Le pangolin de Maurice Carême

Illustration de Lora

On a beau être un pangolin
Et ressembler à s’y méprendre
A un tas de pommes de pin ;
On a quand même le coeur tendre.

On a beau faire, quand on marche,
Un cliquetis de castagnettes ;
On a de l’amour plein la tête
Et des douceurs de patriarche.


On n’a – quand on est pangolin –
Ni la grâce ocellée du paon
Ni la souplesse du félin.


Mais on vit entre bons voisins,
Oublié, mais toujours content,
Dans le blanc silence africain.

Retour à l’école

Quelques élèves de la classe ont repris l’école, 6 le premier jour, 8 le deuxième puis 10… en attendant qu’ils reviennent tous quand on aura vraiment vaincu le coronavirus et la peur qu’il inspire.
Quelques impressions du premier jour de classe :
* Aujourd’hui, l’école c’était cool ! C’était bien parce qu’on a pique-niqué sous le préau. (Nina)
* Nous avons écouté la musique du film de Superman et dessiner à la manière de Vasarely. (Ella)
* On a fait plein de choses. On a travaillé et mangé, on s’est bien lavés les mains. Dommage que les autres n’étaient pas là ! J’aime bien le système des flèches et des croix. (Emy)
* Je pense à Noémi M. J’espère qu’elle va bien et que nous nous retrouverons bientôt avec Nina et Clara. (Mélissa)
* Je pense aussi à Noémi M. J’espère qu’elle va bien. L’école s’est bien passée. Nous avons joué au jeu du mime. J’espère que nous nous reverrons bientôt. (Clara)
* Je pense à Adam. Il me manque pour rigoler ensemble. (Esteban)
* Je pense à Yasin. Il me manque beaucoup. J’aimerais qu’il revienne à l’école (Mohamad)



Loin de l’école, ils ont écrit…

Le mot de Clara
Voici ce que j’ai vécu pendant ces deux mois de confinement.
Je me suis ennuyée un petit peu. C’était bizarre parce que nous ne pouvions pas sortir plus d’une heure. Mes copines m’ont manqué énormément. Ce sera étrange de les retrouver à l’école et de rester à un mètre. J’ai peur du coronavirus parce que je n’ai pas envie de l’attraper et aller à l’hôpital. Pour moi, c’est un virus dangereux qui entre dans les poumons et qui fait mourir.
Il faut bien respecter la barrière de sécurité comme tousser dans son coude, porter un masque et rester à un mètre de distance.

Le mot d’Esteban
Ce virus me fait peur, je n’aimerais pas l’avoir et contaminer les autres. Au début, j’étais content car j’aime mieux faire les devoirs à la maison.
L’ avantage, c’est de voir nos parents plus longtemps car il y a certains métiers qui n’ont pas repris à ce jour. Je profite bien de  papa et de maman même si mon papa travaille à nouveau en respectant les gestes barrières. Au début du confinement, j’ai pris un rythme :  devoirs le matin, jeux l’après-midi. Mais c’est devenu dur de faire  le travail le matin, quand la veille la télévision programme des films de Louis De Funès  ou la septième compagnie ! Le réveil est dur.
Nous avons de la chance d’être en maison et non en appartement. Je peux jouer dans mon jardin où mes parents m’ont installé un trempoline. En face de chez moi, il y a une grande forêt où nous avons construit une cabane avec mon copain. Le handball me manque énormément pour revoir mes amis  et continuer à évoluer dans ma catégorie. Mais grâce à internet notre club nous envoie des défis à réaliser.
M. Macron a annoncé la reprise progressive de l école le onze mai. Je serai heureux de retrouver mes copains pour savoir comment s’est passé le confinement chez eux. J’espère que nous n’aurons pas trop perdu notre niveau scolaire pour le passage au CM2.
J’espère vous revoir tous en pleine forme pour passer des bonnes journées ensemble et bien finir l’année scolaire .