PROJET CIRQUE : 1ère séance

Jeudi 3 octobre, l’école commence son projet cirque pour 10 séances avant la représentation du 20 décembre. Encadrés par Vincent ESTEBAN (animateur sportif d’ACTILIBRE : https://actilibre.wixsite.com/actilibre ) et leurs enseignantes, les enfants vont apprendre l’équilibre sur objets, le jonglage et les acrobaties. La classe des maternelles/CP sera aussi aidée par leur ATSEM Martine et l’AVS Véronique.

Pendant la première partie de la matinée, les enfants de la classe maternelle/CP ont commencé par des activités de jonglage à l’intérieur puis ont poursuivi par des activités d’équilibres à l’extérieur :

Puis ce fut au tour de la classe CE/CM de s’exercer :

Quels sont les enjeux de l’activité cirque ?

Les activités de cirque permettent :

– d ‘augmenter les pouvoirs moteurs : améliorer les capacités de perception, d’anticipation, développer les capacités physiques ( tonicité, équilibre, …)

– de développer des capacités affectives et relationnelles : communiquer et travailler avec les autres, rechercher et maîtriser le risque («l’exploit»), accepter de montrer aux autres, pouvoir regarder les autres, réaliser à plusieurs un numéro.

– de développer des capacités cognitives : comprendre, mémoriser, créer en recherchant l’originalité

Opération « Piles solidaires »

De décembre 2018 à avril 2019, notre école a participé à une opération de récolte de piles usagées, pour permettre l’électrification de deux centres de santé au Congo-Brazzaville, en Afrique. Les enfants (classe des grands) ont déposé dans différents lieux de la commune des bacs pour récolter les piles : à l’école, la mairie, la poste et la boulangerie et nous les remercions de leur bon accueil.

Toute l’école remercie l’ensemble des personnes qui ont déposé des piles, car sans eux, nous n’aurions pas pu récupérer les 46 kg de piles.

Pour féliciter tous les élèves de l’école, nous avons reçu un certificat éco-citoyen, qui nous a rendus très fiers.

A la découverte de l’escrime

Grâce à l’Amicale laïque, les élèves de CE1, CE2, CM1 et CM2 ont pu pratiquer l’escrime. Un total de sept séances  ont permis de donner un bel aperçu de la discipline. Ils étaient 21 élèves à profiter chaque mardi de la compétence d’un intervenant qualifié, Benjamin Giannini, maître d’armes. Il a proposé aux enfants des séances progressives adaptées et riches en enseignement.  Il a mis aussi l’équipement à disposition. Indispensable.

Les élèves ont tout d’abord découvert l’attaque, (la fente), puis la défense, (retraite et parade) et enfin l’arbitrage. Déjà, une belle acquisition de vocabulaire. Au fur et à mesure des séances, on se rend vite compte qu’il n’est pas nécessaire de frapper sans cesse le fleuret de l’adversaire. Bref, rien à voir avec le cinéma : Jake Sparrow n’est franchement pas à la hauteur…

Au-delà de la découverte patrimoniale et sportive, la pratique de l’escrime permet de mettre en place des principes élémentaires de comportement et respect avec des règles de combat précises : le salut, l’arbitrage, la fin du combat. Une bonne chose pour mieux vivre ensemble à l’école !

Un grand merci à l’Amicale laïque et à la Mairie pour la mise à disposition du gymnase.

Sortie scolaire à Lyon

Mardi 30 avril, toute l’école s’est rendue à Lyon :

1. Les élèves de maternelle, CP et CE1 :

Le matin : jeu de piste dans le parc animalier de la Tête d’Or :

À midi : Pique nique au parc de la Tête d’Or :

L’après midi : découverte de l’Univers au Planétarium de Vaulx en Velin :

2. Les élèves de CE2- CM ont découvert les pentes de la croix Rousse

 à travers les yeux d’un canut Jirôme Roquet pendant la révolte de 1831. Le guide s’est fait conteur pour nous retracer l’aventure de Jirôme Roquet et son apprenti Tony “le grand gognant” dans la tourmente des barricades, au matin de la première révolte des canuts.

En effet, « Nous étions le 21 novembre 1831. Ce matin-là, Jirôme Roquet devait livrer un rouleau de soie. Il avait grand besoin d’être payé pour nourrir ses enfants. Avec son apprenti, Tony “le Grand Gognant”, ils décidèrent de descendre la colline malgré les dangers : ils espéraient éviter à la fois les barricades des canuts et échapper à la garde nationale qui patrouillait. »

Puis le Planétarium de Vaux en Velin, à la découverte de notre système solaire et des autres galaxies, de la Terre et des autres planètes, de la création du soleil et de la Terre.

Festival du cinéma et visite du GAC

LUNDI 11 FÉVRIER

Visite de la salle d’exposition du GAC :

Les enfants de la classe maternelle/CP sont allés visiter l’exposition « à table » de MENGZHI ZHENG, au GAC d’Annonay. Ils ont pu observer les photos de l’exposition et surtout les « maquettes abandonnées » de l’artiste.

 

FESTIVAL DU PREMIER FILM DES MATERNELLES / CP

Après l’exposition les enfants sont allés voir « le quatuor à cornes ».

Aglaé la pipelette, Rosine la tête en l’air, Clarisse la peureuse et Marguerite la coquette ne se contentent pas de regarder passer les trains. Ce petit troupeau de vaches vous entraine dans leurs aventures à travers ce programme de 3 courts meuhtrages plein de tendresse et d’humour !

FESTIVAL DU PREMIER FILM DES CE/CM

Après un travail en classe sur le Paris de la « Belle époque » et les nombreuses personnalités ayant vécu à cette époque (artistes, scientifiques, littéraires…), les élèves ont vu le dessin animé « Dilili à Paris ».

Résultat de recherche d'images pour "dilili à paris" Après avoir donné des suites à son triomphal Kirikou et beaucoup joué avec les ombres des princes et princesses de multiples contes, Michel Ocelot, le réalisateur, prend ses quartiers dans un Paris du temps jadis pour y ancrer des préoccupations très contemporaines. Petite fille kanak habillée comme une poupée, Dilili a été envoyée en France pour figurer dans un « village indigène » offert aux regards des Parisiens en quête d’exotisme. Mais cette gosse qui parle comme un livre — Louise Michel a été son institutrice en Nouvelle-Calédonie — ne veut pas repartir sans découvrir les beautés et les mystères de la capitale. Orel, un jeune et beau livreur, lui propose de la balader à bord de son triporteur. Cela tombe bien : il connaît la grande cantatrice Emma Calvé, qui fréquente le Tout-Paris. Cela tombe mal, aussi : depuis quelques jours, des fillettes disparaissent aux quatre coins de la ville. La rumeur enfle, et les crieurs de journaux le confirment : c’est un coup des Mâles-Maîtres, une secte de sales types. La balade de Dilili et de son ami Orel se transforme en enquête…