St-Marcellin - Ecole primaire La Plaine

Amel, Fady et Romane

lundi 3 mai 2010

Le chevreuil

Ce matin-là à l’aube, mon ami John, ma sœur Jeanne et moi, Romane, nous étions en train de marcher dans la neige avec nos raquettes. Nous avions décidé de faire cette belle randonnée dans le massif du Vercors au-dessus de Villard-de-Lans. Il venait juste de neiger, il faisait dix degrés et le soleil commençait à se lever. Bref, un temps idéal pour se balader en montagne.

Jeanne s’amusait à faire voltiger la neige avec ses raquettes, elle se jetait la tête la première dans la poudreuse et se relevait toute blanche et morte de rire. Elle nous mitraillait sans cesse de boules de neige ! Je me disais qu’a ce rythme-là, elle ne tiendrait pas plus d’une heure de marche. Elle était vraiment contente de faire des raquettes pour la première fois. John, lui, n’arrêtait pas de raconter des blagues. Quant à moi, j’étais heureuse juste à les regarder faire. Ce que je ne savais pas encore, c’est que nous allions vivre une sacrée aventure.

En effet, je m’aperçus tout à coup du silence qui régnait autour de moi. Où étaient-ils passés ? Je commençai à m’inquiéter. Je courus dans tous les sens en hurlant leurs prénoms. « John ! Jeanne ! » Soudain je vis John venir vers moi tout paniqué. Il me demanda sans attendre : « Jeanne est avec toi ? » John m’inquiéta encore plus car bien sûr elle n’était pas avec moi. Après deux heures de recherche sans succès, nous appelâmes les secours qui, toute la nuit, la cherchèrent. John et moi, nous décidâmes de rentrer à la maison, la peur au ventre. En arrivant John remarqua une lumière au chalet. Je ne me rappelais pas avoir laissé allumé ! Nous ouvrîmes la porte, une grande surprise nous attendait. Jeanne était assise sur mon lit avec un chocolat chaud dans les mains. Je crus m’évanouir en la voyant. Nous lui sautâmes au cou, nous pleurions, nous dansions, heureux comme jamais nous avions été. Nous prévînmes les secours pour qu’ils stoppent les recherches.

Jeanne nous raconta ce qui lui était arrivé. Alors qu’elle suivait John, elle avait vu un chevreuil et avait décidé de le suivre. Puis s’apercevant que nous n’étions plus là, elle était rentrée au chalet pensant nous y retrouver. Elle n’avait pas pensé une seconde que nous pourrions nous inquiéter ! Nous nous sommes installés devant la cheminée et nous y sommes restés un bon moment à nous remettre de nos émotions.

Amel, Fady et Romane


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
300 articles | 88 659 visites depuis le début | popularité 3766