Fontaine - Ecoles Marcel Cachin élémentaire et maternelle

5 octobre 2015 : Les classes de CP et CE1
visitent la tourbière de l’Herretang


JPEG - 344.6 ko

Lundi 5 octobre 2015, nous sommes allés à la tourbière de l’Herretang avec la classe de CE1.
C’est un espace naturel sensible, ce qui veut dire que les plantes et les animaux qui y vivent sont fragiles et doivent être protégés, sinon ils risquent de disparaître.

JPEG - 131.8 ko

Pour cela, il y a certaines règles à respecter  : ne pas amener de chien, ne pas faire de vélo, ne pas cueillir les fleurs, ne pas jeter ses déchets, ne pas faire de feu, ni de camping, ne pas pêcher. Tout cela est interdit.

Tout près de la tourbière, il y a une route, une déchetterie et un village où vivent les hommes : ce peut être dangereux pour la tourbière, comme nous l’a expliqué Jean-Christophe, notre animateur, en nous faisant faire un petit jeu : en petit groupe, nous avons fait un cercle autour d’un autre élève, qui représentait la tourbière, et qui ne pouvait plus s’échapper !

JPEG - 158 ko

Il nous a montré aussi une plante, qui vient d’Amérique (ce sont les hommes qui ont ramené les graines) et qui, si on la laisse faire, pousse partout sans laisser de places aux autres, alors les hommes doivent l’arracher…

JPEG - 153.4 ko
JPEG - 199.4 ko

Les montagnes que l’on voit derrière les champs, c’est le massif de la Chartreuse. Il y a deux autres massifs autour de Grenoble : Belledonne et le Vercors.

JPEG - 337.7 ko

Une tourbière, c’est un endroit où il y a très longtemps il y avait un lac et puis, une partie de l’eau s’est retirée, mais c’est un endroit encore très humide. On a pu voir jusqu’où montait l’eau avant, grâce aux plantes qui avaient besoin de sortir de l’eau… Elles étaient presque aussi grandes que nous !

JPEG - 214.3 ko

Dans la tourbière, nous avons vu des vaches et des chevaux : ce sont les hommes qui les ont amenés pour qu’ils mangent les arbres qui commencent à pousser, en même temps que l’herbe. Ainsi, l’espace est plus dégagé et certaines plantes peuvent pousser, ce qu’elles ne pourraient pas faire dans la forêt

JPEG - 147.9 ko

Ensuite, Jean-Christophe nous a parlé des différentes façons qu’ont les animaux pour se déplacer : sur les ongles (ongulés) comme le sanglier ou le cerf, sur les doigts (digitigrades) comme le renard ou le loup, ou sur la plante des pieds (plantigrades) comme l’ours.
Il nous a montré une empreinte de chevreuil, qui est un ongulé.

JPEG - 177.2 ko

Le sanglier n’a pas trop de problèmes pour venir dans la tourbière en traversant la route… Par contre, beaucoup de crapauds se faisaient écraser lorsqu’ils devaient faire le voyage entre la tourbière et la forêt. Pour les protéger, les hommes ont construit un tunnel sous la route : grâce au « crapauduc », les crapauds ne se font plus écraser !

JPEG - 253.2 ko
JPEG - 234.3 ko

Nous n’avons pas eu le temps de pêcher, heureusement nous avons pu observer la pêche des CE1 : il y avait une larve de libellule et d’autres insectes que nous avons remis à l’eau….

JPEG - 85.4 ko

Jean-Christophe nous a fait sentir la vase  : berk, ça sentait mauvais ! (à cause des feuilles mortes qui s’étaient décomposées)

JPEG - 161.3 ko

Puis, il a été l’heure de rentrer à l’école…

Portfolio


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
370 articles | 129 974 visites depuis le début | popularité 1475