Le chagrin de Moché

Voici achevé le conte : Le chagrin de Moché.

Grâce à l’intervention de Mariette Vergne de la Forêt des Contes (10 séances), les enfants de moyenne et grande sections ont inventé leur propre conte avec des personnages sortis de leur imagination…,

ils ont fabriqué les décors et les costumes, ils l’ont joué .

Enrique, un papa d’élève est venu nous aider, avec son matériel il a enregistré les enfants puis a monté une bande son (beaucoup de temps pour un super résultat).

La maîtresse Brigitte qui avait pris les photos a monté un diaporama sur la bande son.

Les enfants ont présenté leur diaporama du conte lors de notre soirée Portes Ouvertes et ont impressionné par leur très belle prestance…

Cycle 3 Enregistrement de leur 1ère émission radio avec Radio Elyco

      06Vanosc live 1

Et voilà ! Vous pouvez l’écouter et la réécouter ! Bravo chers élèves !

Inscriptions à l’école

La directrice vous recevra avec grand plaisir sur rendez-vous, elle vous fera visiter les locaux et répondra à toutes vos questions.

Plusieurs cas peuvent se présenter pour une inscription à l’école :

– Votre enfant était scolarisé dans une autre école : vous devez fournir un certificat de radiation de son ancienne école, le livret de famille et le carnet de santé.

– Votre enfant rentre pour la première fois à l’école, il devra avoir 2 ans ou plus ( pour l’année scolaire 2014/2015 il devra être né à partir de l’année 2012). Vous devrez fournir le livret de famille et le carnet de santé.

LES VACCINATIONS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LE TÉTANOS ET LA POLIOMYÉLITE SONT OBLIGATOIRES.

N’hésitez surtout pas à prendre contact avec l’école, nous nous ferons une joie de vous recevoir et de vous faire visiter l’école. Vous pouvez passer après 16h30 les jours d’école ou nous joindre au Tél. : 04 75 34 71 21 ou par Mail : ce.0070900r@ac-grenoble.fr

 

Nouveaux rythmes scolaires

Dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires du ministère de l’Éducation Nationale, l’École Publique Raymond Aubrac, la Mairie de Vanosc et les Parents d’élèves, ont mis en place un emploi du temps de la semaine scolaire (dans le cadre imposé par l’Éducation Nationale). Il a été validé par l’Inspection Académique de l’Ardèche et sera mis en place dès la rentrée de septembre 2014.

Cet emploi du temps vise à équilibrer la semaine entre les temps d’école,les temps périscolaires et les temps familiaux, tout en respectant au mieux le rythme, le bien-être, l’éveil et les apprentissages de chaque enfant.

Les matinées :

Les lundis, mardis, mercredis, jeudis et vendredis les enfants auront classe de 9h00 à 12h00.

Les après-midis :

– Les lundis et jeudis, les enfants auront classe de 13h30 à 16h30

– Les mardis et vendredis :

13h30 à 15h00 les enfants auront classe.

– 15h00 à 16h30, la mairie organisera des activités périscolaires  qui seront facultatives (les TAP : les temps d’activités périscolaires) : il y aura des activités culturelles et sportives de qualité qui seront proposées aux enfants.

Classe découverte CP CE1

Les correspondants drômois de Roche Saint Secret Béconne en visite les 15 et 16 mai.

Dès leur sortie du bus à 11heures, nous leur avons fait visiter notre village en nous rendant au musée du car où les élèves ont pu reconstituer une roue en bois . Puis après un repas au chaud à l’annexe, nous nous sommes rendus au Monteillet pour rendre visite aux 3 luthiers et au menuisier.

Les enfants ont pu rencontrer Johann Jules qui leur a présenté différentes essences de bois, leur utilisation possible, les machines…

Chacun des luthiers ayant sa spécialité, Bruno Campanati  nous a présenté violon, alto et violoncelle, instruments à cordes frottées par un archet, et  les différents éléments qui constituent le violon.  Dominique Engles, quant à lui  nous a parlé de la vielle à roue et  ce son venu d’un autre temps (instrument à cordes frottées par la roue que l’on fait tourner). Et enfin chez Philippe Berne, les enfants ont pu  se rendre compte de la diversité des instruments à cordes pincées et leur forme atypique !

Une journée riche en découverte qui s’est achevée à la maison de la nature de Burdignes où nous avons tous dormi afin de renforcer les liens entre les enfants !

La deuxième journée fut plus bucolique,  en effet notre guide Enrique Ferrer nous a conduit dans la forêt pour découvrir les différentes essences d’arbres (épicéa, sapin et pin  puis plus haut mélèze et douglas), nous faire goûter les fleurs de myrtille et l’oxalys au goût un peu acide, observer les traces d’animaux (cône d’épicéa grignoté par les écureuils, empreinte de sanglier,  trou du pic noir).

Après le repas tiré du sac, une course d’orientation  mise en place par Enrique a permis aux élèves de s’orienter par rapport à une photo aérienne et appréhender un peu plus les chemins de la forêt !

Bien sûr, tout au long de cette journée les enfants ont pu profiter des talents de conteur de notre guide !!!

Puis vint l’heure de se séparer…

Deux journées bien remplies, riches en découverte  et  finalement un séjour qui aurait pu durer un peu plus longtemps aux dires des enfants !

A bientôt les correspondants drômois !!!

Participation de 5 élèves de cycle 3 à la cérémonie de la déportation

En présence de M.Saurel, ancien déporté, les élèves ont lu avec émotion et conviction le texte suivant :

  •  Tenir » ce fut le verbe le plus conjugué par tous « ceux » de la concentration.
  • « Tenir », c’était ne pas mourir de faim, en dépit de l’indigence des rations distribuées…
  • « Tenir », c’était ne pas mourir de froid sur les chantiers, dans les carrières ou sous les tunnels balayés par la bise, les tourbillons de neige et les rafales rageuses de la pluie…
  • « Tenir », c’était ne pas tomber foudroyé par deux coups de mousqueton tirés de quelques mètres, ou le foie éclaté par le poing meurtrier d’un kapo…
  • « Tenir », c’était ne pas partir avec ses tripes, dans un recoin des latrines, parce que la dysenterie vous avait marqué de son signe…
  • « Tenir », encore et par-dessus tout, c’était ne pas laisser le « cafard » s’installer dans les esprits, le défaitisme pénétrer dans les cœurs et le doute envahir les âmes.
  • « Tenir », c’était penser : « Quand je sortirai de là » alors qu’on savait n’avoir qu’une chance sur cent d’en sortir.
    C’était se dire : « Ils nous le paieront un jour » alors qu’on savait déjà qu’ils ne nous le paieraient jamais.
    C’était affirmer : « Je n’ai pas faim » alors que la disette vous crochetait l’estomac ; « Je n’ai pas froid » quand on claquait des dents… « Je n’ai pas mal », en regardant les zébrures violettes que les lanières de la schlague avaient marquées sur vos bras et sur vos reins.
  • « Tenir », c’était vouloir résister avec obstination, envers et contre tout, quoi qu’il arrivât, c’était garder sa foi et son moral autant que ses os, et la peau qui les recouvrait ; c’était rester fidèle à l’idéal dont on avait déjà pu mesurer qu’il était le frère jumeau du risque.
    D’un risque susceptible de conduire au-delà même de la déportation, et qu’entretenait la hantise hallucinante de la mort.
  • « Tenir », enfin, c’était « vouloir durer ».
    Tous, ou presque tous, ont voulu.
    Certains ont pu, d’autres pas.
    Pour ses derniers, le destin sans doute, n’était pas d’accord. »

Gaston Charlet dans Camp de concentration de Natzweiler-Struthof,

 Tous avons fait le souhait d’un monde de paix, de tolérance,  sans racisme, et antisémitisme !DSC01228 DSC01249 DSC01227 DSC01220