Archives de catégorie : École élémentaire Louis Pasteur

Le Dôme théâtre – 20-09-2019

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, catégorie Jeunesse, la classe de CM1 de l’école élémentaire Louis Pasteur a visité le Dôme ce vendredi 20 septembre.

Cette immersion dans l’univers du spectacle a débuté par une présentation de ce centre socio-culturel, dont la construction est indissociable des Jeux Olympiques d’Hiver qui se sont déroulés à Albertville en 1992. Une fois le cadre posé, les enfants ont pu visiter les coulisses du Dôme afin de se familiariser avec les techniques du son (table de mixage) et de la lumière (utilisation de projecteurs). Les enfants ont aussi parcouru les différents étages du bâtiment afin de mieux saisir le fonctionnement d’ensemble du Dôme.

Guidés par leur intervenante, Elsa, les enfants ont pu satisfaire leur curiosité, en voyant « l’envers du décor » et comprendre les mécanismes de montage des pièces de théâtre qu’ils avaient visionné auparavant.

Qui sait ? Une telle sensibilisation très appréciée par les enfants, suscitera peut-être des vocations artistiques chez nos jeunes élèves ?

La coopérative scolaire

Depuis plusieurs années, les enseignants et le personnel de l’école font vivre une coopérative dans notre école.

Qu’est-ce qu’une coopérative scolaire ?

logo de l'office central de la coopération à l'école - pédagogie coopérative

La coopérative scolaire est un élément important de la vie de l’école. C’est un regroupement d’enseignants, du personnel de l’école et d’élèves qui décident de mettre en œuvre un projet éducatif s’appuyant sur la pratique de la vie associative.
Cette association contribue au développement de l’esprit de solidarité entre les élèves et à l’amélioration du cadre scolaire et des conditions de travail et de vie dans l’école.

Il est important de savoir que notre coopérative scolaire est affiliée à la section départementale de l’office central de la coopération à l’école (OCCE), en tant que section locale. Elle est contrôlée par l’OCCE, ce qui lui apporte des garanties de gestion.

À quoi sert la “coop” ?

L’argent de la coopérative scolaire peut être utilisé de la manière suivante :

  • achats de matériel spécifique pour la classe (ingrédients pour les ateliers cuisine en maternelle …)
  • sorties culturelles (cinéma, théâtre, musée…)
  • sorties sportives (location de matériel …)
  • financement de projets au niveau de l’école, comme des correspondances, des activités artistiques …

Comment est-elle financée ?

Tout d’abord, l’argent provient des bénéfices réalisés lors de la vente des photos de classe. Ensuite, le « Sou des écoles », l’association des parents d’élèves, verse, annuellement, une subvention de 800 Euros récoltés grâce aux événements que ces parents bénévoles organisent tout au long de l’année :

  • vente de gâteaux, de boissons
  • vente de brioches
  • animations
  • etc…

En vertu du principe de solidarité, aucun élève ne peut être écarté du bénéfice d’une activité financée par la coopérative scolaire au motif que ses parents n’ont pas participé à son financement.

La coopérative scolaire ne doit pas non plus se substituer aux obligations de la commune en matière d’équipement et de fonctionnement de l’école. Ainsi, elle n’a pas à acquérir en lieu et place de la commune du matériel d’enseignement collectif ou du matériel indispensable au fonctionnement de l’école.

Être parent à l’ère du numérique

  • Quels réflexes adopter face à la désinformation ?
  • Comment conseiller vos enfants sur les réseaux sociaux et les protéger des images violentes ?
  • Quelles sont les règles à respecter et à inventer dans ce monde d’ultraconnexion dans lequel ils grandissent ?

Pour apporter des réponses, le CLEMI, Centre dédié à l’éducation aux médias et à l’information, étend sa mission au-delà des murs de l’école pour écouter, comprendre et accompagner les parents et sensibiliser les enseignants sur les pratiques médiatiques des élèves.

Le guide pratique

« La famille Tout-Écran »

Ce guide a pour vocation de fournir des éclairages utiles et des conseils pratiques à tous les parents, mais aussi à l’ensemble des acteurs éducatifs et associatifs intéressés par ces questions. C’est le quotidien de la famille Tout-Écran qui est mis en image dans ce guide, une création originale du CLEMI. Une famille connectée et parfois un peu dépassée dans la gestion des écrans, avec leurs trois enfants de 3, 8 et 16 ans.

En savoir plus sur le guide et le télécharger

Être parent à l’ère du numérique

L’explosion de nos pratiques numériques a redéfini les défis de la parentalité et bouleversé les dynamiques familiales. Voilà pour les faits, mais quels réflexes adopter face à la sur- et la mal- information ? Quelles sont les règles à respecter et à inventer dans ce monde d’ultraconnexion dans lequel nos enfants grandissent ? Pour tenter de répondre à ces questions, le CLEMI étend sa mission en éducation aux médias au-delà des murs de l’école pour écouter, comprendre et accompagner les parents, dans toute leur diversité.

Illustration colorée de « La famille Tout-Écran »
#1

Apprendre à s’informer 
Comment muscler l’esprit critique de vos enfants ?

#2

Conseiller les ados sur les réseaux sociaux
La charte de confiance de la famille Tout-Écran

#3

Gérer le temps des écrans 
Que retenir des conseils des psys ?

#4

Protéger les enfants des images violentes
Trousse de secours en cas d’accidents d’images

#5

S’impliquer dans l’éducation aux médias et à l’info
À la rencontre des promeneurs du net

Santé et sécurité à l’école : le PPMS

Le P.P.M.S dans une école, à quoi ça sert ?

♦ Vous trouverez ici une documentation claire sur le « Plan Particulier de Mise en Sûreté » des établissements scolaires face à un accident majeur.

♦ Vous trouverez ici les recommandations données aux familles dans un tel cas.

♦ Vous trouverez ici une vidéo expliquant les exercices réalisés du type « Attentat / Intrusion ».

Le registre Santé et Sécurité au Travail

Pour qui ? Pourquoi ?

sante_secu_petit

Un registre est à la disposition de toutes les personnes fréquentant habituellement ou occasionnellement les locaux de cet établissement.

Vous pouvez y noter vos observations ou vos problèmes concernant :

  • les événements accidentels,
  • les risques,
  • l’amélioration des conditions de travail.

Des fiches vierges de « Relevé d’observation » sont à votre disposition dans l’école.
Après avoir complété une fiche, vous la remettrez dans la boite aux lettres).  Les « Suites données » à votre relevé d’observation seront ensuite notées sur le verso de la fiche par les personnes ou structures concernées. Un dossier d’information plus complet sur la mise en place de ce registre est à votre disposition dans l’école.

Pour toute précision complémentaire, vous pouvez vous adresser au directeur de l’école.

L’enfant et le sommeil

Un facteur essentiel de la réussite scolaire

Le sommeil des enfants

Chaque enfant a son propre rythme de sommeil et ses besoins. Les parents qui ont plusieurs enfants ont pu le remarquer : l’un peut être couche-tôt, tandis que l’autre est un couche-tard. Certains ont besoin de beaucoup de sommeil, d’autres moins ! 

Le rythme de votre enfant : Quand faut-il le coucher ?


Il se frotte les yeux, est grognon, dort debout.
Ou au contraire irascible, énervé, coléreux : en réalité il lutte contre la fatigue.
S’il est très en forme le soir, sociable et de bonne humeur, ne lui imposez pas de dormir trop tôt, mais demandez-lui d’aller dans sa chambre et d’avoir une activité calme.
Repérez ses horaires et respectez-les dans la mesure du possible.
Observez son comportement : un enfant qui manque de sommeil est le plus souvent coléreux et irritable dans la journée.

Les rituels du sommeil sont importants


Ce sont toutes les habitudes qui sont reproduites chaque soir au moment du coucher, dans une séquence et un ordre immuable. Les rituels ont pour fonction de rassurer l’enfant à ce moment particulier du passage de l’éveil au sommeil.
Pour un enfant, le moment de dormir implique une séparation avec ses parents et l’entrée dans un monde inconnu. C’est un moment angoissant. La petite histoire, le câlin, la chanson ou la boîte à musique, mais aussi des objets rassurants, comme des peluches ou doudous préférés, sont les étapes nécessaires pour préparer l’enfant au sommeil. Ce moment doit être calme et rassurant. Ces rituels évoluent avec l’âge. Plus l’enfant est âgé, moins la présence d’un parent est nécessaire. La petite histoire cède la place à la lecture, le mobile musical au lecteur numérique. Mais attention, les appareils électroniques peuvent déclencher au contraire des processus d’éveil.

Que faire si mon enfant refuse de s’endormir ?

Ces comportements reflètent parfois un trouble de la séparation, parfois une opposition pure, souvent une insuffisance de limites. Ils aboutissent presque toujours à un retard du coucher. L’enfant ne sait pas s’endormir seul et associe la présence de ses parents à l’endormissement.

Dans certaines familles, ce comportement est accepté et le trouble disparaît aux alentours de 5 ans. Le seul traitement efficace est une thérapie comportementale qui a pour but d’apprendre à l’enfant à trouver son sommeil tout seul.Une thérapie comportementale comporte trois phases :

♦ Phase de préparation :

Dans la journée, instaurer une promenade 2 fois par jour pour fatiguer l’enfant et surtout l’exposer à la lumière du jour. On y associe des horaires de siestes et de repas très réguliers, en évitant toute sieste après 17 heures – Le soir, on propose un renforcement des rituels de coucher.

♦ Phase de thérapie :

Il est important que les parents expliquent à leur enfant ce qu’ils sont en train de faire (les parents ont besoin de sommeil, il faut qu’il apprenne à s’endormir seul). Ensuite, l’enfant est couché à son heure de coucher habituelle. Puis les parents vont modifier leur réponse en réagissant de moins en moins et en privilégiant une réponse verbale (voir tableau). Cette phase dure habituellement 3 nuits.

♦ Phase de consolidation :

Elle dure 2 semaines pendant lesquelles une réactivation des difficultés de sommeil est fréquente. Il faut donc que les parents soient moins à l’écoute qu’habituellement et réagissent sur le même principe : ne pas répondre immédiatement aux pleurs de l’enfant, vérifier si nécessaire que tout va bien, puis n’intervenir que verbalement.

En pratique pour la phase de thérapie vous devez respecter les séquences suivantes qui permettront à votre enfant de s’ajuster à la nouvelle situation de coucher :

  • Couchez l’enfant dans sa chambre et dans son lit exclusivement
  • Favorisez l’utilisation d’un doudou
  • Retirez votre main
  • Interrompez le bercement
  • Lisez ou racontez une histoire, assis sur une chaise à côté du lit de l’enfant
  • Quittez impérativement la chambre
  • Si l’enfant appelle, allez le voir brièvement (10 à 15 secondes) en respectant les attentes suivantes. Une séquence comporte 5 visites.
Séquence1er soir2ème soir3ème soir4ème soir
1ère attente1 mn2 mn3 mn5 mn
2ème attente2 mn5 mn7 mn10 mn
3ème attente5 mn5 mn7 mn10 mn
4ème attente5 mn7 mn10 mn15 mn
5ème attente7 mn7 mn10 mn15 mn

Soirs suivants : Poursuivez sur la même séquence ou passez à la séquence suivante en fonction de la réponse de l’enfant.
Maintenez la même séquence un à plusieurs soirs de suite si nécessaire.
Laissez se calmer l’enfant sans le prendre dans les bras.
Si l’enfant n’est pas calmé après une séquence, utilisez une pièce neutre (salon, salle à manger) pour qu’il s’apaise en restant à côté de lui, sans le bercer ni le prendre dans les bras.
Une fois l’enfant apaisé, mettez-le au lit et débutez une nouvelle séquence.
Ne prenez plus l’enfant dans votre chambre, ni dans votre lit !

Individualisez sommeil et repas :
Dès que possible, apprenez à l’enfant que sommeil et repas sont deux comportements distincts.
Ne laissez pas l’enfant s’endormir systématiquement avec un biberon.
Donnez le biberon du matin à l’emplacement des repas (cuisine, salle à manger) et non dans le lit.
Évitez la télévision lors de l’endormissement ou les repas.

Source : http://www.institut-sommeil-vigilance.org

Le mot du directeur

Chers parents,


Les enseignantes, le personnel et la directeur vous souhaitent la bienvenue à l’école élémentaire Louis Pasteur. Notre établissement est une école qui se veut être :

  • Un lieu d’apprentissage et d’éducation qui permet aux enfants de prendre en charge leur travail et de réfléchir sur les comportements.
  • Un lieu d’épanouissement où l’enfant se sent heureux de vivre au sein d’une école bienveillante.
  •  Un lieu où l’on est capable de solidarité et de responsabilité.
  •  Un lieu où est cultivé le sens de l’écoute, du respect,  de l’ouverture, du service, de l’effort.

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous souhaite à tous une bonne rentrée et aux enfants, une bonne année scolaire.

Sentiments dévoués.

M. Déchêne-Cotillon

La classe de CM1

Chers parents,

Mes chers élèves,

Vous trouverez l’ensemble des informations de la classe de CM1 ici :

http://www.ac-grenoble.fr/ecole/rep.albertville/cm1—louis-pasteur—m-dechene-cotillon/

Je vous invite à la visiter très régulièrement avec le mot de passe fourni dans le cahier de liaison de l’élève afin de pouvoir consulter les informations, devoirs, etc…

Bonne réception,

Meilleures salutations,

M. Déchêne-Cotillon

Rentrée des classes 2019-2020

La rentrée des classes pour l’année scolaire 2019-2020 aura lieu le

lundi 2 septembre

à 8h30

Tous les élèves seront attendus dans la cour de l’école par les enseignants.

Ils pourront être accompagnés de leurs parents pour l’accueil et la présentation du personnel scolaire de l’école.