Vous êtes ici : Accueil > Informations aux parents > Contre les fermetures de postes dans l’éducation
Publié : 8 février 2011

Contre les fermetures de postes dans l’éducation

Nous assistons à une attaque en règle contre l’école

A la rentrée prochaine, 16 000 postes seront supprimés dans l’Education Nationale.

Dans le primaire, 8 967 postes sont appelés à disparaître alors que plus de 8000 élèves supplémentaires sont attendus : RASED, maternelles, remplacements, enseignants supplémentaires en éducation prioritaire... la chasse aux « gisements d’emplois » est ouverte. Et, si ça ne suffit pas, on
suggère déjà d’augmenter les effectifs par classe, de fermer des classes ou de regrouper des écoles rurales.

Le discours du ministre sur l’élargissement de l’enseignement des langues vivantes aux enfants de 3 ans confine à l’absurde alors qu’à ce jour la généralisation n’est pas achevée dans l’élémentaire et que près de 800 postes d’intervenants en langues vivantes vont être supprimés.

Les directeurs d’école sont également les premières victimes de ces coupes aveugles. Dans de nombreux endroits, l’aide administrative à la direction d’école n’est pas renouvelée. Le temps de décharge accordé aux directeurs pour le fonctionnement de l’école est revu à la baisse.

Le budget de l’Education Nationale se réduit comme peau de chagrin alors même que l’OCDE relève que l’investissement de la France dans le primaire est déjà de 15% inférieur à celui de la moyenne des pays membres de l’organisation.

Aujourd’hui, c’est l’avenir de l’Ecole de la réussite de tous qui est remis en question !

Et pourtant nous ne serons pas en grève jeudi 10-2,

car nous estimons qu’une journée de grève ne fera pas changer de position le gouvernement. De plus, ce ne sont pas les seuls enseignants qui doivent se mobiliser, les parents d’élèves, les élus doivent se sentir plus concernés, il en va de l’avenir de nos enfants.

Cette année nous frisons une fermeture de classe. Imaginez la dégradation importante si nous devions n’avoir que 3 classes : 2 classes à près de trente et ... 1 CP-CE1-CE2 !!!!

Nous ne serons réellement fixés qu’en Avril car la carte scolaire a été reculée .... après les élections cantonales ! Ils prennent les gens pour des imbéciles. C’est pourquoi la défense de l’école et des services publics doit se situer sur le terrain politique et là, chaque citoyen a son mot à dire.