Archives de catégorie : CM1/CM2

Portraits surréalistes

Le confinement a été l’occasion de travailler en lecture documentaire, histoire, histoire des arts, en arts visuels sur les différents courants artistiques. Nous avons découvert le mystérieux peintre surréaliste, René Magritte.

C’est une des œuvres emblématiques de l’artiste surréaliste René Magritte, « Le fils de l’homme ». Peinte en 1964, cette célèbre toile a suscité de nombreuses copies et détournement. Mystérieuse et intrigante, comme bon nombre d’œuvres de Magritte

A propos du Fils de l’homme, Magritte a déclaré dans une interview :

Dans un tableau récent, j’ai montré une pomme devant le visage d’un personnage. (…) Du moins, elle lui cache le visage en partie. Et bien là, il y a donc le visage apparent, la pomme qui cache le visage caché, le visage du personnage. (…) Chaque chose que nous voyons en cache une autre, nous désirons toujours voir ce qui est caché par ce que nous voyons. Il y a un intérêt pour ce qui est caché et que le visible ne nous montre pas. Cet intérêt peut prendre la forme d’un sentiment assez intense, une sorte de combat dirais-je, entre le visible caché et le visible apparent.

Il s’agit du seul indice venant directement de l’artiste contenant des explications au mystère de ce tableau.

L’homme derrière cette pomme est un classique de l’iconographie de Magritte. Il est présent dans beaucoup de tableaux du peintre. Il est toujours vêtu d’un costume noir, avec une cravate rouge et un chapeau melon. Et ce n’est sans doute pas un hasard, étant donné que Magritte était souvent habillé exactement de cette façon.

Beaucoup de critiques ont alors vu dans cette œuvre un autoportrait tardif de l’artiste, malgré le fait qu’il se soit souvent moqué de ce thème narcissique. C’est sans doute pourquoi il a caché les traits du personnage derrière une innocente pomme…

Quand on a le TEMPS…

Notre classe a un projet sur le temps et la maîtresse nous a demandé de prendre une photo représentant le temps qui passe. Chacun a sa propre perception et les réponses sont variées !!

Profiter du temps qui passe
Le sablier de Marie
Mahé passe du temps sur son plan de travail.
Le temps passe t et Garance grandit
Belle photo intergénérationnelle!
Le temps qui passe en famille.

Chant choral

Chaque mardi matin de la période 3, les élèves de l’école ont bénéficié des interventions de Marie Laroche autour du chant et de la musique. our les grandes classes, sa présence a permis aux élèves de s’essayer à la chorale en apprenant des titres liés au projet autour de la protection de la nature. Durant quelques séances, les classes d’élémentaire ont pris part aux séances deux par deux puis chaque classe a bénéficié de ses propres moments pour apprendre et répéter des chants particuliers. Chaque séance débutait par un échauffement corporel et vocal.

Puis les enfants se concentraient sur l’écoute et tentaient de relever les caractéristiques du chant et des paroles de ce dernier.

Enfin, ils prenaient la position debout, bien ancrés pour chanter. La journée du mardi commençait bien !!! En classe, ils ont travaillé sur la mémorisation des paroles et continueront à s’entraîner à chanter jusqu’au spectacle de l’école.

Découvrons les secteurs économiques d’Ugine


Mardi  5 novembre, les élèves de CM1/CM2, accompagnés d’Olivier Cartier Moulin,  se sont rendus à Ugine pour enquêter sur les différents secteurs économiques dans le cadre du projet « Protégeons la nature ».

Arrivés à Ugine, avenue Paul Girod, les enfants ont découvert plusieurs usines. En groupe devant Ugitech, ils ont observé tout ce qui les entourait afin d’en savoir plus sur l’activité de l’usine et sur son impact sur l’environnement. Ils ont vu la fumée sortir des cheminées, senti une odeur particulière, observé les camions entrant et sortant de l’usine.

Les élèves ont aussi pu voir un stock de bobines de fil d’acier inoxydable. Olivier leur a fait comprendre que l’usine s’était installée à cet endroit il y a un peu plus d’un siècle car il y avait de la place, que c’était plat et qu’ils allaient pouvoir utiliser l’énergie hydraulique pour leur activité.

Ils ont d’ailleurs aperçu au loin une conduite forcée appartenant à une centrale hydroélectrique. Les enfants ont colorié l’emplacement de l’usine sur leur plan en rouge, couleur du secteur secondaire.

Puis, ils ont marché dans les rues du quartier ouvrier de l’usine.

Ils ont découvert également les maisons des ingénieurs situées sur les hauteurs d’Ugine en haut de « l’escalier des ingénieurs ». Ils ont remonté l’avenue et ont vu la boutique d’un artisan boulanger appartenant aux secteurs 2aire et 3aire puisque cet homme transforme la matière première puis vend ses produits. Ils sont ensuite passés devant plusieurs « boutiques » : Tryba, MMA, un opticien, un bar, un restaurant appartenant tous au secteur tertiaire. Ils ont donc colorié leur emplacement sur le plan en bleu.

Quittant l’avenue Paul Girod, le groupe a ensuite emprunté l’avenue des fontaines pour découvrir une boucherie, une pharmacie, un snack, l’arrière de Carrefour Market, donc encore des activités du secteur tertiaire. Cette rue est aussi bordée de logements. Les enfants sont ensuite passés devant une école primaire, une agence immobilière, ainsi que le lycée René Perrin qu’ils ont à nouveau repéré sur leur plan et colorié en bleu. Pour finir cette première balade, les élèves se sont rendus au collège Ernest Perrier de la Bathie.

Là, ils ont été accueillis par deux professeurs et 6 collégiens et se sont rendus dans une salle de classe.

Les élèves de CM ont présenté leur projet de l’année et ont expliqué le but leur visite au collège aux collégiens et à leurs professeurs.

Ensuite, les collégiens ont également parlé de leurs projets pour préserver la nature. Léo s’était renseigné pour eux sur l’activité du collège et sur son impact sur l’environnement. Il leur a aussi expliqué les mesures prises par le collège pour moins polluer : tri des déchets au réfectoire, pesée des déchets pour éviter le gaspillage…ils se sont aperçus qu’environ 160g de déchets alimentaires par élève fréquentant la cantine étaient jetés chaque jour, ils font des efforts pour essayer de réduire cette quantité. Dans le cadre d’un projet ERASMUS, ils échangent aussi avec des collégiens d’autres pays sur la protection de l’environnement.

Puis, les élèves de CM et les collégiens se sont mis en groupe et ont réfléchi sur les actions possibles pour diminuer leur pollution en tant qu’élèves : venir à l’école à pied ou en vélo, prendre le car au lieu de la voiture, faire attention aux consommations d’eau, de chauffage au sein de l’établissement, trier les déchets, privilégier les circuits courts pour approvisionner la cantine…

Enfin, les collégiens ont enregistré les idées de chaque groupe énoncées par un CM1 ou un CM2.

A midi, les Martholains ont pique-niqué dans la cour du collège avant de remercier les élèves et leurs professeurs et de reprendre leur enquête dans la ville d’Ugine.

Ils ont emprunté l’avenue Pringolliet et ont à nouveau utilisé la couleur bleue du secteur tertiaire pour localiser sur le plan, le centre d’animation sociale, le cinéma, la médiathèque. Ils ont même pu interviewer un monsieur travaillant pour l’entretien des routes pour le Département.

Ensuite, ils ont pris la rue les menant à la Grange à Dîme en apercevant la Gendarmerie. Le plan de la ville continuait à se bleuter.

Arrivés à la ferme de Patrick et Laurence, la Grange à Dîme, les enfants ont pu questionner le propriétaire sur son activité.

Elle est essentiellement primaire puisqu’il élève des vaches mais il travaille aussi dans le secondaire puisqu’il transforme le lait en yaourts ou en fromage ainsi que dans le tertiaire puisqu’ils possèdent un petit local de vente au rez-de-chaussée de leur maison. Les enfants ont passé un grand moment au milieu des vaches dans l’étable, interrogeant Patrick sur ses bêtes. Patrick est soucieux de son impact sur l’environnement: il n’utilise pas de pesticides, il vend ses produits localement, directement à la ferme ou à la coopérative de Gilly, privilégie les circuits courts de consommation puisqu’il livre du fromage au collège d’Ugine par exemple. Il réfléchit à présent aux contenants dans lesquels il conditionne et vend ses produits.

Les écoliers ont donc localisé la ferme sur leur plan et ont utilisé pour la seule et unique fois de la journée la couleur verte du secteur 1aire.

Après la visite de la ferme, les enfants se sont arrêtés devant une petite chapelle, en bord de route. Cette construction rappelle les inondations causées par les crues du Nant Trouble et du Nant Pugin.

A la suite de cet événement, les hommes ont construit des barrages ainsi que des canaux pour endiguer les ruisseaux, ils ont également reboiser les rives des cours d’eau afin que cela ne se reproduise plus.

Ensuite, les enfants se sont rendus au bord du canal du Nant Trouble pour observer les murs de béton et les tas de terre construits par les hommes pour éviter que le Nant sorte de son lit lors d’une crue. Ils ont observé le ruisseau qui s’écoulait plus rapidement au milieu que sur les côtés.

Pour finir, ils ont arpenté le secteur grisé sur le plan qui correspondait au risque fort d’inondations et dans lequel il est déconseillé de construire. Pour finir, les enfants ont rejoint la piscine d’Ugine où les attendait le car qui les a ramenés à l’école vers 16h.

Les élèves ont apprécié cette sortie qui leur a permis de découvrir grâce aux 3 couleurs associées aux différents secteurs d’activités économiques la part de chacun d’entre eux. Le secteur le plus important dans un milieu urbain est le secteur tertiaire. Les enfants ont aimé travailler avec les collégiens. La visite de l’étable au milieu des vaches et des veaux leur a également laissé un bon souvenir.

CROSS DU COLLEGE

Comme chaque année, les élèves de CM2 de l’école ont participé au cross du collège dans le cadre de la liaison école-collège. Les 12 élèves ont pris le car à l’école puis sont arrivés pour l’échauffement des garçons. Ils ont eu le temps de poser leurs affaires dans les gradins et de retrouver les anciens élèves de l’école, aujourd’hui collégiens. Puis le départ de la course des CM2/6èmes a été donné. Les garçons sont partis très vite pour parcourir les 1 500 m de la boucle qui partait du stade de rugby pour les faire passer devant le gymnase, autour du stade de football et dans la cour du collège avant de redescendre au point de départ. Les garçons ont très bien couru et ils étaient contents d’arriver. Puis ce fut le tour des filles. Elles sont allées s’échauffer à leur tour puis ont effectué le même parcours. Toute la tribune les encourageait. Puis les 1ers de chaque catégorie sont montés sur le podium et ont reçu des médailles. Enfin les élèves ont repris le chemin de leur école, fatigués mais ravis.

A vos marques, prêts, partez !
Installées dans les tribunes, on encourage les garçons.
On a retrouvé d’anciennes élèves.
Arrivée des 1ers garçons
Départ des filles
Arrivée des filles

Apprendre à trier

Vendredi 11 octobre, dans le cadre de leur projet « Protégeons la planète »,  les élèves de  l’école élémentaire de Marthod ont bénéficié d’une intervention sur le tri des déchets.

D’abord, Stéphanie et Erica, les intervenantes du tri d’Arlysère se sont présentées. Puis, nous avons divisé la classe en 2 groupes.

Le 1er groupe a découvert comment trier les déchets. Chaque enfant avait apporté un déchet et il fallait le déposer dans la bonne poubelle : soit dans la poubelle jaune si c’était du carton, du papier, des boîtes de conserve ou du plastique (mais que les bouteilles ou les flacons !), soit dans la poubelle verte s’il s’agissait d’ordures ménagères. Les élèves ont aussi appris quels sont les déchets que l’on peut amener à la déchetterie : les encombrants ou les déchets dangereux pour la nature (huiles, peintures…) Ils ont rappelé ceux que l’on peut déposer à l’école cette année : les bouchons des bouteilles en plastique de boisson (pour l’association Les bouchons d’amour) et les piles (pour l’association Les piles solidaires). Enfin, avec Stéphanie, ce 1er groupe a appris pourquoi il faut trier : pour préserver la nature, pour diminuer la quantité d’ordures ménagères qui sont brûlées dans un incinérateur et pour recycler. Mais le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas !

Le deuxième, quant à lui, a suivi Erica qui leur a expliqué l’utilité d’un composteur. On y met tous les déchets naturels : des légumes ou des fruits périmés, des coquilles d’œuf, des sachets de tisane, les déchets verts, des épluchures de légumes, des trognons de pomme….Les élèves ont découvert les protagonistes du compost, c’est-à-dire les êtres vivants qui transforment les déchets compostables en compost (terre très riche et très fertile). Il s’agit des vers de terre, des limaces, des mille-pattes, des hérissons, des bactéries. Les vers de terre émiettent les déchets, les mangent, les transforment en terre et en se promenant dans le composteur, ils aèrent la terre, ce qui facilite le compostage. Ils ont aussi découvert le composteur « de voyage », à trois étages ou lombricomposteur. Au 1er étage, on dépose les déchets, ensuite dans le second, le compost se déverse grâce aux trous entre les deux (qui permettent aussi aux vers de terre de se déplacer) et le troisième étage permet de récolter un liquide appelé jus de lombric qui est un très bon fertilisant.

Pour finir, les enfants ont remercié les intervenantes. Ils ont adoré cette intervention car ils ont découvert beaucoup de choses intéressantes et ils vont essayer d’appliquer ce qu’ils ont découvert sur le tri.