Roche - Ecole Roche maternelle

règlement intérieur sept 2014

jeudi 11 décembre 2014

RÈGLEMENT DÉPARTEMENTAL DES ÉCOLES MATERNELLES ET ÉLÉMENTAIRES DE
L’ISÈRE
PRÉAMBULE
L’École est le premier maillon du service public de l’enseignement.
Les trois grands principes qui la régissent sont l’obligation scolaire, la gratuité et la laïcité. L’École est le lieu de l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences.
La Charte de la Laïcité affichée dans toutes les écoles et les établissements d’enseignement, rappelle les règles qui permettent de vivre ensemble dans l’espace scolaire et aide chacun à comprendre le sens de ces règles, à se les approprier et à les respecter.
TITRE I - ADMISSION ET INSCRIPTION
L’admission est enregistrée par le directeur/ la directrice de l’école maternelle, élémentaire sur
présentation :
- du certificat d’inscription délivré par le maire de la commune dont dépend l’école ;
- du livret de famille et, le cas échéant, de l’ordonnance du juge aux affaires familiales fixant la
résidence de l’enfant ;
- d’un document justifiant des vaccinations obligatoires : attestation du médecin ou copie des pages vaccinations du carnet de santé.
1-1 ADMISSION À L’ÉCOLE MATERNELLE
Tout enfant doit pouvoir être accueilli à l’âge de trois ans dans une école maternelle le plus près possible de son domicile, si la famille en fait la demande et dans la limite des capacités d’accueil de l’école.
1-2 ADMISSION À L‘ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE
Article L 131-1 al 1 du Code de l’Éducation : "L’instruction est obligatoire pour tous les enfants,
français et étrangers, entre six et seize ans".
Doivent être présentés à l’école élémentaire, à la rentrée scolaire, les enfants ayant six ans révolus au 31 décembre de l’année en cours.
1-2-1 : Dispositions particulières :
En cas de changement d’école, un certificat de radiation doit être demandé à l’école d’origine et doit être présenté à la nouvelle école pour l’inscription.
En outre, le livret scolaire est remis aux parents sauf si ceux-ci préfèrent laisser le soin au directeur / à la directrice d’école de transmettre directement ce document à son collègue.
1-2-1-1 : dispositions relatives aux enfants handicapés (loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées) :
Tout enfant présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé est inscrit dans l’école ou dans l’un des établissements mentionnés à l’article L.351-1 du Code de l’Éducation, le plus proche de son domicile, qui constitue son établissement de référence.
Si son projet personnalisé de scolarisation prévoit une formation au sein de dispositifs adaptés, l’élève peut être inscrit dans une autre école ou un autre établissement par l’autorité administrative compétente avec l’accord de ses parents ou de son représentant légal.
1
1-2-1-2 : dispositions relatives aux enfants de nationalité étrangère, aux enfants nouvellement arrivés en France et aux enfants du voyage :
Les enfants étrangers ne font l’objet d’aucune discrimination lors de leur admission dans les classes maternelles et élémentaires.
Les élèves nouvellement arrivés en France sont inscrits dans les classes ordinaires de l’école maternelle ou élémentaire. Leur scolarité est organisée conformément au dispositif départemental après une évaluation dont les résultats permettront d’élaborer les réponses pédagogiques les mieux adaptées à leur situation.
Les enfants du voyage ou de familles non sédentaires effectuent leur scolarité dans les écoles ou
établissements du secteur de recrutement du lieu de stationnement, sauf situation particulière impliquant l’accueil temporaire dans une structure spécifique dont ces écoles ou établissements sont dépourvus.
TITRE 2 – FREQUENTATION ET OBLIGATION SCOLAIRE
2-1 ECOLE MATERNELLE
L’inscription à l’école maternelle implique l’engagement pour la famille d’une fréquentation assidue de l’enfant, conforme aux calendriers et horaires de l’école.
A défaut d’une fréquentation régulière, l’enfant pourrait être rayé de la liste des inscrits et rendu à sa famille par le directeur/la directrice de l’école qui aura, préalablement à sa décision, informé l’inspecteur de l’Education nationale et réuni l’équipe éducative.
2-2 ECOLE ELEMENTAIRE
La fréquentation assidue de l’école élémentaire est obligatoire. Des contacts entre les parents et l’équipe pédagogique sont mis en place pour assurer le suivi de l’élève.
En cas d’absence, l’article L.131-8 du Code de l’Education stipule que « Lorsqu’un enfant manque
momentanément la classe, les personnes responsables doivent, sans délai, faire connaître au directeur/à la directrice de l’école les motifs de cette absence ».
En cas de non-respect de cette procédure la Directrice académique des services de l’Education nationale, saisie par le directeur/la directrice de l’école, adresse un avertissement par écrit aux personnes responsables de l’enfant, lorsque :
- malgré l’invitation du directeur/de la directrice de l’école, elles n’ont pas fait connaître les motifs
d’absence de l’enfant ou qu’elles ont donné des motifs d’absences irrecevables.
- l’enfant a manqué la classe sans motif légitime ni excuses valables au moins quatre demi-journées dans le mois.
La Directrice académique des services de l’Education nationale leur rappelle alors les sanctions pénales qu’ils encourent en cas de saisine du Procureur de la République.
2-3 DISPOSITIONS COMMUNES : HORAIRES ET AMENAGEMENT DU TEMPS SCOLAIRE
La Directrice académique des services de l’éducation nationale fixe les heures d’entrée et de sortie des écoles dans le cadre du règlement type départemental, après consultation du Conseil départemental de l’Education nationale.
La liste des écoles, avec indication, pour chacune d’entre elles, des horaires arrêtés par la Directrice académique des services de l’éducation nationale est annexée au règlement type départemental mentionné
à l’article R411-5 du Code de l’Education (décret du 24/01/2013).
2
2-3-1 : Principes nationaux d’organisation du temps scolaire (décret du 24 janvier 2013)
La semaine scolaire à l’école maternelle et à l’école élémentaire comporte pour tous les élèves vingt-quatre heures d’enseignement scolaire, réparties sur neuf demi-journées.
Les heures d’enseignement sont organisées les lundi, mardi, jeudi et vendredi et le mercredi matin, à raison de cinq heures trente maximum par jour et de trois heures trente maximum par demijournée.
L’accueil et la surveillance des élèves sont assurés dix minutes avant l’heure d’entrée en classe au début de chaque demi-journée.
La durée de la pause méridienne ne peut être inférieure à une heure trente.
Lorsqu’elle arrête l’organisation de la semaine scolaire d’une école, la Directrice académique des services de l’éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie veille au respect des conditions susmentionnées.
Elle s’assure de la compatibilité de cette organisation avec l’intérêt du service et, le cas échéant, de sa cohérence avec le projet éducatif territorial.
L’organisation de la semaine scolaire est également fixée dans le respect du calendrier scolaire national prévu à l’article L.521-1 du Code de l’Education et sans que puisse être réduit ou augmenté sur une année scolaire le nombre d’heures d’enseignement ni modifiées leur répartition.
Le maire peut, après avis de la Directrice académique des services de l’éducation nationale, modifier les heures d’entrée et de sortie en raison de circonstances locales.
En dehors du temps scolaire obligatoire, l’élève est accueilli dans l’école dans le cadre des activités pédagogiques complémentaires : le directeur/ la directrice doit veiller à la bonne organisation de ces activités.
Des stages de remise à niveau, ou de l’accompagnement éducatif, et le cas échéant des activités
périscolaires peuvent également être organisés.
2-3-2 : Décisions d’organisation de la semaine scolaire arrêtées par la Directrice académique des services de l’éducation nationale
Les décisions d’organisation de la semaine scolaire prises par la Directrice académique des services de l’éducation nationale ne peuvent porter sur une durée supérieure à trois ans. A l’issue de cette période, ces décisions peuvent être renouvelées tous les trois ans après un nouvel examen, en respectant la même procédure.
Le conseil d’école ou le maire ou le président de l’EPCI pourra éventuellement demander à la Directrice académique des services de l’éducation nationale un réaménagement de l’organisation du temps scolaire.
La Directrice académique des services de l’éducation nationale statuera alors sur cette modification en respectant la même procédure que celle du calendrier initial.
TITRE 3 - VIE SCOLAIRE
3-1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES
L’école veille au respect des règles et principes fondamentaux, tels que :
- les principes de laïcité, de neutralité politique, commerciale, idéologique et religieuse ;
- le principe de non discrimination religieuse dans la participation des parents à la vie de l’école ;
- le devoir de tolérance et de respect d’autrui ; à cet égard sont interdites :
• toute forme de discrimination qu’il s’agisse de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie ou de
sexisme,
3
• toute forme de harcèlement discriminatoire portant atteinte à la dignité de la personne, tout
propos injurieux ou diffamatoire ;
- la garantie de protection contre toute agression physique et morale et le devoir qui en découle pour chacun de ne pas user de violence, sous quelque forme que ce soit, et d’en réprouver l’usage ;
- la nécessité d’engager immédiatement le dialogue en cas de difficulté ou de conflit ;
- la gratuité des fournitures et de toutes les activités obligatoires sur le temps scolaire.
Les parents d’élèves sont membres de la communauté éducative et participent, par leurs représentants aux conseils d’école selon les textes et la réglementation (décret du 28 juillet 2006).
Les élèves, comme leurs familles, doivent s’interdire tout comportement, geste ou parole qui porterait atteinte à la fonction ou à la personne du maître et au respect dû à leurs camarades et aux familles.
En cas de manquement, la loi du 3 août 2002 précise : "lorsque l’outrage est adressé à une personne chargée d’une mission de service public et que les faits ont été commis à l’intérieur d’un établissement scolaire ou éducatif ou, à l’occasion des entrées ou sorties des élèves, aux abords d’un tel établissement...
[ces faits sont passibles de] six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende".
Dans le même esprit, l’enseignant et toute personne intervenant dans l’école s’interdisent comportements,
gestes ou paroles, qui traduiraient de leur part indifférence ou mépris à l’égard de l’élève ou de sa famille.
Tout châtiment corporel, pour quelque raison que ce soit, est strictement interdit.
Conformément aux dispositions de l’article L.141-5-1 du code de l’éducation, le port de signes ou de tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.
3-2 DISPOSITIONS PARTICULIERES
Quand le comportement d’un élève perturbe gravement et de façon durable le fonctionnement de la classe et traduit une évidente inadaptation au milieu scolaire, la situation doit être soumise à l’examen de l’équipe éducative. Dans ce cas, des aménagements de la scolarité peuvent être envisagés en liaison avec la famille :
3-2-1 : école maternelle
Une décision de retrait provisoire de l’école maternelle peut être prise par le directeur/ la directrice, après un entretien avec les parents et en accord avec l’inspecteur de l’Éducation Nationale.
3-2-2 : école élémentaire
Après une période probatoire d’un mois, si aucune amélioration n’a pu être apportée au comportement de l’élève, une décision de changement d’école pourra être prise par l’inspecteur de l’Éducation Nationale, sur proposition du directeur/de la directrice et après avis du conseil d’école. La famille sera consultée sur le choix de la nouvelle école en liaison avec les maires des communes concernées.
Les contacts entre les parents et l’équipe pédagogique doivent être maintenus.
TITRE 4 - USAGE DES LOCAUX - HYGIÈNE ET SÉCURITÉ
4-1 UTILISATION DES LOCAUX – RESPONSABILITÉ
En vertu du décret 89-122 du 24 février 1989, l’ensemble des locaux scolaires est confié au directeur/ à la directrice, responsable de la sécurité, des personnes et des biens, qui signalera au maire toute anomalie constatée. Lorsqu’il est fait application des dispositions de l’article L.212-15 du code de l’Éducation, le maire peut, sous sa responsabilité et après avis du conseil d’école, utiliser les locaux scolaires pour y organiser des activités à caractère culturel, sportif, social ou socio-éducatif, pendant les heures ou les périodes au cours desquelles ils ne sont pas occupés pour les besoins de la formation initiale ou continue.
Ces activités doivent s’exercer dans le respect des principes fondamentaux de l’école publique, notamment de la laïcité et de l’apolitisme.
4
4-2 HYGIÈNE
Les élèves sont encouragés par leur maître à la pratique quotidienne de 1’ordre et de 1’hygiène.
Il appartient à la commune de prendre toutes dispositions pour que l’école maternelle et l’école élémentaire soient tenues dans un état permanent de salubrité et de propreté, et maintenues à une température compatible avec les activités scolaires.
En application du décret du 15 novembre 2006, il est formellement interdit de fumer dans l’enceinte
scolaire (les locaux, la cour et le préau).
4-3 SÉCURITÉ
Des exercices de sécurité ont lieu suivant la réglementation en vigueur et selon le PCS (Plan Communal de Sécurité) décliné par le Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS).
4-4 USAGE DE L’INTERNET
L’accès à Internet, dans le cadre de l’école, doit être réalisé en assurant la protection des mineurs vis à vis des sites illégaux ou des sites inappropriés. La charte départementale type d’usage des réseaux, de l’internet et des services multimédia présentée en conseil d’école, précisant les conditions d’utilisation des ressources de l’Internet par les élèves et les personnels sera annexée au règlement intérieur de l’école ; elle sera remise à chaque rentrée scolaire aux élèves et enseignants qui y apposeront leur signature (celle du représentant légal pour les élèves).
4-5 DISPOSITIONS PARTICULIÈRES
Le règlement intérieur de l’école prévoira une liste de matériels ou objets dont l’introduction à l’école est prohibée.
Seules peuvent être organisées dans l’école les collectes autorisées au niveau national par le Ministre chargé de l’Education. Les souscriptions ou les tombolas sont autorisées par le préfet. Les demandes sont effectuées par le directeur/la directrice d’école après avis du conseil d’école et validation de l’inspecteur de l’Éducation nationale.
Droit à l’image : Une autorisation de principe annuelle peut être demandée. Elle sera complétée par une autorisation ponctuelle et précise quant aux modalités de diffusion.
En application de l’article D 111-8 du code de l’Éducation, les coordonnées des parents ne peuvent être transmises aux associations de parents d’élèves qu’avec leur accord exprès.
TITRE 5 – SURVEILLANCE
5-1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES
La surveillance des élèves, durant les heures d’activité scolaire, doit être active et continue. La sécurité doit être constamment assurée, en tenant compte de l’état et de la distribution des locaux et du matériel scolaire ainsi que de la nature des activités proposées.
Seuls les parents ou les personnes désignées par eux en début d’année, sont autorisés à reprendre l’enfant pendant le temps scolaire en cas de nécessité.
L’introduction de toute personne étrangère au service public de l’enseignement dans les locaux est strictement soumise à l’autorisation préalable du directeur /de la directrice d’école.
5-2 MODALITÉS PARTICULIÈRES DE SURVEILLANCE
5
Le service de surveillance, à l’accueil et à la sortie des classes, ainsi que pendant les récréations, est arrêté par le directeur/la directrice d’école après consultation du conseil des maîtres.
Le maître est, en dehors de l’enceinte scolaire, déchargé de toute obligation de surveillance à l’égard de ses élèves, en particulier pendant la durée du déplacement de la porte de l’école au point de stationnement du véhicule en cas de transport scolaire.
L’organisation du service de restauration relève de la seule compétence de la collectivité territoriale.
5-3 ACCUEIL ET REMISE DES ÉLÈVES AUX FAMILLES
Les élèves sont rendus à leur famille, à l’issue des classes du matin et de l’après-midi, sauf s’ils sont pris en charge, à la demande de la famille, par un service de garde, de cantine ou de transport.
Dans les classes et sections maternelles, les élèves sont remis par les parents ou les personnes qui les accompagnent, soit au service d’accueil soit au personnel enseignant chargé de la surveillance, conformément aux dispositions du paragraphe 5-2 ci-dessus.
Ils sont repris, à la fin de chaque demi-journée, par les parents ou par toute personne, nommément désignée par eux, par écrit, et présentée par eux au directeur/à la directrice.
Les modalités pratiques d’accueil et de remise aux parents sont prévues par le règlement de l’école.
En cas de négligences répétées ou de mauvaise volonté des parents pour reprendre leur enfant à la sortie de chaque classe, aux heures fixées par le règlement intérieur, le directeur/la directrice peut prononcer une exclusion temporaire de l’élève pour une période ne dépassant pas une semaine. Le directeur/la directrice en informe le conseil d’école.
5-4 PARTICIPATION DE PERSONNES ÉTRANGÈRES A L’ENSEIGNEMENT
L’intervention de personnes apportant une contribution à l’Éducation dans le cadre des activités
obligatoires d’enseignement est toujours soumise à l’autorisation du directeur/de la directrice d’école, après avis du conseil des maîtres suivant les agréments et les conventions signés par la Directrice académique des services de l’Education nationale.
Les intervenants extérieurs sont placés sous l’autorité du maître. Le maître par sa présence et son action assume de façon permanente la responsabilité pédagogique de l’organisation et de la mise en oeuvre des activités scolaires.
TITRE 6 – RÈGLEMENT INTÉRIEUR
Dans chaque école maternelle, élémentaire ou primaire, le règlement intérieur est approuvé chaque année lors de la première réunion par le conseil d’école, en conformité avec les dispositions du règlement
départemental.
************************
Monique LESKO
Directrice académique
des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Isère
19/11/2013
Mis à jour le 16/09/14


| Plan du site | Connexion | Espace privé | Aide | Contacts et mentions légales | &
41 articles | 2 428 visites depuis le début | popularité 300