Le Cheylas - Ecole élémentaire Chartreuse

Les élèves ont imaginé et écrit la lettre qu’un père juif aurait pu glisser dans un violon pour son fils Simon, avant d’être arrêté lors de la rafle du Vel d’Hiv en 1942.
Vous pouvez réagir, donner vos impressions en cliquant sur "Répondre à cet article" tout en bas.

Cher Simon,
J’espère que le violon te plait, car j’ai passé du temps à le faire. Surtout, ne t’inquiète pas, nous ferons tout notre possible pour sortir. Si tu as besoin de te cacher, va chez Mr Lejeune, il a toujours été un bon ami. Tu sais, tu devrais enlever ton étoile jaune pour ne pas te faire remarquer quand tu sors. Va voir dans le placard, tu trouveras 2 ou 3 tickets de rationnement, je pense qu’ils te serviront.

Je t’aime très fort
Papa

Cher Simon,
Je t’écris cette lettre pour que tu aies un souvenir de moi. J’espère que tu ne tomberas pas dans le même piège que nous. On a eu tort de ne pas partir plus tôt. Sous mon atelier, je t’ai laissé un paquet de biscuits et quelques partitions. Continue à t’entraîner au violon, tu pourras devenir un grand artiste. Demande à Mr Dupont de te fabriquer un nouveau violon.
Dans trois jours, tu auras 12 ans. Bon anniversaire, mon fils, par avance. Ton cadeau se trouve dans le tiroir de droite du buffet.
Sois fort et n’oublie pas que tu resteras dans notre coeur.
Adieu, je t’aime
Papa

Mon cher fils
J’espère que tu vas trouver ma lettre car c’est peut-être la dernière fois que l’on se parle ou qu’on s’écrit. Je sais que ça va être très dur pour toi, mais, quand tu te sentiras seul, pense à moi, à ta mère et à ta petite soeur.
Si tu manques de nourriture va dans le troisième tiroir de la chambre, j’ai fait des réserves, au cas où.
Quand tu seras grand, réalise tes rêves, sois compositeur si c’est ton plus grand souhait.
Mais surtout, ne sois ni raciste ni mauvais. Courage pour l’avenir et rapelle à tes enfants et aux générations futures toute cette atrocité pour que ça ne recommence pas.
Nous t’aimons tous très fort
Ton père qui pense fort à toi

Cher Simon,
Voilà une lettre pour te dire au revoir. A cause des camps de travail, ta soeur, ta mère et moi, nous ne te reverrons plus. J’espère que, quand tu seras grand, tu seras luthier comme moi. Tu trouveras dans le placard de ma chambre des tickets de rationnement, je les ai gardé pour toi. Si tu as besoin de partir, va à cette adresse " 210 rue de Concorde, 75 987 PARIS", c’est une gentille famille de résistants.
Prends soin de toi et reste en contact avec Mathias.
Je t’aime
Nathan

Mon très cher fils,
J’espère que tu vas bien, toi. Ce violon sera certainement le dernier que je confectionnerai de toute ma vie. Il est pour toi. Nous allons être déporté. Maman et ta soeur mourront, je le crains, dès leur arrivée. Moi, je serai forcé à travailler jusqu’à la mort. Mais ne t’inquiète pas de notre mort, reste en vie et après la guerre raconte l’atrocité de ces camps. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis encore libre, mais comme ton grand-père le prédit, pas pour longtemps. Demande à Mathias de t’aider, ses parents sont résitants. Cherche sous le placard de ma chambre, tu trouveras une certaine somme d’argent.
A l’avenir, sois bon, juste et surtout, pas raciste.
Je t’aime, ta mère et Anna aussi.
Courage et adieu !
Ton père qui t’aime et pense à toi tout le temps
Ton père

Cher Simon,
Simon, maintenant que tu es tout seul, je pense très fort à toi. Je t’ai mis quelques provisions de côté, au moins pour tenir un mois. S’il n’y en a plus, je pense que la famille Morel pourra t’aider. Mais, reste bien caché pendant la journée. Si tu entends des hommes, n’hésite pas à te cacher. Je t’ai préparé également une fausse carte d’identité et un billet de train pour que tu ailles en zone libre, si c’est encore possible !!
Nos cousins habitent la-bas.
Adieu, Simon, je pense fort à toi et je t’aime
Papa

Mon enfant,
Je suis content que tu aies trouvé la lettre. Maintenant, l’important c’est ton avenir. Tu as une tante en Normandie, nous l’avons prévenue de ton arrivée... un jour. Promets-moi que tu prendras la relève de mon magnifique travail. Ne t’en fais pas pour nous, nous trouverons la porte du bonheur. Souviens toi que tu ne seras jamais seul, je serais toujours à tes côtés !
Je suis fier de toi, mon fils.
Nous t’aimons
Ton père

Répondre à cet article


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
704 articles | 1 794 147 visites depuis le début | popularité 2574