Brion - Ecole du temps qui passe

Le conte de Baptiste

mardi 9 novembre 2010

L’enlèvement difficile

Il était une fois Georges, un beau jeune homme aux yeux bleus et aux cheveux bruns.

Il était charbonnier et triste car Karine, sa femme, avait été enlevée par Barbor, un vieux sorcier méchant qui enlevait les humains pour les manger.

Un jour, il partit à la recherche de sa femme. Il traversa une forêt remplie de champignons, d’oiseaux, de fleurs et de glands. Il ramassa deux glands. En chemin, il rencontra un bonhomme appelé « Pépé Pas Mort » qui cherchait quelques glands pour sa soupe.

Mais comme il était vieux, il ne pouvait pas aller là ou était allé Georges. Alors le charbonnier donna ses glands à Pépé Pas Mort et il fut bien récompensé car ensuite le vieillard lui indiqua le plus court chemin pour arriver au château de Barbor.

Au milieu du chemin, il vit une pierre énorme qui le bouchait quand, tout à coup, un homme blond aux yeux verts brisa la pierre d’un coup de sa lance aiguisée. Ce jeune s’appelait Marc ; il vivait dans la forêt et aidait ceux qui étaient perdus ou bloqués comme Georges.

Enfin ils trouvèrent le château de Barbor qui était caché par la roche du pic sans tête, on l’appelait comme sa parce que lors d’un tremblement de terre. Comme Marc avait, un jour, vu où se trouvait l’entrée du château et il la lui indiqua.

Quand il poussa la porte elle grinça, il entra prudemment mais un coup passa près de son épaule gauche. Il vit scintiller la barbe en or de Barbor dans le mince filet de lumière qui passait par la fenêtre. Puis il se fit assommer par un coup de massue.

Il se retrouva attaché, un boulet au pied dur comme de la pierre et impossible à casser.

Devant lui, se trouvait un échiquier sur une table et en face le sphinx, l’animal de compagnie de Barbor qui mangeait les os des victimes du vieux sorcier.

Il fut obligé de jouer aux échecs contre le sphinx alors qu’il ne savait pas y jouer, il allait abandonner quand heureusement il aperçut Marc par la fenêtre qui l’aida à battre le sphinx par pure gentillesse.
Il le mit échecs et mat, le boulet se détacha et une épée d’or en sortit, dessus il y avait des pierre précieuse. Il s’en servit pour tuer Barbor puis libéra sa femme.

Avant de s’en aller, il prit la barbe de Barbor et partit faire la fête. Ainsi se terminèrent les problèmes de Georges car il était riche (il avait vendu la barbe et l’épée) et n’avait plus besoin de travailler.

Fin

Portfolio


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
58 articles | 3 967 visites depuis le début | popularité 267