perspectives 1 Cohérence forte et mises en perspective 2

N4 : Logique de la manipulation des variables de l’entraînement et justesse de l’analyse des effets qui en découlent…
Logique de la manipulation des variables de l’entraînement et justesse de l’analyse des effets qui en découlent…
Exemple : Évaluation du carnet d’entraînement et de la logique qui s’en dégage en prenant en compte l’enchaînement des séances et les analyses des élèves essentiellement par rapport aux variables de l’entraînement /5 points.

Carnet d’entraînement – Grilles de ressenti et Attitude méthodologique N4
Carnet et grilles complétés/1 Peu ou pas 0 Minimum 0,5 Riche 1
Analyse des élèves par rapport aux effets des variables de l’entraînement /2 Peu ou pas 0 Très simples avec des mises en relation basiques 1 Profondes avec des liens intéressants 2
Logique de l’enchaînement des séances et des choix qui y sont fait /2 Peu de cohérence 0 Cohérence au jour le jour sans perspectives 1 Cohérence forte et mises en perspective 2

N5 : Maitrise de la manipulation des variables de l’entrainement au regard d’un contexte de vie personnel. (Pour le niveau 5, les connaissances méthodologiques sont acquises).

  • Pour obtenir le diaporama, téléchargez le document : “les compétences méthodologiques et sociales”

La dévolution du savoir s’entrainer : une nécessité en CP5 !


L’idée fondatrice est la participation active de l’élève dans ses apprentissages.

Il s’agit pour l’enseignant de donner aux élèves les moyens de gérer des alternatives d’actions ou de procédures pour optimiser leurs apprentissages.

Pour disposer réellement du pouvoir de décision qui lui est accordé, l’élève doit pouvoir s’appuyer sur un répertoire moteur suffisant et des outils conceptuels/méthodologiques simples et fonctionnels.

  • Pour obtenir des informations complémentaires, téléchargez le diaporama : “la dévolution”

Auteurs : Le groupe CP5 de l’académie de Grenoble coordonné par Martine Petit IA-IPR EPS