Claix - PONT ROUGE école primaire

Phares et balises

samedi 31 mars 2012

LE PHARE

JPEG - 497.5 ko
Dessin de Noée

Le phare guide les bateaux la nuit vers les ports ou dans les endroits où la navigation est difficile ou dangereuse. On en trouve sur toutes les côtes du monde.
Chaque phare a son langage, c’est-à-dire sa façon d’éclairer : fixe, clignotant, blanc ou en couleur.

On classe les phares en quatre catégories :

Paradis : phares construits sur la terre ferme

Purgatoire : phares construits sur une île

Enfer : phares construits en haute mer

Enfer des enfers, en Bretagne, c’est le phare AR-MEN

Le phare, c’est la dernière lumière du continent. Il indique l’entrée d’une zone très dangereuse. La lumière d’AR-MEN porte jusqu’à 40 kilomètres. Elle éclaire l’océan, chaque nuit, de trois éclats blancs toutes les 20 secondes.

Les phares sont construits soit sur la terre ou sur des îles, soit en pleine mer. Il faut des matériaux très solides comme du béton, des pierres ou des briques. Quand certains phares sont en mer, il fallait trouver un rocher assez haut pour le début de la construction.

Anciennement, des gardiens vivaient dans les phares, de nos jours, il n’y a plus de gardien dans les phares, car les phares sont devenus automatiques. On raconte qu’un gardien est resté sur un phare breton pendant 89 jours sans voir personne. La vie, dans les phares, était très difficile car il y avait toujours du vent, des vagues, du vent ou de grosses tempêtes. En plus, ils étaient seuls. Ils sont hauts pour que les bateaux puissent les voir de loin, en général 50 kilomètres. Le premier phare connu a été construit à Alexandrie, en Egypte. En haut de ce phare, on brûlait de la graisse de baleine.

LES BALISES

Les balises servent à se repérer en mer. Elles sont installées en des points précis sur l’eau et des amers identifiables sur la côte. Les amers sont des points facilement repérables sur la côte et indiqués sur la carte marine, tels un château d’eau, une tourelle, une maison haute bien visible, une église. Ces différents repères sont reportés, de manière précise, sur des cartes marines.

Le balisage est un système regroupant des signaux maritimes codifiés, fixés ou flottants (balise, tourelle, perche, bouée) parfois éclairé ou sonore. Selon leur forme, leur couleur, leur voyant ou leur son, ils indiquent un danger invisible, ou une zone de navigation. Il faut apprendre à les identifier.

Les marques latérales définissent le chenal à emprunter en venant du large pour gagner un port ou un abri vers la terre. Il y a toujours un cône vert à tribord et un cylindre rouge à bâbord. Pour t’en souvenir, mémorise cela : tricot vert pour tribord (cône vert) et bas si rouge pour bâbord (cône rouge).


Mélissa et Laura B


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
404 articles | 130 302 visites depuis le début | popularité 8872