Grenay Ecole Primaire "Hugues Aufray"

1. Présentation de l’aéroport

L’aéroport a été construit en 1975, à 25 km au Sud Est de Lyon.

On l’a appelé St Exupéry en 2000, année du centenaire de la naissance d’Antoine de Saint Exupéry, pilote et écrivain célèbre né à Lyon (il a écrit « Le Petit Prince », lu dans le Monde entier).

L aéroport s’étend sur 15 km de largeur, et comprend deux pistes : la piste A qui mesure 4 km 670 de long, et la piste B, 2 km.

Il y a trois terminaux, et depuis 1992 une gare T.G.V, ainsi que deux parkings pour les avions et plusieurs parkings pour les voitures (voir photo de la maquette).

Presque 8 millions de passagers par an passent par l’aéroport Lyon St Exupéry.

Adel, Brayan, Maximilien

JPEG - 2.1 Mo
La gare TGV
JPEG - 1.8 Mo
Maquette de l’aéroport

II. Les métiers

Il y a environ 6000 personnes qui travaillent sur l’aéroport, dans 250 entreprises :
450 employés « Aéroport de Lyon », des personnes travaillant dans des restaurants, des bars, des librairies, et d’autres boutiques dans l’aérogare ; mais aussi du personnel pour le nettoyage des avions, de l’aéroport, pour l’approvisionnement des avions en carburant et en « collations » pour les passagers, du personnel pour guider les avions sur les pistes, les aiguilleurs du ciel qui travaillent dans la tour de contrôle, des policiers qui assurent la sécurité…

Julie, Marine et Sandy

III. Les destinations

Il y a 2 avions tous les quarts d’heure qui atterrissent et décollent soit environ 750 avions qui décollent et atterrissent par jour.
Il y a des vols nationaux (en France) et internationaux (vers d’autres pays) et plusieurs compagnies aériennes : Air France, Ryan Air, Easy Jet, Luftansa, British Airways.

Fanny, Florine et Tom

IV. Les passagers

Les passagers réservent leur billet dans une agence de voyage ou sur Internet.
Quand ils arrivent dans l’aérogare, ils peuvent voir les informations concernant leur vol sur des écrans.
Avant d’être chargés dans l’avion, les bagages des passagers sont scannés aux rayons X, puis ils sont apportés jusqu’à l’avion dans une sorte de camion.
Les passagers, eux, passent par un poste de contrôle qui détecte les métaux, puis ils attendent l’heure du départ de leur avion dans la salle d’embarquement.
Et le voyage commence !

Cécile, Manon et Morgane

JPEG - 1.9 Mo
Panneaux de départ
JPEG - 1.7 Mo
Porte d’enregistrement

V. La sécurité et les douanes

Plus de 200 caméras permettent de surveiller les terminaux, les pistes et la gare T.G.V. La sécurité des passagers est bien assurée par la police aux frontières et la gendarmerie des transport aériens.
Il y a 3 postes d’inspection filtrage (PIF) dans l’aéroport qui comprennent chacun entre 15 et 20 postes de contrôle. Tout passager doit y passer ainsi que les bagages à main.
Toutes les personnes qui travaillent dans l’aéroport portent un badge qu’elles doivent présenter à chaque contrôle.

Laura et Yona

VI. Les pilotes

Il y a trois personnes dans la cabine de pilotage : le pilote, le co-pilote, et le mécanicien. Il y au moins 1millier de boutons.
Le pilote établit son plan de vol en fonction des données de Météo France (force et direction des vents…) Il est le seul maître à bord.
Les orages peuvent être dangereux mais si le pilote suit les ordres de Météo France, il peut éviter les orages.
Quand un pilote est malade, soit on annule le vol, soit on reporte le vol en attendant de chercher un remplaçant.

Camille, Paul et Robin

JPEG - 1.6 Mo
Cockpit du tristar avec impact de grêle

VII. Le code de l’air

Les avions ne se rentrent jamais dedans car la tour de contrôle leur indique s’il y a un avion dans les parages.
Les pilotes décident de la trajectoire idéale pour arriver le plus vite possible, à l’aide des prévisions météorologiques données par la tour de contrôle. S’il y a un problème, ils demandent un retour au parking.
Ils ne peuvent pas se faire enlever des points (contrairement aux automobilistes).
Pour atterrir ils déplient des volets pour les freiner et grâce au vent ils ralentissent.

Jordan, Samuel et Wilson

VIII. La tour de contrôle

La tour de contrôle sert à diriger les avions quand ils décollent, quand ils atterrissent et quand ils sont en vol dans un rayon de 100 kilomètres autour de l’aéroport. Au-delà de 100 kilomètres, c’est la tour de contrôle d’un autre aéroport qui les prend en charge.
Les aiguilleurs du ciel travaillent dans la tour de contrôle avec des ordinateurs, (pour réguler le trafic, en fonction des informations données par Météo France (vents, intempéries…). Ils donnent les consignes aux pilotes pour éviter les collisions.

Foucauld, Giani, Pierre

JPEG - 1.5 Mo
La tour de contrôle

IX. L’avion et sa construction

Les avions sont fabriqués avec des tôles de métal. Ils sont assemblés en Europe mais les pièces viennent principalement d’Asie.
Un avion pèse entre 10 et 15 tonnes.
Le premier avion a été construit en 1930.
Les avions sont dirigés grâce à la tour de contrôle.
Un avion consomme 8 tonnes de carburant au décollage.

Louna, Selin et Stecy

JPEG - 1.9 Mo
Intérieur du Tristar
JPEG - 1.5 Mo
Coin des hôtesses
JPEG - 1.6 Mo
Le Tristar

| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
259 articles | 99 709 visites depuis le début | popularité 483