vendredi 17 novembre les CE2-CM au mémorial d’Izieu

La maison d’Izieu a accueilli pendant la 2nde guerre mondiale, une centaine d’enfants juifs afin de les protéger des nazis dont l’objectif était de les exterminer. Adolf Hitler, le chef nazi, pense que les hommes ne sont pas égaux entre eux. Il considère les juifs comme des êtres inférieurs et les persécute.

En France, le gouvernement de Vichy dirigé par le Maréchal Pétain, va collaborer aux nazis.

Sabine et Miron Zlatin installent à Izieu une colonie d’enfants réfugiés de mai 1943 au 6 avril 1944. Cette date correspond à l’arrestation des 44 enfants et 7 adultes présents ce jour-là dans la maison.

C’est le procès de Klaus Barbie en 1987  (chef de la Gestapo – police secrète allemande- à Lyon) qui  fait connaitre l’histoire de la colonie d’Izieu. En 1990, Sabine Zlatin, qui a survécu à la 2nde guerre mondiale, rachète la maison et en 1994, cette maison est reconnue comme lieu de mémoire officiel.

Commentaires d’élèves….

La visite était très intéressante car on l’a étudié à l’école et c’était bien d’aller sur le lieu de la rafle.

 

C’est bien de savoir ce qui s’est passé avant pour ne pas le reproduire aujourd’hui et dans le futur : pourquoi ne pas tolérer, ne pas respecter les différences de l’autre (sa couleur de peau, ses croyances ou  non croyance, sa culture….) ?

Ce n’est pas normal d’avoir considéré les juifs comme une race (les animaux) et comme des êtres inférieurs.

J’ai été choqué que sur un panneau devant un jardin d’enfant, était écrit : « interdit aux chiens et aux juifs ». C’est les rabaisser encore et encore.

 

Certains ont risqué leur vie pour aider les juifs qui ont été persécutés uniquement car ils avaient une croyance différente. Sabine et Miron Zlatin ont réussi à sauver une soixantaine d’enfants grâce à la colonie d’Izieu.

 

C’est triste de tuer des enfants qui n’ont rien fait. Leur seul tort était d’être juif…..

 

C’était intéressant de savoir comment les enfants vivaient à la colonie et que Izieu a représenté un moment où ils ont pu aller à l’école, jouer, se promener et bien manger. Après avoir connu les camps d’internement, la séparation d’avec leur famille, ils ont vécu une période « comme tous les enfants » même dans un contexte de guerre.

 

Je remercie les personnes qui entretiennent la mémoire des enfants d’Izieu.

 

Que le passé soit le garant de l’avenir. Tous égaux, tous libres !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.