Archives pour la catégorie cycle 2

Rencontre avec la Sécurité civile, Radio CDM était là! Moments choisis.

     La Radio Chœur De Mômes était présente lors de la rencontre avec la Sécurité Civile. Malheureusement pour nos jeunes interviewers, il était compliqué d’obtenir des entretiens puisque les professionnels présents avaient déjà fort à faire avec toutes les classes présentes mais nous avons enregistré quelques moments des rencontres des élèves avec eux.

Rencontre avec  le pilote. Extrait.

Rencontre avec le SAMU 73. Extrait.

Rencontre avec le maître – chien d’avalanche et son chien, un berger belge malinois,  Jarod. Extrait.

 

Journée médiévale, journée géniale

image

Nous arrivons dans le château de Miolans et nous sommes émerveillés!

image2

Nous visitons le château et nous découvrons les meurtrières, il fait froid et c’est très sombre.

image3

Nous descendons par un escalier en colimaçon pour aller en « enfer »

(cellule qui se trouve tout en bas du château).

image6 image4

Nous sommes dans le jardin de la haute cour et au fond nous voyons le donjon.

image5

Nous montons en haut du donjon et nous admirons le paysage.

image7

Nous terminons notre journée médiévale par la construction collective d’un château fort avec des cailloux.

gestion des élèves présentant des troubles du comportement

PROPOSITIONS POUR AMÉLIORER LA VIE DE L’ÉCOLE

L’élève en difficulté face au fait de trouver sa place à l’école.

Ce modeste essai de réponse, face à certains troubles du comportement ou à certains enfants dont la gestion s’avère difficile parfois, est le fruit d’une réflexion menée suite à une expérience en ITEP (stage de pédagogie institutionnelle), mêlée à des essais de collègues travaillant en banlieue et à quelques sources glanées dans la très intéressante revue du CNDP « Échanger ».

I Réunir les maîtres et maîtresses de cycle, les éducateurs éventuels, le directeur/ la directrice, les parents et l’élève pour faire un « nous » face à l’enfant :

Cette réunion n’a pas pour but de refaire l’histoire, mais de montrer à l’élève le souhait d’avancer, un nouveau point de départ : qu’est-ce qui est possible MAINTENANT ?

chacun doit exprimer son degré de tolérance par rapport à l’enfant.

tout ce qui se passe doit être connu de tous (voir plus loin « fiche navette ») : consigner et dater les faits circonstanciés et vérifiés, mais raconter également les événements positifs impliquant l’élève.

affichage du dispositif

centralisation des infos

coordination avec éducateurs, parents, …

on peut aussi désigner un tuteur (adulte, ou enfant délégué).

NB :

  • Les faits doivent être très précis, pour éviter que l’élève « embrouille » tout le monde, et fuit ses responsabilités.
  • Il est primordial que l’enfant reconnaisse ce qu’il a fait.
  • Le rappel à la règle et la la Loi doit être fait.
  • Tous, adultes comme enfants, doivent exprimer leurs limites : cela permet la variété dans une exigence commune de travail, formulée solidairement à l’enfant : le but est de restaurer le rôle de l’enseignant et de lui redonner son « statut » face à l’élève ; l’adulte doit préciser ce qu’il n’acceptera pas. C’est un signe fort pour montrer à l’élève qu’il a toujours sa place dans la communauté (comme souvent il l’espère, d’ailleurs…) : cela permet de restaurer son statut d’élève.

II Pour aider les enfants difficiles à tenir :

  • proposer des sorties de classe fixes ( à voir avec l’emploi du temps) → Pour faire AUTRE CHOSE.
  • Si l’élève a besoin de sortir à d’autres moments, les parents viennent chercher l’enfant (ou l’ITEP si suivi).

en général, cette expérience de rupture ramène l’élève à la classe, car il a envie d’être comme les autres. Il est important de lui laisser le temps pour changer d’attitude.

En général, l’enfant difficile consomme en « live » : clowneries, insultes, … D’où l’importance de « différer »  la récompense, la reconnaissance, le plaisir, … C’est un travail sur le long terme, construit méthodiquement et qui entraîne une valorisation de son image sur le long terme.

  • règles d’écoute et de travail doivent être respectées sinon : sanction (voir plus bas « sanction ») ! De là, on peut bâtir, en donnant du sens à la scolarité de l’enfant. Il faut que celui-ci voit le bout du « tunnel », et donc ancrer l’école dans la VRAIE vie.
  • Avoir des projets dans l’école, mais aussi ouverts sur l’extérieur (projet « passerelle »), pour se revaloriser dedans et en-dehors.

On propose en fait un schéma actanciel à l’enfant. Il devient un personnage au centre d’une histoire, une sorte de héros qui poursuit une quête. Les personnages, événements et objets / pensées négatif(ve)s sont des opposants qui entravent sa quête. La quête doit être commanditée par un émetteur (l’adulte).

III Par rapport aux violences physiques :

Il faut exprimer ce qui a été fait en conseil d’adultes, reprendre les termes de l’enfant, les reformuler, instaurer un échange. Tous les élèves violents sont convoqués en même temps. Cette réunion devrait si possible découler sur un jeu de société (type « Comedy Story » pour les plus grands, ou le « jeu de Loi »). Cela permet d’exprimer des émotions, mais aussi de travailler sur les droits et devoirs du citoyen. A voir qui gère le jeu… : directeur/trice, l’enseignant de l’enfant, un-e enseignant-e de PS ou MS sur le temps de la sieste des élèves de sa classe ?

IV La question de la sanction :

Il faut garder à l’esprit la sanction SANS PUNITION : il lui faut un lieu d’écoute, pour reformuler à l’aide d’un adulte ce qui a été fait et doit être modifié.

On peut imaginer deux types d’outils :

  1. les cartons :
  • jaunes : isolement pour un temps calme (sas) , ou pour une remise au travail
  • rouges : sanction disciplinaire → exclusion pour une heure ou une séance.

carton jaune :

  • nom
  • classe
  • est exclu de classe à …..h….. pour :* refus de travail * perturbation de la vie de classe* autre (à préciser)

carton rouge :

  • nom
  • classe
  • est exclu de la classe à ……h….. pour :* violence / agression* insultes / menaces* autre ( à préciser)
  1. la fiche-navette ( à relever une fois tous les 15 jours pour bilan):cela peut paraître « lourd » dans la gestion quotidienne, je vous l’accorde, mais elle constitue une solution matérielle à « bilanter » concrètement avec l’enfant ; elle doit être juste, au sens de justice, pour donner du sens au travail fait avec l’enfant et la famille.
Prénom Observations « cartons » jaunes « cartons » rouges Remarques (positives et négatives Contrat avec la famille
Travail Comportement Récréation Classe Récréations Classe Récréations

3) Autre outil intéressant : la communication non-violente (voir ci-après : « message clair ») :

Personnellement, je pense qu’elle devrait intervenir après le « sas » ou l’isolement, dans un cas de violence, mais au quotidien ou lors des conseils dans tous les autres cas.

  1. préciser les faits : « je vais te faire une communication non-violente : tout à l’heure, quand ….
  2. exprimer ses émotions : « ça m’a fait …. » , « j’ai eu … », « j’ai ressenti… » → fournir une « carte émotion » (smiley) si besoin ; il existe aussi des pictogrammes utilisables en maternelle pour accompagner les enfants dans la verbalisation ou aider un enfant allophone.
  3. Identifier le besoin altéré : « j’ai besoin de… », « je préfère que… »
  4. formuler une demande : « je te demande de … », « est-ce que tu pourrais… ?»

On peut aussi entraîner les enfants délégués à la médiation : cela peut se faire autour de cas pratiques, ou de jeux de rôles.

Quelques informations sur le « message clair » :

L’idée est bien entendu d’étendre cette pratique à toute l’école, afin que TOUS les élèves puissent se comprendre entre-eux grâce à un « code » commun, mais elle doit aussi être utilisée quand les adultes s’adressent aux enfants, dans la mesure du possible.

Quelques liens utiles:

http://www.icem34.fr/index.php/ressources/classe-cooperative/les-messages-clairs

http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/41079http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/41079

http://www.icem-pedagogie-freinet.org/sites/default/files/03_la_demarche_du_message_clair.pdf

 

Ces pratiques peuvent aller de paire avec d’autres, telles que le conseil d’enfants ou le conseil de classe, qui permettent d’organiser la vie de l’école et de la classe AVEC les enfants, et d’apprendre à organiser sa pensée, son discours. Le but est d’enseigner avec une pédagogie positive et ayant du sens pour l’enfant, qui devient réellement acteur à tous niveaux dans ses apprentissages et son école.

Marie Dufourmentel

ressources préparatoires au Projet Croix Rouge

doc péda

les jeux

les liens

synthèse compétences cycles 1, 2 et 3

aps collège

vidéo aps

Dans le cadre du contrat de ville, les classes de cm1, cm2 et 6ème, ainsi que des parents d’élèves, vont pouvoir participer à l’attestation de premiers secours avec la Croix Rouge.

Vous trouverez ci-dessus quelques ressources (que vous devriez aussi retrouver sur le site de l’IA) utiles pour vos classes; le projet s’adresse au futur cycle 3, mais vous trouverez aussi quelques éléments étendus aux cycles 1 et 2.

Bien à vous,

Marie Dufourmentel et Sylvie Ducoron