Archives mensuelles : février 2017

L’eau et la pollution

Vidéos d’illustration des animations scolaires du S.I.A.G.A

________________

L’eau de la source au robinet

________________

L’impact de la pollution sur l’eau

Source : c’est pas sorcier, france 3 – youtube

 


L’eau, une ressource menacée

 Source : Extrait de « Home », un film de Yann Arthus-Bertrand, 2009
L’eau douce est un besoin essentiel pour l’humanité. Si elle est abondante , elle n’est pas inégalement répartie sur la planète. C’est une ressource renouvelable, indispensable pour satisfaire des besoins essentiels (alimentation), mais aussi pour produire (agriculture, industrie, énergie). L’accès à l’eau dépend des disponibilités naturelles mais aussi du niveau de développement. La demande en eau augmente avec l’augmentation de la population mondiale et le développement des villes. Les régions en stress hydrique se multiplient. Plus de trois milliards de personnes n’ont pas accès à une eau douce totalement saine.

L’eau est une affaire de famille

Reportage du photographe Ashley Gilbertson


En direct de l’espace avec Thomas PESQUET pour la journée mondiale de l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, Thomas PESQUET, astronaute français et ambassadeur de l’UNICEF depuis l’espace est intervenu lors d’une conférence interactive en direct avec 230 000 élèves.

Thomas Pesquet a embarqué en novembre dernier sur la station spatiale internationale où il mène durant six mois des expériences scientifiques. Mais depuis l’espace, il est aussi le témoin de l’état de notre planète et en tant qu’ambassadeur de l’UNICEF, il s’engage pour défendre la cause des enfants et notamment l’importance de l’accès à l’eau pour leur développement. Parce que les impacts des changements climatiques se répercutent en premier lieu sur les enfants, l’astronaute ambassadeur de l’UNICEF a présenté les enjeux liés à l’accès à l’eau dans le monde et les défis technologiques relatifs à sa mission. Il a ensuite répondu en direct aux questions des élèves de la France entière, durant 20 minutes.

– Le message de Thomas Pesquet pour la Journée mondiale de l’eau –

La coopérative de l’école

Depuis plusieurs années, les enseignants et le personnel de l’école font vivre une coopérative dans notre école.

Qu’est-ce qu’une coopérative scolaire ?

logo de l'office central de la coopération à l'école - pédagogie coopérative

La coopérative scolaire (ou “coop”) est un élément important de la vie de l’école. C’est un regroupement d’enseignants, du personnel de l’école et d’élèves qui décident de mettre en œuvre un projet éducatif s’appuyant sur la pratique de la vie associative.
Cette association contribue au développement de l’esprit de solidarité entre les élèves et à l’amélioration du cadre scolaire et des conditions de travail et de vie dans l’école.

Il est important de savoir que notre coopérative scolaire est affiliée à la section départementale de l’office central de la coopération à l’école (OCCE), en tant que section locale. Elle est contrôlée par l’OCCE, ce qui lui apporte des garanties de gestion.

A quoi sert la “coop” ?

L’argent de la coopérative scolaire peut être utilisé de la manière suivante :

  • achats de matériel spécifique pour la classe (ingrédients pour les ateliers cuisine en maternelle …)
  • sorties culturelles (cinéma, théâtre, musée…)
  • sorties sportives (location de matériel …)
  • financement de projets au niveau de l’école, comme des correspondances, des activités artistiques …

Comment est-elle financée ?

Tout d’abord, l’argent provient des bénéfices réalisés lors de la vente des photos de classe. Ensuite, le « Sou des écoles », l’association des parents d’élèves, verse, annuellement, une subvention de 500 Euros récoltés grâce aux événements que ces parents bénévoles organisent tout au long de l’année :

  • vente de fleurs
  • vente de gâteaux, de boissons lors du Carnaval par exemple
  • vente de brioches
  • etc…

En vertu du principe de solidarité, aucun élève ne peut être écarté du bénéfice d’une activité financée par la coopérative scolaire au motif que ses parents n’ont pas participé à son financement.

La coopérative scolaire ne doit pas non plus se substituer aux obligations de la commune en matière d’équipement et de fonctionnement de l’école. Ainsi, elle n’a pas à acquérir en lieu et place de la commune du matériel d’enseignement collectif ou du matériel indispensable au fonctionnement de l’école.