Fresque coopérative

DSC00561Avec 8 autres classes du bassin annonéen, la classe de cycle 3 de l’école Raymond Aubrac a travaillé sur une fresque avec pour thème : la paix, la différence, la diversité, la tolérance.

Sur cette fresque ainsi que sur d’autres supports, les élèves de la classe ont approché la technique du Street Art en maniant les bombes de peinture, en fabriquant des pochoirs de mots en relation avec notre thème. Le tout décoré avec des Posca.DSC00551 DSC00559 DSC00554 DSC00556

Ils se sont également initiés au patchwork traduisant la diversité des tissus et des cultures. La machine à coudre n’a plus de secret pour eux!!!!

DSC00580

Enfin, ils ont dessiné leur ami imaginaire venu du pays de leur rêve.

20130924_115009

La fresque sera dévoilée pendant le moment fort du jeudi 14 novembre au gymnase du Zodiaque à Annonay avec la présence de Mémona Hintermann et Lutz Krusche.

Une inauguration de tout notre travail aura également lieu à Vanosc à une date qui reste encore à confirmer.

DSC00576 DSC00573 DSC00572 DSC00571 DSC00564

Les élèves se mettent au tri sélectif

Après avoir travaillé en classe sur le tri des déchets, lundi 16 septembre, les élèves de GS CP CE1 se sont rendus aux îlots de propreté de la commune pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

On met le papier et les petits cartons  (propres ! ) dans la poubelle bleue;

Le verre (bouteille et pot en verre sans bouchons uniquement, pas de verres brisés ou assiette, ni ampoule) dans la poubelle verte;

Le plastique ( en forme de bouteille ou flacons uniquement , alimentaire ou ménager), les métaux (conserves, aérosol) et les briques alimentaires dans la poubelle jaune.

Le verre est ensuite recyclé à 100 %  en ….. verre, à l’infini.

Les bouteilles en plastique sont recyclées en bouteilles, en objets plastique (réhausseur, arrosoir, tapis de voiture, tuyau, bidon de lessive, les pots de fleurs, des stylos), mais surtout en fibre  pour faire du tissu  polaire, du rembourrage de couette et peluche….

Avec 1 bouteille en plastique, on fabrique 1 bonnet polaire et avec 27 bouteilles, on peut faire un pull !!!es métaux sont recyclés en semelle de fer à repasser, en divers outils….

Le papier et le carton sont recyclés en papier et carton, ça évite de couper encore du bois , même s’il en faut un peu avec le papier.

DSCN7726

On a vu que les gens jetaient les capuchons et les capsules en fer par terre, à côté de la poubelle à verre.

Ce n’est pas très propre, et ça pollue !

Poésie

Voici les réflexions et l’illustration de Kylian à propos d’une poésie sur la différence : DSC00578

La différence c’est l’apprentissage de la connaissance et non à la haine

Kylian Laurent

N’imitez rien ni personne un lion qui copie un autre lion devient un singe

Victor Hugo

Le racisme est le reflet de la bêtise Humaine

S.O.S racisme

L’homme, blanc en Europe, noir en Afrique, jaune en Asie et rouge en Amérique, n’est que le même homme teint de la couleur du climat

Buffon(1707-1788) philosophe

L’enfant noir et l’enfant blanc ont tous les deux le sang rouge

S.O.S racisme

Dévoilement de la plaque de la rue Mémona Hintermann Afféjee

Samedi 28 septembre

C’est fait ! Mémona Hintermann a son nom de rue dans notre commune de Vanosc !

A cette occasion, les élèves lui ont rendu hommage en citant des moments marquants de son livre « Tête haute ». En effet, son livre a été riche d’enseignements pour tous !

DSC00543 DSC00538

DSC00531 DSC00518Aujourd’hui membre du CSA, hier journaliste à France 3, grand-reporter de guerre, Memona Hintermann a connu une enfance dans la pauvreté la plus extrême sur l’Ile de la Réunion, née d’un père musulman et absent, et d’une mère catholique et sans le sou. C’est grâce à l’école, le concours de l’ORTF, et une volonté acharnée, que la jeune fille d’alors se hisse au poste de journaliste, et arrive en France. 
En parcourant son livre « Tête haute », voici les moments et les différentes réflexions qui nous ont marqués:

Nous ne sommes pas obligés de nous aimer mais nous respecter est dans l’intérêt de tous.

En effet, personne n’a le droit d’imposer à personne sa loi, ses coutumes, sa religion. TOUS EGAUX !

Personne ne peut nous forcer à nous sentir inférieur sans notre consentement.

La devise de Mémona : Tenez bon, restez debout, ne perdez pas l’espoir. Et oui ! Pourquoi pas ? Il ne faut jamais baisser la tête ; on peut, si on veut.

C’est grâce au travail et à l’apprentissage qu’on est libre. Le savoir est notre richesse.

La pauvreté est un fardeau très lourd qui marque à jamais mais qui nous apprend à nous battre, remonter si l’on veut survivre.On se réjouit alors des choses les plus minuscules….

Dans son livre, Mémona Hintermann rend également en grand hommage à sa maman: elle nousa toujours laissé croire que la vie serait plus belle un jour. Rien ne tue l’espoir tant qu’on y croit. La force l’énergie de l’espérance nous a tous portés. La volonté de réussir, le courage d’être optimiste la joie de vivre.

Mémona ne renonce jamais : elle a un but, elle s’accroche, va jusqu’au bout de son rêve.

Mémona Hintermann montre que rien n’est jamais joué : nos destins nous appartiennent, et malgré les épreuves, il est toujours possible de s’en sortir.

 

Mémona Hintermann et Lutz Krusche

Ce vendredi 27 septembre

Avec beaucoup d’enthousiasme et d’émotions, les élèves de cycle 3 et leur maitresse ont eu le privilège de rencontrer Mémona Hintermann  et son mari Lutz Krusche à qui ils ont posé de nombreuses questions.

Avant de répondre aux élèves, les premières paroles de Mémona Hintermann ont été pour citer les valeurs de la République auxquelles Lutz et elle croient beaucoup : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE. Essentielles pour créer du lien entre les individus et se respecter.

En classe,  les élèves ont étudié son livre « Tête haute » à travers  des extraits marquants de sa vie personnelle et professionnelle. Ils ont été touchés par son message d’espoir, sa vitalité, son courage et sa combativité.

Pour répondre aux questions des élèves, elle cite notamment Beaumarchais : »Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer. »

Puis cette phrase  » On est toujours du pays de notre enfance. »

Grâce à cette interview, nous avons également appris à connaître Lutz Krusche, grand journaliste allemand et qui nous a également délivré un  important message d’optimisme, de joie de vivre et d’espérance.

 

Un profond merci à tous les 2 pour ces instants mémorables !

DSC00500photo1DSC00496