Histoire de caissier
Article mis en ligne le 19 décembre 2011
logo imprimer

Il était une fois un couple qui habitait au fin fond du Mali dans une petite maison. Le père travaillait chez Carrefour en tant que caissier et les gens n’étaient pas très aimables et polis mais le père des enfants ne se laissait pas faire :

— Bonjour, hé oh ! Bonjour !!!

Le client ne répond rien.

— Bon, si c’est ça je vais vous faire payer plus cher.

Le client pas content ne sachant le montant de ses achats ne paya pas le montant exact (Le montant était de 145 euros et le client ne paya que 116 euros et l’augmentation était de 49 euros.)Le père qui avait le montant sous les yeux alla porter plainte au bureau de police :

— Bonjour monsieur je viens porter plainte ; en fait je suis caissier et les clients ne me disent pas bonjour ni au revoir ni bonne journée et ça tous les jours et j’en ai marre !!!

— Écoutez monsieur nous irons voir demain mais je comprends votre situation, ce métier n’est pas évident et les gens ne doivent pas en rajouter une couche .

— Merci beaucoup monsieur l’agent, à demain.

En rentrant chez lui le père en parle à sa femme et elle donne son avis :

— Écoute, je pense que tu as bien réagi que tu as dit bonjour et non parce que tu n’as pas à faire d’augmentation de prix.

— J’ai tous les droits, puis si les gens ne sont pas aimables moi je ne le serais pas.

— Tu n’as pas tous les droits ce que tu as fait s’appelle du vol !!!

— C’est vrai mais j’en ai marre c’est ça à longueur de journée !!!

Le lendemain matin en allant au travail, il vit un policier à chaque caisse ouverte et pour chaque client qui ne disait pas bonjour ni au revoir ni bonne fin de journée, c’était 10 euros d’amende. Le client du jour précédent revient, le client ne dit pas bonjour, le policier réagit :

— Bonjour monsieur, 10 euros d’amende pour non respect du caissier.

Le client répondit :

— Ce caissier hier a voulu me faire payer une augmentation de prix.

— Mais ce n’est pas une raison pour ne pas dire bonjour, je verrai avec le caissier.

Le policier en parla avec le père :

— Monsieur les augmentations de prix sont interdites.

— Oui je le sais bien mais j’en ai marre monsieur l’agent tous les jours c’est la même chose !!!

— D’accord mais seulement de 15 euros.

— D’accord.


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

0 | 5

Les activités sportives des CM2B
le 26 juin 2012
Le grand passage
le 26 juin 2012
Loup blanc 9
le 26 juin 2012
Nuit 3
le 22 juin 2012
Nuit 2
le 22 juin 2012

Accés direct



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2019 © Ecole privée Les Cordeliers - Seynod - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.6
Hébergeur : Académie de Grenoble