Estrablin - Ecole primaire Louise Michel

Période 1

mercredi 26 septembre 2018

1

Bien placés, bien choisis

Bien placés, bien choisis
Quelques mots font une poésie.
Les mots, il suffit qu’on les aime
Pour écrire un poème.
On ne sait pas toujours ce qu’on dit,
Lorsque nait la poésie.
Faut ensuite rechercher le thème
Pour intituler le poème.
Mais d’autres fois, on pleure, on rit
En écrivant la poésie.
Ca a toujours kekchose d’extrême
Un poème.

Raymond Queneau

(facultative)
L’enfant qui est dans la lune

Cet enfant, toujours dans la lune,
s’y trouve bien, s’y trouve heureux.
Pourquoi le déranger ? La lune
est un endroit d’où l’on voit le mieux.

Claude Roy

2

Drôle de bonne femme

Chapeau pointu et gros derrière,
Longs doigts crochus et sales manières,
Cheveux grisâtres longs jusqu’à terre,
Elle est comme ça Marie-Mémère !

Bave de crapaud et vers de terre,
Araignée noire et feuilles de lierre,
Ajouter un pot de poussière,
Voilà la recette qu’elle préfère.

Et son balai qui fend les airs,
Qui marche avant, qui marche arrière,
C’est pour aller voir ses commères
Ou jeter des sorts sur la Terre.

Chapeau pointu et gros derrière,
Marie-Mémère est une sorcière,
Qui habite loin d’ici, j’espère !

Marie Aubinais

Au marché des sorcières

Au marché des sorcières,
On vend de tout un peu,
De verts crapauds baveux
Et des nœuds de vipères ;
On vend des basilics,
À l’œil fixe et glacé
Sous leur lourde paupière,
Des chèvres, des aspics,
Des onguents mystérieux.

Au marché des sorcières,
On vend de gros chats noirs
À queue blanche, à l’œil bleu,
Aux moustaches de feu
Qui s’allument le soir,
Et des chauves-souris
S’agrippant aux cheveux

Chaudrons ! Chauds, les chaudrons !
Les plus vieux, les plus laids !
Voyez mes prix !
Qui n’a pas son balai ?
(…)

Jacques CHARPENTREAU

La cuisine des sorcières

Après la série policière
Et deux ou trois publicités,
C’est Scarlatine et Maïté
Dans « La cuisine des Sorcières » !

On fait mijoter à feu doux :
Purée de chat, jus de grenouille,
Une cuillerée de chatouilles,
Un scorpion bien gras pour le goût.

Saupoudrer de pattes de mouche,
Rajouter une ou deux limaces,
Quelques croûtons, quelques grimaces,
Puis remuer avec la louche.

Manque à cette abomination :
Une pincée de larves tendres,
De la gelée de salamandre,
Un poulpe en décomposition.

Lier le tout au vitriol,
Assaisonner à l’arsenic,
Puis prononcer les mots magiques,
Et voilà, remplissez vos fioles !

Yann Walcker


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
469 articles | 194 575 visites depuis le début | popularité 4035