Vous êtes ici : Accueil > L’accueil des tout petits > L’enfant de 2 à 4 ans
Par : G R
Publié : 4 décembre 2004
Format PDF Enregistrer au format PDF

L’enfant de 2 à 4 ans

Par le Dr Isabelle Bourgeaux, médecin pédiatre exerçant en PMI

0 vote

A deux ans, les enfants ne sont plus des bébés, ils évoluent très vite et,en quelques semaines, peuvent avoir modifié de nombreux aspects de leurs conduites. Pour autant, cela ne signifie pas qu’ils puissent tous accepter facilement de devenir des écoliers.
Aussi, nous vous proposons de partager l’intervention de Mme BOURGEAUX Isabelle, médecin pédiatre exerçant en PMI ,effectuée lors du stage de formation continue intitulé "première scolarisation à l’école maternelle"
pour enrichir nos connaissances sur leurs capacités et leurs besoins physiologique et préciser nos pratiques avec les plus jeunes.

Introduction

Marie, Adrien, Wesley et les autres
Petites histoires de rentrée scolaire

Le développement psychomoteur

Motricité globale

- marche
* indépendante vers 13 à 14 mois ( 9 à 18 mois)
* entre 2 et 3 ans : perfectionnement de l’automatisation de la marche et utilisation des membres supérieurs à autre chose que l’équilibration
* maîtrise comparable à l’adulte vers 7 ans

- course
* début entre 2 et 3 ans
* maîtrise après 7 ans

- équilibre
* vers 3 ans :maintien correct de l’équilibre, quelques secondes, l’enfant se relève de la position accroupie de façon correcte et efficace
* équilibre en position debout comparable à celle de l’adulte vers 6 ans

- escalier
* 15éme mois : peut monter à 4 pattes
* 24éme mois ; peut monter seul sans la rampe
* 5 ans : peut descendre en alternant

- Conclusion : grandes différences possibles pouvant être liées à l’environnement (peu d’apprentissage moteur, peu d’expérimentation ) ou au caractère de l’enfant

Motricité fine

- le graphisme
* 3 ans : peut dessiner un rond
* 3 ½ ans : peut dessiner une croix
* 4 ans : peut dessiner un carré avec modèle
* 5 ans : peut dessiner un triangle
* 6 ans : peut dessiner un losange

Schéma corporel

- Connaissance que l’on a de soi en tant qu’être corporel c’est à dire :
* nos limites dans l’espace (morphologie)
* nos possibilités motrices (rapidité souplesse)
* nos possibilités d’expression à travers le corps (attitudes, mimiques)
* les perceptions des différentes parties de notre corps
* le niveau verbal des différents éléments corporels
* les possibilités de représentation que nous avons de notre corps (au point de vue mental ou au point de vue graphique)

- début d’acquisition vers 2-3 ans

- représentation graphique
* 3 ans bonhomme têtard
* 4 ½ ans bonhomme 3 parties
* 5 ½ ans bonhomme plus dynamique
-> détails vestimentaires
-> objets à l’extrémité du bras
* 7 - 8 ans bonhomme de profil

Latéralité

- déf. : préférence d’utilisation d’une des parties symétriques du corps : main, œil, oreille, jambe

- Causes
* Facteurs génétiques
* Facteurs neurologiques : asymétrie fonctionnelle cérébrale
* Facteurs sociaux et liés au milieu « gaucher contrarié »

- Distribution
* Main : 10% gaucher
-> 73% droitier
-> 9% mal affirmée
-> 8% ambidextre
* plus de garçons gauchers que de filles gauchères
* Latéralisation des garçons plus lente que celle des filles

- A partir de 4 ½ ans on peut individualiser neurologiquement le coté dominant, mais la latéralité est définitive à 7 ans.

L’utilisation de la main dominante est liée à la difficulté de la tache : plus l’activité est nouvelle difficile ou précise, plus la main dominante assurera le rôle actif
2 périodes d’instabilité dans l’évolution de la latéralisation manuelle : entre 2 et 3 ans puis entre 5 et 6 ans

- Dominance
* Oculaire : fixée vers 2 ½ ans
* Pédestre : visible entre 1 et 2 ans quand l’enfant commence à monter les escaliers.

Structuration spatiale

- Jusqu’à 7 ans l’enfant comprend les notions d’espace par rapport à lui et à son propre vécu
* Voisinage (prés, loin, contre)
* Séparation (trier des formes différentes)
* Ordre (aligner des objets)
* Entourage ou enveloppement (dedans, entre , …)

- Repères des acquisitions spatiales
* 4 ans
-> tri de formes, de grandeurs
-> jeux d’encastrement
-> orientation correcte des objets
* 5 ans discrimination visuelle des orientations simples
* 6 ans notion Gauche Droite sur lui
* 7 ans notion Gauche Droite sur une autre personne placée dans la même orientation que lui
* 8 - 9 ans
-> 1 ère notions de perspective
-> notion Gauche Droite en miroir (face à face) et sur n’importe quel objet dans n’importe quelle orientation.

Structuration temporelle

La notion de temps est une notion abstraite, complexe

- Avant 2 ans : essentiellement des repères physiologiques (repas, sommeil, …)
- Vers 2 ans : l’enfant comprend « bientôt »
- Vers 3 ans
-> L’enfant distingue
* Passé (« hier ») et présent ( « maintenant »)
* Présent(« tout à l’heure ») et avenir proche (« demain »)
-> L’enfant comprend :
* Vite, doucement
* Avant, après

- Vers 4 ans
-> L’enfant commence à se référer à des repères stables du temps objectif
-> L’enfant dit qu’il est plus grand qu’un enfant de 3 ans mais ne comprend pas la nuance « plus âgé »
-> L’enfant utilise : « avant » « après » et il est capable de distinguer et d’utiliser les termes « jour » et « nuit », « matin », « midi » et « soir »

- Entre 5 et 6 ans : il connaît les saisons et fait la différence entre 1 heure et 1 ou 2 minutes
- Entre 6 et 7 ans : il jongle avec les noms des jours de la semaine
- Entre 7 et 8 ans : il est capable d’utiliser un calendrier, sait qu’un mois c’est 4 semaines, connaît la succession des mois de l’année et commence à avoir quelques repères de date. (Noël, c’est en décembre)
- Vers 8 ans : il apprend les heures et peut lire une montre
- Vers 10 ans : il accède au temps impersonnel, c’est à dire qui ne se réfère pas à son propre vécu (notion d’histoire)

Développement neuro-sensoriel

Audition

- Opérationnelle dés la naissance

Vision

- Sensibilité au mouvement nature à 1 mois
- Champs visuel comparable à l’adulte vers 12 mois
- Acuité visuelle mature vers 4 ans
- Vision des contrastes égale à celle d’un adulte vers 13 ans
- Vision des couleurs équivalentes à l’adulte entre11 et 13 ans
- Anomalie de la vision des couleurs 8 à 10 % des garçons

Langage

Evolution chronologique

- 1 ère année
-> communication préverbale avec les proches
-> dés 2 éme mois : modulation de la voix et production des sons différents = babil
-> au 8 éme - 9 éme mois : redoublement des syllabes

- 2 éme année
->augmentation des phonèmes de la langue maternelle
premiers mots
->vers 2 ans : assemblage de 2 ou 3 mots

- 3 éme année
-> la plupart des phonèmes sont acquis
-> explosion du vocabulaire
-> acquisition des formes grammaticales

3 ans

c’est l’année de mise en place de l’essentiel des structures de la langue

- acquisitions phonétiques, la chaîne parlée
* avant 3 ans :
-> formes simplifiées
-> petite voix aiguë
-> débit rapide
* caractéristiques du langage
-> peu de consonnes sont prononcées
-> les consonnes difficiles sont manquantes ou déformées (f -v , s - z , ch-j )
-> le « r » est peu prononcé ou pas du tout
-> les doubles consonnes sont à peu prés absentes ( fl - fr - cr - tr )
-> les voyelles sont toutes prononcées mais pas forcément nettement
->mélange d’énoncés ressemblant au langage et de moment de jargon
->difficulté à enchaîner la prononciation de plusieurs syllabes

- lexique
* estimations (Lenneberg 1975)
-> 1 an quelques mots
-> 2 ans 270
-> 3 ans 900
-> 6 ans 2550
* un enfant comprend environ 5 fois plus de mots qu’il n’en dit
* les écarts individuels sont importants

- les 1 éres phrases : l’ordre des mots n’est pas toujours conforme à celui des phrases de l’adulte.

Le cap des 3 ans

- L’essentiel des structures de la langue est dessiné
- 2 progrès emblématiques
* le « je »
-> entrée officielle dans le monde de la grammaire avec les premiers réseau de ses règles
-> lourd de sens sur le plan psychologique (identité, schéma corporel)
* les questions
-> progrès linguistiques
-> curiosité intellectuelle, découverte du monde
En résumé à 3 ans, un enfant peut formuler à peu prés tout ce qu’il veut, il comprend l’essentiel des échanges de la vie courante, est capable de réduire une histoire, d’élaborer des phrases construites et à plusieurs façons de poser des questions

- Nécessité pour bien parler d’avoir :
* Une motricité normale
* Une intelligence normale
* Environnement familial et social « bain de langage »

- Apprentissage par interactions
* Enfants / adultes
* Enfant / enfant

- Pathologie
* Défaut de prononciation
* Retard de langage

Développement psycho affectif

- 2 ans - 5 ans : phase d’opposition
- 2ans - 6 ans phase du complexe d’Œdipe

La sociabilité

- 1 ére année : du sourire aux 1 ers contacts
* 2 mois : 1 er sourire
* entre 4 et 6 mois : sourire avec discernement (proches)
* 5 éme mois : différenciation des mimiques des adultes
* 6 mois : 1 er jeux alternatifs
* angoisse du 8 éme mois

- 1 à 3 ans : évolution de la subjectivité
* réactions émotionnelles
* peurs : animaux, orages, noir, étranger.
* période des oppositions, des crises de colére, de la volonté d’indépendance.

- 3 à 6 ans : principe de la réalité et importance des pairs
l’enfant devient conformiste
* 4 étapes
-> appropriation : les pairs ne sont que des objets
-> le jeu parallèle (3 ans) les enfants se recherchent mais jouent chacun à un jeu particulier. (peu d’organisation et de communication)
-> le jeu associatif (4 - 5 ans)
-> organisation de l’activité collective (6 -7 ans)

Confiance en soi et audace

- 1 ére année : sécurité de l’Amour
- 1 à 3 ans : anxiété et opposition (insécurité compensée par des attitudes maniaques et des rituels)
- 3 à 6 ans : de l’angoisse oedipienne à l’assurance de l’école
* le partage du parent de sexe opposé est vécu comme insécurisant
* ce drame enfantin se manifeste par des terreurs
nocturnes, des jeux symboliques, sadiques et brutaux et toutes sortes de fantaisies imaginaires
* le rôle des parents est essentiel à ce stade
* l’école maternelle est source d’indépendance, de confiance en soi, d’adaptabilité sociale, de curiosité intellectuelle

- de 6 à 9 ans : assurance du groupe et affirmation du soi

respect des limites et des consignes

- 1 ère année = 1 éres frustrations
cette période culmine vers 2 ½ ans lorsque l’écart entre les intentions de l’enfant et ses possibilités réelles est le plus marqué.

- 1 à 3 ans = compensations et limites

la créativité

- de 3 à 6 ans : importance du jeu symbolique et de l’imaginaire

Besoins physiologiques

Repas

- Equilibre alimentaire
- Problème de la phase d’opposition, de la phobie alimentaire

Sommeil

- Les rythmes quotidiens de vigilance
* Corrélation à l’heure du soleil
* 5 à 8h du matin : phase active
* 11h à 14h : phase de repli, de fatigue, de faibles performances physiques
* 17h à 20h : phase de haute vigilance
* 23h à 5h : phase de fatigue et de très faible vigilance (phase la moins active entre 2h et 5h de matin)

- le rythme biologique circadien = 25h

- le rythme sur 24 h est imposé par des facteurs sociaux et le rythme jour - nuit

- caractéristiques du sommeil à 3 ans
* réduction progressive du sommeil diurne
* difficultés au coucher car l’enfant
-> redoute la séparation
-> teste les limites
-> redoute les rêves et les cauchemars
* durée globale du sommeil de 13à 14h/jour, mais avec des variations importantes pouvant aller jusqu’à 2h de moins par nuit

- entre 3 et 4 ans : l’enfant commence à percevoir la différence entre le rêve et la réalité, sa vie et son imaginaire ; il aime les histoires de cauchemar,de rêves merveilleux, d’évasions nocturnes.

Propreté

Le contrôle des sphincters est possible dés 18 mois (sphincter anal avant le sphincter vésical)

- Acquisition de la propreté

* Le jour vers 2 à 2 ½ ans
* La nuit possible à partir de 2 ans et jusqu’à
6 ans


Docteur Isabelle Bourgeaux
Circonscription d’action médico-sociale
37A, Rue Jacques Arnaud
74300 Cluses
Tél 04 50 98 60 68