Ecriture 2011-2012

 

Le poète pleure

La foule mange et danse

Le poète pleure,

la vie rit

Salomé

 

La mer s'écrase sur la terre ; avec ces rouleaux insouciants la mer est libre d'aller ou venir. Au loin, sur la mer, un ciel bleu pâle , sans nuages laisse apercevoir des voiles tendues qui ne se soucient pas du sable qui vole sur la plage. Le bonheur de le mer est sans limite , passionnée par le soleil qui brille en vitesse et chauffe les eaux agitées du large . La sensation d'une telle passion ne s'explique pas, elle est libre .

Salomé

 

 

M Flaubert,

 

Je sais que vos romans réalistes sont connus comme, notamment, Mme Bovary.

Je vous écris aujourd'hui pour vous dire à quel point vous faites souffrir les élèves lors de la lecture de vos livres. Toutes ces descriptions… C'est ennuyeux et long à lire. Sans intérêt…

J'espère que lors de votre prochain roman, vous tiendrez compte de ma lettre et allègerez votre écriture.

Je vous donne toutes les salutations les plus méprisables de la part des élèves .

Votre lectrice forcée par ses professeurs de français

Eleonore

 

 

J'écris à l'encre dorée, couleur précieuse, couleur hâlée.

J'écris à l'encre d'argent pour faire sortir les sentiments.

J'écris à l'encre rouge vermillon, passion ardente de l'imagination.

J'écris à l'encre bleu ciel de la voûte céleste démentielle.

J'écris à l'encre châtain des souvenirs lointains.

Eléonore

 

Marseille, ville située à 909,999 km de chez moi. Il suffit de s'approcher un peu de la mer et d'écouter le chant des mouettes. On voit partir les bateaux du vieux port. Mais le mieux à Marseille, c'est de regarder la vitrine de macarons et de sentir l'odeur du chocolat fondu.

Puis, en flânant, il m'arrive d'aller voir des amis, de sortir dans les rues et d'apprécier le silence de la nuit.

 

Se vider, une marque de liberté.

Cela donne l'illusion d'être à l'aube d'un nouveau bonheur, d'une nouvelle chance.

On se retrouve, telle une étoile filante, à ne plus voir le temps passer.

Sitôt le petit déjeuner avalé, on vole vers cette journée.

Une satisfaction intime vous rend meilleur.

Elle agit comme une drogue pour effacer la douleur.

Selon ses propres rêves, on se voit à Tahiti, enivré par la liberté et

l'environnement relaxant du paysage choisi.

Eugénie

 

Aller chercher le pain

S'asseoir à une terrasse de café

Faire le marché

Promener le chien

Mettre des belles chaussures (à talons)

Esquisser quelques pas de danse

Aider en cuisine

Prendre un fou rire

Etre dehors le soir

Boire un coca

Eugénie

 

 

 

Il avait les cheveux d'un noir profond

Ses yeux jaunes percent le noir de cet endroit

Il courait encore et encore dans ce vide en serrant son pistolet dans sa main

Paniqué et desespéré, il criait :

«  Où est ma moitié ? »

Il s'arrêta, à bout de souffle

Devant lui, un jeune garçon aux longs cheveux blonds

Tenant un pistolet lui aussi

Tendait ses bras avec son sourire angélique

L'autre garçonnet se jeta dans ses bras en pleurant

Il a retrouvé sa moitié, son jumeau

Ensemble,ils ne sont pas simplement 2 frères,

Ils ne sont qu'un , liés par le sang et l'esprit

 

Lucile

 

Elle est un mélange d'émotions ,

Comme tout le monde me dira-t-on ,

Elle est la nuit et le soleil ,

Pense des horreurs et des merveilles .

Je pense d'elle un immense bien ,

Même si la douleur la retient ,

Prisonnière

Elle a vécu toutes les guerres ,

Au fond d'elle-même elle s'obstine ,

A jouer à ce qu'elle n'est pas ,

Et se fascine ,

Pour ce qui en rien ne l'aidera .

Elle court , et virevolte dans les airs ,

Mais dans son coeur une misère

La cloue

Epuisée , elle est au bout 

De la vie elle désespère .

Eugénie

 

 

 

Dans l'âme de Théophilia,

Je suis vue autrement

Qu'avec mon sale caractère 

que je possède chez moi.

A elle seule je peux confier

Ma lourde histoire.

Je suis naturelle lorsque je la vois.

Elle m'offre des biscuits

A l'orange et au citron.

Mes songes sont mes moyens de transport

Que j'utilise depuis peu.

Manon

 

 

P

I

N

             COURIR

                                                                           MORDRE         C

                                                                                          RUGBY

                       G

                       N

              MORTEL

Le rugby est un sport mortel.

Il faut courir après un cygne et le pincer une fois qu'on l'a mordu !

 

Son coeur est un puits sans fond

Nulle personne qui y entre ne peut en ressortir

Vague à l'âme, elle n'oublie jamais

Les gens qui font ou ont fait partie de sa vie.

Et avec des bases indestructibles

Elle peut refaire son monde au gré de ses envies.

 

Ma chambre

 

Ses dimensions sont spacieuses

La tapisserie très féminine : un rose clair avec une frise papillon.

Un grand miroir pour s'admirer ou se voir danser, répéter les chorés.

Une pente de toit qui rend le tout charmeur, grand mais chaleureux.

La bibliothèque à portée de main, pour les matins flemmards et les soirées couche-tard.

Une étendue de parquet lisse où les pieds glissent sans fin.

La lumière matinale qui inonde la pièce.

Une fenêtre…On peut l'ouvrir, mais jamais le vent ne s'y engouffre, la région

Ne s'y prête pas. On aère, on réfrigère aussi, car il fait souvent froid.

Le silence des petits moments de solitude, suivi du déchaînement de la chaîne Hifi.

Tous les styles y passent à mesure que l'on grandit.

Les coins et les recoins qui font de ce lieu le sanctuaire du cache-cache dans le noir.

Et oui, les longues soirées s'écoulent ici comme dix petites minutes,

Seule, l'horloge digitale nous rappelle que le temps, comme ailleurs, passe…

Eugénie

 

Nous sommes dans la forêt

Amazonienne. Alors que je

Tourne en rond, je vois 

Une fleur splendide et 

Rare. Que même lors d'une vie

Eternelle, nous ne voyons presque jamais.

Lions et guépards sont les bienvenus.

Manon

 
 
On peut décrire une personne
Par son âme ou par ses caractères physiques.
Cela dépend de chez qui l'on décide de confier
Son histoire. Certains ont un naturel
Penchant pour les songes
En guise de transport virtuel.
 
Elodie
 
 Ses rêves
 Ont tendance à l'emporter vers de
 Naturelles aspirations et
 Galopent sans cesse dans sa tête lors de cet
  Eternel soupir. 
                                  Elodie
 
 
L'  "ambi Valence", voilà un mot qui m'intrigue ; beaucoup de lettres et le nom
d'une ville où je vis. Une intonation et le mot qui cale tout seul hors de la 
bouche. On commence la phrase et on s'arrête parfois, perplexe, car c'est un 
mot solitaire, qui n'appelle à aucune suite. Un point d'exclamation, et il passe
pour un don du ciel. On s'exclame, on se pâme avec toute la noblesse et le dédain
dans la voix. A l'abri des regards, on se précipite dans la bibliothèque en direction du dictionnaire.
Si beaucoup de personnes le déclament, très peu en connaissent la trame.
Il fait très bien, mais à la fois, il est si lointain. On le cherche, on le trouve, on le passe à d'autres, soulagés
d'enfin l'avoir utilisé. Flatté, ce dernier repart ainsi qualifié, fier comme un paon 
Mais, au fond, si intrigué.
 
Eugénie 
 
 
 
Dis moi quelque chose ma chérie….Je vois que ça ne va pas.Tu sais, tu peux tout me dire à moi.
Tu sais, il y a 4 ans,j'ai perdu mon papa. C'est rès dur de vivre sans son papa…
Ma chérie, je sais ce qu'il t'arrive, et j'ai mal au coeur pour toi.
Malgré tout cela, dis moi quelque chose d'encourageant, mais ne me mens pas.
Tu sais, j'aime ton sourire quand tu me regardes. tes yeux sont si magnifiques…
Un jour, si je pars, je reviens droit te voir, ne t'inquiète pas.
 
 
Dis moi quelque chose qui me donnera du baume au coeur, parce qu'il ne comprend pas ce qu'il lui arrive.   Marie
 
 
-J'ai peur de ne plus jamais être heureuse, de rester dans cet état de mal-être constant, d'avoir toujours mal comme en ce moment…
- Moi aussi, je te comprends parfaitement, et c'est super dur ! Tu sais, je n'y arrive plus.
- Moi non plus, j'ai constamment envie de pleurer, je sais ce que tu vis, moi, c'est la deuxième fois que je suis dans cet état et je n'y arrive pas non plus…
- Le pire, c'est que je ne sais même pas pourquoi je pleure comme ça… j'en ai marre !
- Marie, c'est la même chose pour moi, on se sent vulnérable pour rien, on tremble et on pleure, mais ça ne peut pas continuer, je suis à bout…
- J'ai l'impression d'être rien. Je ne me reconnais même plus. A chaque fois que je me regarde dans le miroir, je m'effondre parce que je ne suis plus la Marie d'avant, c'est horrible …
- J'aurais aimé qu'on se connaisse avant, parce que moi non plus, je ne suis plus la même, je ne me reconnais plus et ça me fait peur.
- Je crois que je suis tombée au plus bas que je puisse tomber, et ça me fait peur.
- Je te comprends ; moi, ça fait des mois que le trou se creuse et là, j'ai l'impression que la terre commence à me recouvrir.
- En conclusion, tu sais que l'on peut compter l'une sur l'autre puisqu'on vit la même chose… je me suis déjà bien attachée à toi ma petite Elsa d'1m56 !!!
 
 
Tu sais, je prie jour et nuit pour qu'il guérisse de cette tristesse . Tout ce monde me délaisse avec toutes mes faiblesses.
J'ai envie de hurler, pleurer, crier, mais, seriez-vous incapable de comprendre cela ????
 
 
Tu n'es qu'un sale brimborion , tu caches le soleil et les nuages
Tu es loin de me fasciner !
Je suis perdue, je n'ai plus de mémoire…je voudrais te dire M….  mais je te dis FLÛTE !
 
 
Dis moi quelque chose d'encourageant, mens-moi en me disant que demain tout repartira du bon pied.
Dis moi que demain sera un autre jour, un jour meilleur .  Tiffany
 
 
Dis moi quelque chose comme… Pourquoi les vaches produisent du lait, pourquoi on meurt, pourquoi je vis, pourquoi les girafes sont aussi grandes, pourquoi….. Dis moi, s'il te plaît, dis le moi…   Oumar
 
-Dis moi quelque chose…
-J'ai rien à dire !!
-Si, si, vas y, propose !
-Hier soir, j'ai perdu le sourire.
-C'est une métaphore ?
-Non, c'est réel, je ne peux plus faire d'efforts…
-Pourquoi ? Dis-moi, il s'est passé quelque chose ?
-Non, juste qu'il est tombé, j'arrive plus à le récupérer…
-Mais ose ! Prends-le ! Raccroche le, fais quelque chose !
-J'ai peut être plus les capacités…
-Ton sourire, c'était la plus belle chose, avec tes joues un peu rosées…Quand on voyait ton sourire, on s'évadait… Tu es OBLIGEE de le récupérer !!!    
ELSA.
 
 
Pétard ! Si tu savais comme j'en ai marre de manger toujours et encore ce même tajine….
Alors, quelles seraient tes solutions afin d'être heureuse dans cet univers infiniment cruel ?
Elodie
 
Souvent, vers 4 heures de l'après midi, je me trouve dans une caravane avec ma chérie mais nous y sommes tellement bien installés que nous la surnommons notre "Palace".
 
Cela fait des heures que cet âne contemple le ciel pendant que le soleil tourne , tout en mangeant des grammes et des grammes de fruits venus de l'enfer.
Jonas
 
- J'ai peur de mourir un jour… Et toi ?
- Moi, j'ai peur que ma mère meurt….
- Mais, elle est jeune… Ne t'en fais pas. Vous avez de longues années devant vous encore…
- C'est facile de dire ça mais quand elle mourra, nous verrons bien… Tu sais que même nous, en tant que jeunes, on peut mourir maintenant…. mais il faut pas y penser, jeunes, on peut s'inventer plein de vies en tant que jeunes, tu sais….
- Ouais, c'est vrai…Tu n'as pas tort.
Mais si on est ici à l'hôpital, c'est que même si on est jeunes, on a vécu bien des choses et que, en raison de notre santé, on a pu approcher la mort de près.
Mais il faut rebondir et voir qu'on est toujours en vie, alors, on la croque à pleines dents ! Mais, plus facile à dire qu'à faire, non ?
- Ben, ça, c'est sûr ! Je pense que même à l'hôpital, on peut penser à la mort mais là, on n'est pas encore au fond du tunnel, donc, il faut faire des efforts pour voir la lumière ; mais ne t'inquiète pas, dans quelque temps, on verra le fond du tunnel et notre vie recommencera après de longs moments de souffrances à l'hôpital, mais pour ça, il faut se donner les moyens pour voir le bout de ce tunnel !!!!
Elodie et Oumar
 
 
Recherche prince charmant des temps modernes pour la plus belle des princesses. De préférence sous forme humaine (a une peur bleue des crapauds) et prêt à apporter à mon petit univers une tonne de tendresse et la docilité d'un petit canidé. Etant complètement bidon, pour ne point dire ruinée, une bonne séance d'entretien capillaire et cutanée est à prévoir. De mon côté, j'adore faire la fiesta, alors sachez bien que samedi soir, je ne suis plus là. Pas de place pour vous avec mes amies. Un dimanche plein de bons petits plats, deux places de cinéma et dès lundi matin, au débarras. C'est la chance de votre vie, alors, sans hésitation, répondez ici.
 
 
BEAU        LAID
- Il y a des gens qui se trouvent laids alors qu'ils sont beaux.
- Les gens sont tous beaux et laids à la fois au moins une fois dans leur coeur.
- Qu'est-ce qu'il se trouve laid, lui qui pourtant se trouvait beau. Maintenant, à chaque fois qu'il se regarde, il a envie de vomir.
- Un beau sourire et je m'évade.
- Quand l'un t'attire, l'autre repousse, on se fie à l'apparence et trop peu à l'expérience.
 
 
Spirit représente une forme de liberté : il se bat pour sortir de sa prison et ne plus jamais être enfermé. Il sent en lui la grande étendue qui l'attend et une musique joue dans son coeur. Le clown se réveille en lui, il ne peut pas sourire mais son esprit est en fête, enfin heureux.
 
 
Moi ? Je me trouve moche. Alors, j'attends que ça se passe. Sans réelle raison, sans savoir pourquoi. Mais un jour, un jour pourtant si ordinaire, dans ma vie si pénible à vivre, en rentrant à la maison, quelque chose s'est produit. Un sentiment a grandi en moi, a pris de plus en plus de vitesse. Alors, j'ai pris un crayon et je me suis mise à partager à l'écrit ma vie. 
Bertille
 
 
BONHEUR      MALHEUR
- Le bonheur, c'est la joie ;  le malheur, c'est  la tristesse
- Coulent les heures
  C'est le bonheur
  passe le malheur
  Ce n'est pas l'heure
- Quand on sombre dans le malheur, il y a un fond et mieux encore : un élastique pour rebondir.
- J'ai l'air heureux alors que je suis malheureuse à l'intérieur.
- Il y a des fois, j'ai envie de pleurer, je suis malheureuse alors que le bonheur m'entoure et je dis toujours merci à Dieu du bonheur qui m'entoure et que j'ai tous les jours.
- Le malheur frappe à la porte de chacun d'entre nous. Il faut juste ne pas le faire entrer chez soi trop longtemps.
 
 
Anis est mon petit frère qui me manque beaucoup.
Il fait partie de ma famille et je communique tout le temps avec lui;
Parfois, c'est vrai, il est pénible mais c'est mon frère et je l'aime.
Des fois, ensemble, on s'ennuie mais j'aimerais me retrouver avec lui à Mayotte au bord de la mer.
 
CRIER RIGOLER
 
- Il y a des fois, je suis tellement énervée qu'à la longue, je me mets à rigoler bêtement !
- Crier, c'est hurler ; rigoler, c'est s'amuser.
- Crier à tue-tête
   Rigoler à en perdre la tête
- On peut crier de peur et mourir de rire : au fond, on s'exprime et c'est là l'intérêt.
- Je rigole même quand je suis sérieux.
 
 
Groumelos.
Un petit être à l'allure agressive est venu me chercher.
Sur le seuil de ma porte, avec sa petite bouille toute mignonne, me regarda, pencha la tête et fit ses yeux de cocker…
Il était adorable !
Certes, il me fit peur au début avec sa coquille pleine d'épines.
Il venait de Tahiti.
Je le mis près de mon lit. Il adorait le chocolat, le lait et les cookies. 
Dans la nuit, avant de m'endormir, il se mit à chanter. Un chant merveilleux qui me berçait. 
J'avais l'impression que des sirènes avaient amené la mer et chantaient pour que je trouve le sommeil.
Le jour, il faisait des bruits comme des petits crabes qui se promènent le long de la plage.
Il me souriait sans arrêt. J'avais l'impression qu'il sortait des mangas. 
Sa grosse bouille verte, ses antennes d'escargot,  son sourire ravageur me faisaient rire à en pleurer les soirs de déprime.
 
 
On est passé par la dure chaleur
Mais cette soirée n'annonce que douceur
 
Les yeux étincelants,
je profite de ces précieux instants
 
La peau tannée
Prend une teinte vermeille
 
Le jour à cette heure se termine,
Mais c'est la lumière qui culmine
 
Les couleurs se confondent 
A l'horizon de notre monde.
 
Bleu, doré,
Le vert des palmiers
 
C'est la fin de la journée,
Mais seulement l'aube de l'éternité.
 
Dans mes cheveux , une fleur rose, 
Et dans la tête une idée de prose.
 
 
 
 
Ras le bol d'être enfermée !
Mais où est ma liberté ?
Rendez-moi mon Golden 
Mais existe-t-il l'Eden ?
Le soleil brille, les vacances arrivent
Pourquoi la vie part-elle à la dérive ?
Je me revois à l'équitation
A la rencontre de Diapason
Libérez-moi immédiatement
Le changement, c'est maintenant !
 
 
Une jolie libellule posée sur un nénuphar…. Qui n'a jamais admiré cette image de la nature ? Maintenant, fermez les yeux et imaginez un éléphant sur votre droite portant des souliers et dansant le rock sur la musique d"Intouchables"… Tout est possible dans un rêve !
 
 
Aujourd'hui, Gauthier et mes copines me manquent beaucoup. 
J'ai hâte d'avoir la liberté et le bonheur de les retrouver, de rentrer à la maison.
Ne plus se poser de questions et être soignée.
Retrouver internet, mon portable, ma famille et puis surtout…avoir enfin des nouvelles d'Enzo
 
 
C'est la joie quand on ouvre les portes de l'hôpital ! Il y a du soleil, de l'air !
Les infirmières m'ont guérie et maintenant, je n'ai plus de douleur !
Ce séjour était lassant, fatigant
Je vais prendre l'air, voir enfin ma famille parce que j'en avais marre….
Enfin, je retourne à l'école et j'ai plein de devoirs
 
Un regard étrange
Une personne magnifique
Un geste…Quel geste ?
Un sourire… Elle a une belle bouche
Le coeur qui bat…Je ne peux pas contrôler
SOS… Je n'aime pas cette sensation
La peur est là
Non, je ne veux pas
Retomber dans cet enfer
D'amour à sens unique
Ou bien d'amour à 2?
Un nous ?
Un moi ?
Un toi ?
 
Un regard, une histoire, une émotion trop forte
Puis des larmes
L'inquiétude de ne pas te revoir
Un nouveau jour, une année, puis deux
Une vie entière, du nourrisson au vieillard
Le temps qui passe ne s'arrête jamais
Un mot… Toujours, hésitation, colère,
Le dire avant le dernier souffle,
C'est toujours le même… Aimer
 
Mon corps fébrile se remplit peu à peu de joie lorsque j'aperçois Joy. Notre bagou nous envoie à chaque fois en ascension dans un ciel étoilé. J'aime la chantilly, c'est mon pêché mignon.
Elle aussi en a un, mais à sa façon ! Elle raffole des carottes. Lorsque je la touche, je sens son coeur battre. La chaleur de son sang me réconforte. Je l'aime et elle aussi m'aime. 
Un beau jour, elle est tombée malade. J'ai vite envoyé un mail au vétérinaire qui est arrivé tout de suite. Il lui a donné des médicaments et l'a, en même temps, vaccinée contre une sale maladie qui pourrait l'emporter si elle l'attrapait. J'use mon temps pour elle, elle use sa vie pour moi. Demain, nous avons une représentation toutes les deux. Je monterai sur son dos et je me laisserai porter par le son de la musique et l'applaudissement de la foule.
 
 
L'amour m'a rendu myope…
Au lieu de le porter à ma mère, je l'ai porté à une idiote !
 
Joyeuse musique… Je vais essayer de rester au frais dans le magasin d'automobiles à rechercher une voiture tendance, sans limites, un vrai bolide !!!!  
 
 
L'électricité de man appartement a encore sauté ! Le Titanic a coulé…Tous ces dollars fichus en l'air, alors que tous affirmaient qu'il était insubmersible !
Enfermés par une clé, c'est le désastre… Qu'ils aillent au diable !
 
Elle, je l'aimais tellement qu'elle m'a laissé sans hésitation. Elle cachait son jeu, elle me faisait des faux sourires…
Oh, je suis quoi moi ? Une M…. ?
Oh, je suis pas un "sans ami"
Pour me calmer, je chantais " Pirouette, cacahuète" avant qu'elle parte.
 
En voyant un portrait chez moi, j'ai repensé à une histoire très triste : le récit d'un crime passionnel.
Au début, du chagrin et des larmes m'ont envahi puis, j'ai vu au fond de moi ce vagabond, cet homme infâme qui, à cause de son envie de pouvoir, a commis ce crime.J'ai repris mes esprits et j'ai eu soudainement une idée performante. Grâce à mon caractère désinvolte et à mon esprit rusé, j'ai remplacé mes sentiments de colère et de panique par des sentiments opposés. Cette histoire tragique s'est transformée en un récit d'espoir  qui commençait par une image de tendresse : le moment où un oeuf a éclos, laissant place à la vie !
 
 
La couleur de l'âme est indispensable pour reconnaître la nature et le caractère de chacun.
 
Clé de l'avenir
Clé pour oublier
Pouvoir rêver et grandir
En savoir et en amitié
 
Clé de sol, clé des champs
Clé pour ouvrir
Les portes du temps
Pour apprendre et découvrir…
 
Clé en or
Clé de l'énigme
Pour déjouer le sort
Du destin et de la rime
 
Mer qui décime
Le fond des abîmes
Voiliers innocents
Pirates nonchalants
 
Le désir profond
De nouvelles ambitions
Anime en nous
Chaque jour le besoin
D'aller beaucoup plus loin
 
Mon stylo s'est emballé et m'a raconté un magnifique souvenir :
Un rat et un éléphant jouaient dans la savane sous les yeux ébahis du roi de la jungle. J'étais avec des amis en safari lorsque la scène s'est passée. Nous sommes restés bouche bée mais nous avons beaucoup ri !
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>