La Chapelle de Surieu - Ecole publique élémentaire
La Chapelle de Surieu - Ecole publique élémentaire > La classe de CM1-CM2 > Sortie du jeudi 10 janvier 2019 : la maison de la danse et le musée des (...)

Jeudi 10 janvier, nous sommes partis tôt de l’école pour nous rendre sur Lyon.

Au programme :

- Spectacle de danse contemporaine intitulé "My petit pogo" de Fabrice Ramalingom à la Maison de la Danse.

- Interview des artistes et de Fabrice

- Pique-nique sur place

- Musée des Beaux-Arts, place des Terreaux

Nous sommes arrivés vers 9h15 à Lyon et avons été accueillis de façon très sympathique à la maison de la Danse.
Le lieu nous a paru immense.
La salle de spectacle était remplie.

Nous étions placés au 1er rang !

Pendant le remplissage de la salle, on pouvait déjà admirer les danseurs qui s’échauffaient, se concentraient et parfois se parlaient entre eux sur des passages de leur chorégraphie.
Fabrice, le chorégraphe, nous a expliqué qu’il voulait que les élèves voient aussi ce qui peut se passer dans les coulisses.
Nous avons pu admirer la logistique (lumière, sons...)

Le spectacle a duré 45 minutes. Les danseurs parlaient, nous expliquaient ce qu’ils faisaient.
Il s’agissait de montrer aux enfants comment on crée un spectacle de danse, des chorégraphies. Ils nous ont montré plein de techniques comme imaginer qu’on est dans une cuisine et qu’on fait donc certains mouvements . Ensuite, on peut faire les mouvements ensemble, en décalé, plus petit, plus grand ...

A la fin, les danseurs ont enchainé tous les éléments sur une musique de rock sur laquelle on danse le Pogo. C’était super !

Nous avons ensuite pique-niqué sur place.

Puis direction la place des Terreaux pour le musée des Beaux-Arts avec une petite photo devant la fontaine.

Le musée se trouve dans un ancien monastère. C’est un lieu immense avec de grands jardins. On peut admirer de nombreuses statues et d’œuvres.

RODIN

La salle d’accueil était immense. On a pu observer les plafonds, de nombreuses sculptures et 2 gigantesques peintures. On a pu reconnaître la "Cène" ou le dernier repas de Jésus Christ , des anges ...

Florence, notre guide, nous a ensuite emmené dans une autre pièce pour expliquer le lieu et nous avons commencé à déambuler dans le musée pour trouver les œuvres en rapport avec le thème de notre projet de classe : "le corps et le mouvement".

- 1ère œuvre d’Antoine Bourdelle (1861 – 1929), une grande sculpture en bronze :
Héraklès tue les oiseaux du lac Stymphale 1908

Pour expier le meurtre de son épouse et de ses fils commis dans un moment de folie, Héraklès est contraint de réaliser douze tâches presque impossibles qui lui sont imposées par son ennemi Eurysthée, roi de Mycènes. C’est le sixième de ces douze travaux : tuer les oiseaux mangeurs de chair humaine.
Le sculpteur a réalisé cette œuvre en prenant pour modèle un de ses amis militaire, à la musculature athlétique. C’est la célébration de la force physique. Son modèle lui ayant demandé à ne pas être reconnu, l’artiste a remplacé son visage par une tête sculptée plusieurs années auparavant.
On a pu voir en détails toute la musculature du demi-dieu et Ewen a essayé de prendre la pose. Pas facile du tout !

- 2ème œuvre : La folle danseuse de Wouters (statue en bronze 1912)
img22587|center>
Elle a été sculptée par Wouters. Elle a été inspirée par la danseuse Isadora Duncan (danseuse serpentine). Le sculpteur a pris sa femme comme modèle car il n’avait pas d’argent. Elle a pris plus de 300 fois la pose et a fini par dire, mécontente, qu’elle abandonnait. C’est à ce moment-là que le sculpteur a trouvé la bonne expression du visage. Regardez bien !

- 3ème œuvre : les médiations de Jean-Marie Bonnassieux (1851-1855)

Le mouvement se trouve dans les vêtements : le corps est maintenu dans la toge. Le mouvement est invisible car ce sont les pensées qui bougent...

- 4ème œuvre : changement d’époque et voyage dans l’Egypte ancienne avec la porte de Médamoud

A l’origine, cette porte monumentale marquait une entrée du principal sanctuaire de Médamoud.
Sur les montants de la façade, le décor symétrique et complémentaire figure la scène classique du roi s’adressant à la divinité avant de pénétrer dans le temple. A gauche, coiffé de la couronne rouge de Basse-Egypte, Ptolémée IV Philopator officie pour le Nord ; à droite, coiffé de la couronne blanche de Haute-Egypte et surmonté de la déesse-vautour Nekhbet, il répète son geste pour le Sud. Sobrement vêtu d’un pagne à queue cérémonielle, le pharaon tient la massue et la canne d’apparat dans une main. L’autre bras tendu dans le geste du discours, il s’avance vers l’intérieur de la porte à la rencontre du dieu local, le grand taureau imposant Montou.
Le passage est simplement décoré de frises de signes monumentaux symbolisant la longévité du règne. Ptolémée IV est représenté, à droite, coiffé du pschent, recevant d’Amon le glaive à tête de bélier.
Lucas a joué au pharaon mais on s’est rendu compte que la représentation du corps est plutôt incorrect.

Cette œuvre , c’est notre préférée !

- 5ème œuvre : nous voilà maintenant au Moyen Age avec le jongleur

Troubadour, amuseur du Moyen Age, il est comme enfermé dans une boîte. Il lance de la main gauche une balle qu’il s’’apprête à rattraper de l’autre main. La forme du bas-relief indique qu’il s’agit d’une archivolte, provenant sans doute à l’origine du portail de l’église Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges, aujourd’hui détruite.
Le corps du personnage contraint à l’intérieur de la bordure exprime pleinement la soumission de la sculpture à l’architecture, fréquente à l’époque romane.

Au fur et à mesure de notre visite, on pouvait admirer des sculptures magnifiques :
Regardez le mouvement des vêtements qui se relèvent...

- 6ème œuvre : En route pour la Renaissance avec César remet Cléopâtre sur le trône d’Egypte de Pierre de Cortone (1637)


Après la mort de Ptolémée XIII, César restitue à Cléopâtre le trône d’Egypte, sur lequel reposent sceptre et couronne ; il chasse Arsinoé IV qui avait été reconnue reine par la population d’Alexandrie.
On a travaillé sur le jeu de gestes amples et de regards expressifs ainsi que sur la différences des couleurs.

- 7ème œuvre : les danseuses sur scène d’Edgar Degas (19ème siècle, début 20ème)

Dans cette peinture, cinq danseuses sont représentées au premier plan, vers la gauche. Elles se tournent en direction du maître de ballet en diagonale. Dans cette œuvre à l’huile où une pâte riche a noyé les contours initiaux, le peintre donne comme fond de scène un véritable paysage. Degas adorait peindre les danseuses.

Malheureusement la journée était déjà bien avancée et on a dû rentrer à l’école.

BELLE JOURNEE !


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
549 articles | 493 353 visites depuis le début | popularité 731