Vous êtes ici : Accueil > Ressources en Sciences > Pratique dans les classes en Sciences > CHIC, DES POUX... !!!
Publié : 9 décembre 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

CHIC, DES POUX... !!!

0 vote

Il est toujours intéressant, pour un enseignant, de profiter d’un événement marquant lui permettant d’organiser une séquence d’apprentissage collant à l’actualité. Mais alors que certains phénomènes naturels ne se produisent qu’épisodiquement dans la carrière d’un enseignant (éclipses, tremblement de terre...), l’apparition des poux dans une école est un événement fréquent qui se reproduit (trop...) régulièrement... Plutôt que de laisser l’émoi gagner les enfants et les familles, c’est l’occasion d’entamer un travail pour mieux connaître cet animal, apprendre à s’en débarrasser et démystifier un certain nombre d’idées reçues.

Nous avons la chance d’avoir dans la classe un parent biologiste qui a pu apporter son concours. Nous verrons cependant que le travail est réalisable facilement, même sans l’aide d’un scientifique.

Cette séquence s’est déroulée dans une classe de CE2-CM1-CM2 comportant 28 élèves.

Tout au long de ce texte, nous illustrons les activités menées en reproduisant des extraits du cahier de trois élèves A, B et C respectivement en CE2, en CM1 et en CM2.

Photographies : © Muséum d’histoire naturelle de la ville de Genève, Jean Wuest. Les photos ont été réalisées au microscope électronique à balayage, à l’exception de celle qui est présentée en séance 1 (microscope optique).

Précisions scientifiques et éthiques...

• Les puces et les poux sont des insectes caractérisés par la présence de 6 pattes. Contrairement aux puces, les poux ne sautent pas.

• Les tiques ne sont pas des insectes, mais des arachnides. Ils ont 8 pattes, comme les araignées.

• Certains animaux ont très peu de petits dans leur vie mais ne courent pas de grands risques parce qu’ils ont peu de prédateurs et parce que leur milieu est prévisible. En revanche, les poux, comme la plupart des parasites, vivent dans des conditions difficiles et ne peuvent survivre que s’ils se reproduisent énormément. Ainsi, l’éradication de tous les poux d’une classe ou d’une école ne met pas l’espèce en péril.

Séance 1

• Le travail débute individuellement par une première phase destinée à recueillir les connaissances initiales des élèves et les questions qu’ils se posent. Des activités avaient été menées en début d’année sur la classification des animaux. C’est l’occasion de les réinvestir ici.

Les élèves doivent donc

- dessiner un pou tel qu’ils l’imaginent ;

- dire à quel autre animal il ressemble (CE2), ou à quelle classe il appartient (CM) ;

- écrire les questions qu’ils se posent sur cet animal.

Voir les productions : élève A , élève B et élève C .

• Les élèves se regroupent par cours, échangent leurs dessins et discutent de leurs hypothèses.

• Ils se relayent auprès du parent d’élève qui a amené une loupe binoculaire et des poux morts. Le travail se déroule individuellement en alternance avec d’autres activités en cours. Chacun écrit individuellement le résultat de ses observations (voir élève A , élève B et élève C ).

N.B. Pour mener l’activité sans loupe binoculaire, télécharger l’image d’un pou photographié au microscope optique en choisissant basse définition ou haute définition .

• On reprend collectivement la classification pour conclure : le pou est un insecte.

• On écoute l’exposé du papa scientifique. Les élèves prennent des notes de manière à produire ultérieurement un résumé de l’intervention. Cette activité n’est pas nouvelle : les élèves ont souvent eu l’occasion de s’entraîner à la prise de notes. Ils savent qu’ils doivent se borner à rédiger des parties de phrases courtes mais essentielles.

Séance 2

• Dans un premier temps, les élèves mettent individuellement leurs notes au propre. Voir élève A, élève B, élève C (les textes sont présentés ici avant correction de l’orthographe).

• Puis les CE2, par groupes de trois élèves, élaborent une frise de la vie d’un pou destinée à être soumise ultérieurement aux CM.

• Pendant ce temps les CM travaillent au résumé de l’exposé. Un plan est réalisé avec l’enseignante, puis les élèves se partagent les paragraphes et se mettent au travail par groupes de deux. Au niveau de la maîtrise de la langue, les élèves doivent définir le titre de leur paragraphe en nominalisant le verbe qui correspond à l’action : pondre/ ponte, naître/ naissance, etc.

• En fin de séance, on examine les frises proposées par les CE2. Le débat fait apparaître des améliorations possibles qui seront apportées lors d’une autre séance.

Séance 3

• Les CM se lisent, critiquent, améliorent et complètent leurs productions notamment par des recherches sur Internet. M. Mœschler nous conseille le site canadien dont les références figurent au début de cet article.

• Pour le trouver, les élèves utilisent un moteur de recherche et, comme mots clés, pou + Montréal. Les éléments qui constitueront la version finale sont décidés collectivement.

• Au cours des jours qui suivent, les élèves de CM se relayent à l’ordinateur chaque fois qu’ils en ont l’opportunité pour saisir la version définitive du paragraphe qu’ils ont en charge. Le travail dans son ensemble est imprimé, photocopié et rangé dans les cahiers.

• Les CE2 reprennent et améliorent leurs frises en tenant compte des propositions de la séance précédente.

Voir le résumé définitif des CM et la frise des CE2.

Séance 4

• En début de séance, les élèves viennent lire le paragraphe qu’ils ont élaboré devant la classe.

• Puis, à partir du dessin [1] d’un pou , les élèves s’entraînent au dessin d’observation. Pour cela la maîtresse les guide vers les observations caractéristiques : forme du thorax, de l’abdomen ; proportions tête/ thorax/ abdomen ; nombre de segments des pattes et de l’abdomen ; partie du corps sur lequel sont attachées les pattes. En s’aidant de l’échelle, quelques élèves déterminent la taille réelle du pou.

Voir le modèle du pou et les dessins des élèves A, B et C.

Séance 5

Les CE2 présentent leur frise aux CM. Afin de bien distinguer la vie d’un individu (qui se termine par sa mort) et le cycle de vie de l’espèce, trois frises sont affichées au tableau et décalées de manière à représenter la vie de trois générations successives.

Voir la photo des trois frises.

Conclusion

Cette séquence a permis aux élèves de travailler les notions et compétences suivantes prévues par les programmes du cycle 3.

- Stades de développement d’un être vivant : œuf, naissance, croissance, larve, jeune, âge adulte, mort.

- Cycle de vie d’une espèce à différencier de la vie de l’individu qui, inéluctablement, se termine par la mort.

- Un exemple de développement ovipare.

- Au plan lexical distinguer ce que les scientifiques appellent un « jeune » (individu n’étant pas en âge de procréer) du sens courant (adolescent).

- Relations entre les êtres vivants (notion de parasite).

- Exploitation de documents scientifiques adaptés.

- Recherche documentaire.

Témoignage du parent

« En qualité de parent d’élève, l’invitation qui m’a été faite de présenter un sujet en lien avec ma profession a été pour moi une expérience extrêmement enrichissante. Elle m’a permis tout à la fois, d’intervenir de manière active dans l’espace d’enseignement de mon enfant, de mieux comprendre comment l’école se fait aujourd’hui sans avoir la responsabilité du déroulement précis de la séquence qui incombe à l’enseignante. Ce type d’expérience est un moment à saisir pour tout parent et pour toute profession. »

Témoignage de l’enseignante

« En de nombreuses circonstances, l’aide des parents est un plus dans l’organisation et la conduite de certaines séquences. Ici, c’est la compétence scientifique du parent et le matériel qu’il a pu mettre à disposition (binoculaire, photos, ...) qui ont permis à la classe de bénéficier de ressources dont l’école ne dispose pas. Mais en d’autres circonstances, c’est le savoir faire d’un parent (réalisation technologique, aide informatique...), sa maîtrise d’une langue étrangère (ateliers en L.V.), etc. Je n’ai jamais eu de déconvenue. Je prends toujours un moment pour préciser la démarche que je prévois et en quoi leur présence sera utile. Tous s’y sont toujours inscrits. Et c’est un grand plaisir, non seulement pour le propre enfant du parent intervenant, mais aussi pour tous les élèves qui ont à cœur de montrer le travail qu’ils effectuent.

Et, pour terminer, une galerie de photos...

Portraits de poux

Les photographies sont prises au microscope électronique à balayage. Certaines sont légendées, d’autres ne le sont pas.

Les lentes : photo 1 - photo 2 - photo 3

Vue d’ensemble :photo 1 -photo 2 - photo 3

Vue de la partie antérieure : photo 1 - photo 2

Vue de la tête : photo 1 - photo 2

La patte

Le stylet