Archives de catégorie : productions d’élèves VdR

pôle d’excellence cm2 VDR – sortie Ugine

DSC00130

Dans le cadre de leur projet pôle d’excellence axé sur l’impact humain sur l’aménagement du territoire local, les élèves des deux classes de CM2 de l’école du Val des Roses ont découvert des exemples de structures des secteurs secondaire et primaire, jeudi 7 et lundi 11 janvier, à Ugine.

Ils ont ainsi eu la chance de découvrir l’usine d’Ugitech. Accueillis de bon matin par les ambassadeurs de cette usine, ils ont pu découvrir son histoire et l’établissement en général à travers un petit film. Ils ont ensuite été équipés d’un casque, d’une chasuble, d’une oreillette et sont partis à la découverte du site. Les enfants ont découvert, dans un premier temps, l’aciérie de l’usine et se sont émerveillés devant les poches de métal en fusion, la coulée continue ou les barres produites. Ils ont aussi compris l’importance des consignes de sécurité dans un tel environnement et la raison pour laquelle leur guide ne pouvait leur parler que grâce à l’oreillette tant le bruit des machines était important. La visite s’est poursuivie par le laminoir et là encore, la transformation du métal en fil ou autres barres de tailles différentes les a impressionnés. Un passage devant les vitrines leur montrant les produits finis en acier inoxydable a fini de les émerveiller d’autant que leurs hôtes étaient très à leur écoute et leur prodiguaient d’intéressantes explications.

Les élèves ont ensuite été guidés par Pascale Dubois, guide de la FACIM, à travers le quartier du nouveau village, lieu de vie des premiers ouvriers, afin de comprendre le développement de la ville d’Ugine directement lié avec l’histoire de l’usine. Ils ont découvert que le site de l’usine n’avait pas été choisi au hasard mais bien pour profiter de la force motrice de l’eau et que dans les premiers temps de l’usine, des ouvriers de 22 nationalités différentes y travaillaient en harmonie. Ils ont observé l’usine et le quartier d’un point de vue architectural et là encore, en ont appris énormément.

Après un pique-nique pris au chaud dans une des salles communales, les élèves de la première classe se sont rendus chez un maraîcher. Les enfants ont pu découvrir la passion d’Alexandre Collombier, à Soney, pour son métier, qui est principalement en lien avec le secteur primaire, mais regroupe aussi les autres secteurs économiques, puisque notre hôte transforme et vend ses produits directement. Les enfants ont découvert les serres habituellement remplies de variétés très anciennes de légumes ; ils ont compris l’importance de la culture biologique dans la préservation de l’environnement, et ont aidé à la préparation des paniers destinés à l’AMAP en triant les pommes de terre et les topinambours ; ils sont repartis avec du maïs noir à pop corn et de quoi faire de délicieux beignets de topinambours.

La seconde classe, quant à elle, a pu découvrir un élevage de vaches puisque les propriétaires de la grange à Dîme les ont, à leur tour, gentiment accueillis. Ils ont passé un long moment dans l’étable au milieu des vaches et des veaux, posant mille questions à Patrick et son épouse. Ils ont enfin eu la chance de déguster le fromage fabriqué par cette dernière et ils ont goûté au lait frais.

Une journée très enrichissante pour ces élèves qui découvrent ainsi les acteurs économiques de leur région.

DSC00081DSC00091DSC00121

Jeudi dernier, dans le cadre du projet pôle d’excellence sur les différents secteurs économiques, nous sommes allés visiter l’exploitation agricole d’un passionné, Alexandre Collombier. Il est maraîcher à Soney, un hameau d’Ugine, et possède 3 hectares de terrain. Il produit principalement des légumes biologiques (sous serres), de variétés anciennes, et qui ont donc du goût et sont bien adaptées au milieu. Il a choisi ce fonctionnement, car il nous a expliqué l’importance de préserver la terre pour lui ; il veut donc produire de manière écologique, respectueuse de l’environnement : il utilise par exemple du cuivre et du soufre pour traiter, mais pas de pesticides. Alexandre nous a aussi expliqué qu’en montagne, il était plus difficile de produire à cause du relief et du climat qu’en plaine. Les exploitations sont donc plus petites, et les agriculteurs ont moins d’aides. C’est pourquoi il a développé différents projets, qui concernent la vente directe du producteur au consommateur (on peut retrouver ses produits chez lui, à l’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) d’Ugine, mais aussi à Pays’arts, rue Pargoud) ; il est aussi en train de monter un projet qui concerne son deuxième métier : chocolatier- pâtissier. Il va donc planter des cacaoyers au Niger, de la canne à sucre à étendre sur le sol pour l’enrichir, car il s’appauvrit avec la culture du cacao, mais aussi des noisetiers à Sonnay et des framboises.Il va aussi élever des poules pour produire des œufs, qu’il utilisera dans ses pâtisseries, et bientôt même son blé pour produire sa farine. Grâce à tous ces projets et à son dynamisme, il réussit petit-à-petit à pouvoir vivre de sa passion tout en respectant la terre.

Nous avons eu l’occasion de comprendre que son métier, qui est très difficile, diffère en fonction des saisons ; par exemple, nous avons trié les pommes de terre et les topinambours pour l’aider à préparer ses paniers pour l’AMAP. Tout est récupéré ! Les belles pommes de terre sont mises de côté pour la vente, les moyennes sont gardées pour être mises à germer et donner les futurs pieds de patates, et les toutes petites seront cuites et données aux lapins. Il nous a aussi donné du maïs à pop corn noir ; nous avons pu tester chez nous, et nous allons en refaire à l’école et l’offrir aux maternelles qui se rendent au cinéma vendredi.

En souvenir de notre sortie, nous vous proposons la recette des beignets de topinambours ! Bon appétit !

Pour 4 personnes:

1,5 kg de topinambours
0,150 kg de pommes de terre « charlotte »
Sel, Poivre blanc, Ail, Muscade
110 gr de Farine
2 Œufs

Cuire les pommes de terre ainsi que les topinambours dans une eau salée, 30 minutes environ:
les légumes doivent se défaire facilement.
Éplucher ces derniers et les écraser pour un faire un mélange parfaitement homogène.
Incorporer la farine (que l’on peut remplacer par de la fécule), puis les œufs et les épices.
Mélanger vivement et laisser reposer une très grosse heure.
Cuire, par petites quantités à la fois, dans une huile la plus proche possible de son point de fumée (env. 185°C)
Servir chaud une fois que chaque beignet sera suffisamment doré.

Accompagnez-les avec de la mâche, ils seront parfaits!