Domène - Ecole Gustave Rivet élémentaire

2016_ Forge et moulins de Pinsot

mercredi 31 janvier 2018

Vendredi 1er juillet 2016, la classe de CE1 a fait un véritable voyage dans le temps en partant pour les forge et moulins de Pinsot.

Nous avons appris qu’autrefois, de nombreux habitants étaient agriculteurs ET mineurs.

La forge
Ils allaient chercher du minerai de fer (rouge) dans le massif de Belledonne.

Grâce à l’eau de la fonte des neiges et des glaces qui descend de la montagne à travers des conduites forcées, on obtient une grande force qui est utilisée pour mettre en marche toutes sortes de machines.

En passant dans une turbine, puis par un système d’axes, d’engrenages et de courroies, est mis en marche un marteau pilon qui sera très utile au taillandier pour créer des outils, des armes en fer alors qu’il n’utilisait que la force des bras, son marteau et son enclume.


Pour travailler le fer, il doit être chauffé à 1000°C grâce à un feu obtenu avec du minerai de charbon et l’air, non pas d’un soufflet comme autrefois, mais d’un ventilateur électrique !


Quand le fer est bien jaune c’est le signe que l’on peut commencer à le modeler...

Le moulin à farine

Agriculteurs, les habitants cultivaient du blé qu’ils portaient au meunier pour qu’il en fasse de la farine.
Les sacs de grains de blé étaient stockés dans le grenier à l’abris de l’humidité et des rongeurs.

Les grains tombaient du grenier dans un entonnoir qui emmenait les grains entre 2 meules (l’une dormante et l’autre tournante) qui tournaient grâce à un système d’axes, de courroies entraînés par une turbine qui fonctionnait grâce à l’eau descendant de la montagne.

Ces meules écrasaient les grains de blé.

Ce mélange de farine et d’écorce de grains devait être encore tamisé pour enfin obtenir la farine de blé.

Cette mouture était montée dans le tamis par un système de vis et d’ascenseur à godets.

Le moulin à huile de noix

A Pinsot, grâce aux moulins on pouvait aussi produire de d’huile de noix.
Autrefois le casse-noix n’existait pas, alors on enlevait la coque au marteau.
Les cerneaux de noix étaient ensuite broyés grâce encore à un système d’axes et de courroies, mis en marche grâce à la turbine qui tournait grâce à la force de l’eau qui descend de la montagne à travers des conduites forcées.

Cette pâte était ensuite chauffée jusqu’à 60°C. Autrefois on n’utilisait pas de thermomètre mais la sensibilité du dos de la main des mouliniers qui reconnaissaient ainsi la bonne température icones_peda

Ensuite cette pâte était pressée cette fois-ci non pas grâce à la force de l’eau mais des mouliniers ou des enfants qui veulent bien les aider icones_peda

Ca y est ! l’huile coule !!! On a en plus la chance de la goûter sur du pain : hummmmmm c’est bon icones_peda


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
177 articles | 25 226 visites depuis le début | popularité 2878