Vif - Ecole MALRAUX élémentaire
Vif - Ecole MALRAUX élémentaire > Commission restaurant scolaire > CR Commission menus 11 décembre 2020 Mme Leclerc

COMPTE-RENDU COMPLEMENTAIRE COMMISSION MENUS 11 DECEMBRE 2020

Commentaire  : Alors que Mme MILLIAT nous a expressément dit qu’il y avait qu’un seul parent délégué par commune, lors de cette commission menus, les parents des 2 écoles de Varces étaient présents.
Il est précisé que tous les points déjà abordés par M. HOTTIN dans son compte-rendu ne seront pas évoqués de nouveau.

En amont de la réunion, Mme LECLERC a transmis un mail aux parents délégués des autres écoles de Vif pour savoir s’il avait des remarques à faire remonter et seule l’école de Malraux a répondu.

Réponses aux questions de l’école Malraux :
- les enfants de CP/CE1 qui mangent au 1er service restent très souvent sur leur faim ; aussi, serait-il possible d’augmenter les quantités ou qu’ils puissent se resservir s’ils ont encore faim ?
 M. HOTTIN a répondu que dans toutes les écoles, il était déjà possible de se resservir quand il y a des restes ; Mme DEUNET précise également que les quantités fournies correspondent aux grammages conformes aux normes selon l’âge des enfants
- pourquoi les enfants n’ont pas les 5 plats indiqués sur le menu, voire parfois pourquoi y’a-t-il que le plat et le dessert ?
 M. HOTTIN a répondu que désormais le menu comprenait 4 composantes :
* un plat principal, composé de 2 éléments : un élément protidique, pouvant être composé d’une association céréales/légumineuse ou de protéines végétales une à deux fois par mois au minimum + un élément d’accompagnement : légumes et/ou féculents
* un produit laitier (fromage ou laitage)
* une entrée ou un dessert
Donc, il est possible qu’à un moment donné, de mauvais menus aient été affichés...

- serait-il possible de laisser un choix pour les produits laitier = fromage ou laitage ?  M. HOTTIN a répondu d’une part, que ce n’était pas prévu dans le cahier des charges du marché, et d’autre part que le principe était de faire découvrir aux enfants des nouveaux produits, des nouvelles saveurs et que s’ils avaient le choix, ils choisiraient automatiquement ce qu’ils ont l’habitude de manger

- serait-il également possible de proposer une alternative aux desserts « élaborés » (mousse au chocolat, bûche...) comme un fruit pas exemple ?
 même réponse que pour la question précédente

- serait-il possible de faire attention à ce que les fruits soient bien murs
 Mme DEUNET a répondu que ça arrivait parfois et que Guillaud Traiteur n’y pouvait rien et que dans ce cas, il est possible de donner les compotes du stock « tampon » fournies par eux

- plusieurs familles demandent également à ce qu’il y ait plus de bio et de local
 Mme DEUNET a répondu que le cahier des charges prévoyait déjà 70 % de produits locaux et 30 % de produits bio, et que c’était déjà bien au-dessus des normes exigées par la loi EGALIM (50 % de produits de qualité et durables dont au moins 20 % de produits bio) ; en plus, elle a précisé que Guillaud Traiteur préfère travailler local et donc ne voit pas l’intérêt d’aller chercher du bio plus loin

Loi EGALIM = loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, promulguée le 30 octobre et qui propose notamment des mesures pour améliorer les équilibres commerciaux, la qualité de notre alimentation, et simplifier le domaine agricole.

Les services de restauration scolaire doivent proposer, au 1er janvier 2022, au moins 50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques.

Il s’agit des produits :
• issus de l’agriculture biologique (à hauteur de 20% minimum)
• bénéficiant des autres signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO) ou des mentions valorisantes suivants (Label rouge, appellation d’origine (AOC/AOP), indication géographique (IGP), Spécialité traditionnelle garantie (STG), la mention « issu d’une exploitation à Haute Valeur Environnementale » (HVE), la mention « fermier » ou « produit de la ferme » ou « produit à la ferme »
• issus de la pêche bénéficiant de l’écolabel Pêche durable • bénéficiant du logo « Région ultrapériphérique »
• issus du commerce équitable et issus de projets alimentaires territoriaux (PAT) (bien qu’ils ne soient pas comptabilisés dans les 50%)

Réponse aux questions de l’école Champollion :
- va-t-il y avoir des animations cette année malgré le contexte sanitaire ?
 Mme DEUNET a répondu que c’est à chaque commune de demander et que généralement, il y en a 2/an
 ; M. HOTTIN précise qu’il avait demandé le food-truck l’an passé mais qu’en raison du confinement, il n’avait pas eu lieu donc normalement, cela devrait se faire au printemps 2021.
Par contre, Mme DEUNET explique que les animations ne sont jamais mentionnées dans les menus pour éviter un afflux d’inscription à la cantine ces jours-là.

- certains enfants ne mangent pas la salade verte ou les crudités car il y a déjà de la vinaigrette ; aussi, serait-il possible de mettre cette dernière dans des distributeurs « pousse pousse »
 M. HOTTIN trouve que l’idée est intéressante et se renseigne pour acquérir un tel matériel, et voit avec les responsables de pôle pour l’organisation
possible et se renseigne auprès du service juridique ; travaillant dans une commune, je me suis moi-même renseignée et cette pièce du marché est parfaitement communicable, par conséquent, les parents d’élèves de Champollion feront la demande à M. HOTTIN et le transmettront aux autres écoles dès réception.

Informations pour la prochaine période
Lecture des menus pour la prochaine période (voir PJ).
Différence entre épinards bio et « juste épinards » ?
 épinards bio = épinards en branches / « juste épinards » = épinards hachés

Prochaine réunion au Gua le vendredi 5 février à 14h


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
590 articles | 161 901 visites depuis le début | popularité 11477