Vous êtes ici : Accueil > Ressources en Sciences > Pratique dans les classes en Sciences > Développer des compétences transversales à partir de la transmission du (...)
Publié : 9 décembre 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

Développer des compétences transversales à partir de la transmission du mouvement

0 vote

Compte-rendu d’un travail en CE2/CM1

Par Jean-Paul Laporte, maître formateur, école de la Sardagne, Cluses

Ce petit article relate un travail effectué dans ma classe de CE2/CM1 lorsque j’enseignais aux Ewües II à Cluses.
Le point de départ

Cela a commencé d’une manière inattendue. En promenade dans Cluses, nous nous sommes retrouvés vers l’ancienne usine "Carpano et Pons" devenue "Somfy" (photos 1 et 2).

Photo 1

Là, au bord de l’Arve, il reste deux "vestiges" de l’ancien barrage au fil de l’eau construit pour fournir du courant à l’entreprise.

Avec les enfants, nous les avons observés, étudiés. Ils sont très intéressants, car on y trouve un concentré des différentes transmissions de mouvements. Les enfants ont vite compris les liaisons et les rôles des pièces.

Photo 2

À l’école, nous avions commencé une activité sur le montage démontage d’objets en "Légo". J’ai donc construit quatre modèles en "Lego", reprenant chacun un type de transmission utilisé (photos 3 à 6). Une aide éducatrice a alors rassemblé dans un sachet, le matériel nécessaire à la construction d’un modèle.

Photo 3

Photo 4

Photo 5

Photo 6

Forme de travail et d’objectifs retenus

Les enfants étaient par deux. Tour à tour, ils avaient le rôle d’observateur puis celui de constructeur. L’observateur allait voir le modèle, l’étudiait, puis revenait à la table et donnait par oral les consignes de montage. Il n’avait pas le droit de toucher, de montrer les pièces. Les enfants ont dans un premier temps été très déstabilisés par cette forme de travail, puis petit à petit, ils l’ont intégrée et l’activité a pu se dérouler normalement. Ils ont aussi eu du mal à retrouver l’ordre de la construction. Au début, ils restaient longtemps face au modèle, de manière à mémoriser le plus de choses, mais lorsqu’ils retournaient vers leur camarade, les difficultés de montage faisaient qu’ils oubliaient vite ce qu’ils voulaient faire construire. Certains groupes ont alors compris qu’il valait mieux s’attacher à un point particulier du montage et progresser ainsi. Pour d’autres, le temps de réaction a été plus long, il a fallu les freiner et les guider dans leur observation. J’ai donc privilégié l’aspect transversal : le problème ne se situait pas totalement au niveau technologique. Je voulais qu’ils développent leur mémoire visuelle (observation de la pièce, démontage mental), la communication et l’écoute. Lorsqu’un groupe avait fini un modèle, il l’observait et étudiait la liaison entre les pièces ainsi que le rôle de chacun des composants. Puis il démontait le modèle et commençait une nouvelle construction. Nous avons alors mis en commun nos observations. Très vite, les enfants ont dit que pour que la transmission soit correcte il fallait qu’il y ait frottement. D’où l’importance des pièces de blocage que l’on retrouve sur chaque modèle. Ils ont aussi séparé les pièces qui servent à la transmission et celles qui sont utilisées pour l’ossature de la construction. La démultiplication et la surmultiplication ont aussi été étudiées, il suffisait d’intervertir les deux pignons. Pour que les enfants sentent la différence, j’ai proposé deux expériences : attacher à la ficelle deux blocs de "Lego" lestés, puis compter le nombre de tours effectués par le pignon entraîné en un tour de manivelle. Les enfants ont compris :

- que l’association petit pignon - grand pignon permettait de remonter les deux blocs lestés sans trop d’efforts mais lentement,

- alors que l’association grand petit permettait une vitesse supérieure, tout en nécessitant un plus grand effort. Nous avons cherché les applications dans la vie de ce phénomène et les enfants ont parlé du vélo. Sur le plat, ils associent grand pédalier + petit pignon pour aller plus vite, alors qu’en montée, ils passent sur petit pédalier + grand pignon pour limiter les efforts. Tout ceci a été consigné dans une trace écrite (cf. annexes).
Conclusion

Du point de vue des objectifs que je m’étais fixés, les enfants ont su réagir et trouver les réponses adaptées. J’ai aussi noté des progrès lors d’une nouvelle activité : démonter puis remonter un stylo-bille publicitaire. Lors de la première activité, ils avaient démonté mes objets, sans vraiment les observer, puis lors du remontage, les surprises étaient arrivées très vite et les enfants avaient été bloqués. Là, ils ont vraiment pris du temps pour l’observation, ils ont aussi acquis plus de rigueur et d’ordre : très peu de pièces ont été perdues (sur une vingtaine de stylos prêtés, un seul n’a pu être remonté car une pièce avait été perdue). Un autre travail de réinvestissement aurait été possible : montrer aux enfants une "boîte noire" avec le mode de transmission caché, seuls le début et la fin restant visibles. Aux enfants de trouver et de réaliser le mode de transmission adéquat.

Annexe 1

Annexe 2

Annexe 3

Annexe 4