Le Grand Lemps - Ecole élémentaire

- Une enseignante surnuméraire !

mardi 4 novembre 2014

Un maitresse surnuméraire à l’école

Ma nomination sur l’école fait partie du « Dispositif d’expérimentation pédagogique Plus de Maitres Que de Classes » Il y a 38 postes similaires en Isère, 1 seul sur notre circonscription de Voiron 1. Je suis nommée sur l’école pour 3 ans. Je suis donc Professeur des écoles à temps plein avec les mêmes services que tous les autres enseignants de l’école (réunions, APC, heures de présence, surveillance de cour…).

Dans le cadre du projet d’école, j’interviens seulement en lecture (décodage, compréhension) et production d’écrit. Je suis présente sur les classes de CP, CE1, CP-CE1 et CE2 en priorité, même si j’interviens aussi ponctuellement dans les autres classes.

Un maitre surnuméraire auprès des élèves pour :

- Prévenir les difficultés (si on intervient au cycle 2, les élèves auront moins besoin d’un accompagnement particulier au cycle 3).
- Réduire les écarts entre les élèves. Non pas empêcher les plus en avance de progresser trop vite bien sûr, mais plutôt permettre aux plus fragiles d’accéder aux mêmes compétences.
- Travailler sur de petites compétences, très ciblées (je n’enseigne pas une matière particulière à la place de l’enseignant de la classe ; je suis présente lors de moments précis dans les apprentissages, pour permettre une meilleure acquisition de compétences prioritaires).

La présence du maitre surnuméraire dans la classe permet de :

- Mieux observer les élèves et ainsi anticiper les difficultés de certains pour mieux y remédier.
- Mieux les accompagner en leur donnant une méthodologie, en les faisant expliciter davantage leurs démarches.
- Renforcer le travail d’équipe au sein de l’école : Echanges, réflexions, nouvelles organisations pédagogiques au service des progrès des élèves.

Attention, je ne suis pas :

- Experte de la difficulté scolaire comme les enseignants du RASED. Je peux travailler avec certains enfants en difficulté sur un point précis ; mais je travaille aussi souvent avec l’ensemble des élèves d’une classe.
- Une « décharge » pour le maitre de la classe. Il n’a pas moins de travail du fait de ma présence, au contraire, pour que mon intervention soit efficace, cela implique davantage de préparation en amont… Remplaçante

Comment organisons-nous la co-intervention dans les classes ?

Nous avons construit un emploi du temps modulable chaque période ; nous ferons en effet un bilan avant chaque vacances scolaires, afin de réajuster : plus d’intervention auprès de telle ou telle classe, tel ou tel élève, travail spécifique sur telle compétence… Plusieurs dispositifs sont possibles :

- Nous sommes 2 dans la classe : soit avec des groupes d’élèves (ateliers), soit « au fil de l’eau » (l’un enseigne, l’autre tourne, observe, accompagne ou recentre un élève perdu…)

- Un ½ groupe sort de la classe avec l’un des enseignants (BCD, salle des maitres…) afin de favoriser l’attention des élèves, les interactions entre eux plus faciles quand ils sont moins nombreux, maintenir un niveau sonore plus propice à la qualité des apprentissages.

- Un petit groupe d’élèves en difficulté travaille sur une compétence spécifique, au fond de la classe en parallèle du groupe classe ou bien sort de la classe 20-30 mn afin de faciliter la concentration. Par exemple : phonologie en CP, lecture-décodage en CE1, lecture orale (fluence)-au cycle 3.

Toute l’équipe espère que ce dispositif apportera beaucoup à vos enfants dans leurs apprentissages. Nous mettrons tout en œuvre pour le rendre le plus efficace possible à l’école. Je me tiens bien sûr à votre disposition si vous avez des questions.

Sophie ARNOULD, enseignante surnuméraire


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
766 articles | 869 711 visites depuis le début | popularité 5624