Vous êtes ici : Accueil > Compte-rendus > Rencontre du 19/02/2014
Par : jmeynet
Publié : 25 mai 2014

Rencontre du 19/02/2014

La méthode naturelle de mathématiques

Présents : Agnès, Alexandra, Nathalie, Adeline, Karine, Pascale et Jack

Secrétaire de séance : Jack

Une séance très riche qui s’est prolongé par un repas coopératif
Thème principal : les mathématiques en pédagogie Freinet : la méthode naturelle de mathématiques, animé par Karine et Alexandra

Création mathématique : c’est l’équivalent du texte libre en français. A partir d’une consigne minimaliste, il s’agit pour les enfants de produire une création qui soit mathématiques :
« tu peux utiliser des traits, des signes, des chiffres. »
La géométrie est plus facile à investir de cette manière, mais on peut aussi l’écarter au bout d’un moment pour accéder à d’autres domaines
mathématiques.

Recherche mathématique : à partir des créations mathématiques produites par la classe, on en choisit une (vote ou autre) qui va être exploitée collectivement. Elle se trouve être le support d’une
réflexion collective qui va permettre l’élaboration d’un savoir, à partir des apports de chacun, des réinvestissements divers, …
Chacun va alors chercher à s’emparer de cette première production en
réalisant à son tour une nouvelle production pour essayer d’aller plus loin.

Il est difficile de se représenter cette démarche tant qu’on ne l’a pas vécue, c’est pourquoi nous avons regardé avec intérêt une vidéo tournée dans la classe de Karine (et numérisée par Alexandra)
qui nous présent une démarche de recherche et création mathématiques en classe de CP.
Moment de jubilation des élèves dans un travail d’élaboration collective, où chacun est complètement impliqué dans la tâche. La validation est effectuée par le groupe à l’unanimité. Tant que des incompréhensions subsistent, les échanges autour des représentations se succèdent, et
elles permettent à l’enseignant de percevoir les difficultés de chacun.
Un très beau moment de construction du savoir par le groupe.

Un fichier de travail méthodologique sur la maîtrise du dictionnaire en cycle 3

réalisé par Jack.
Ce fichier présente la particularité d’être construit par les élèves eux-mêmes à partir des dictionnaires présents dans la classe.

intérêts :

Plus de sens pour les enfants

Les élèves fabriquent chacun une fiche de travail et la signent. Ils intègrent bien la tâche
demandée. Ils pourront choisir de travailler sur une fiche réalisée par un camarade. On s’entraîne sur les dictionnaires de la classe qui seront utilisés en situation à d’autres moments.

Plus d’autonomie pour la classe
On apprend à fabriquer les outils dont on a besoin et non pas à dépendre de ce qui existe sur le marché des éditeurs. Autonomie financière.

Réalisation concrète

chaque enfant va choisir un dictionnaire et compléter une fiche préétablie en commençant par la correction. Les modèles de fiches sont disponibles sur la dropbox de l’ICEM74.

Deux séries sont actuellement opérationnelles, qui permettent de travailler les compétences suivantes :

- Chercher un mot connu

Il faut positionner un mot entre deux autres mots en utilisant l’ordre alphabétique. Il s’agit de se préparer à chercher un mot connu en utilisant comme repères les mots en haut à gauche et à droite de la double page du dictionnaire. L’enfant apprend ainsi à décider s’il faut chercher dans la double page ouverte, dans les pages
précédentes, ou dans les pages suivantes.

- Trouver rapidement un mot connu

Il faut trouver une dizaine de mots dans le dictionnaire et noter la page où ils se trouvent en moins de dix minutes.

Une application en calcul mental pour Cycle 2 et cycle3

Adeline nous présente son travail en lien avec un éditeur : Génération 5. Elle voudrait concevoir une application pour tablette et pc qui soit valorisante pour l’élève. La progression se ferait en 4 ceintures sur les deux niveaux (éviter les appellations classe pour les élèves en difficulté), avec des exercices par compétence. Elle voudrait quelque chose qui facilite l’évaluation pour le maître, donc avec des indications sur la démarche suivie par l’élève (utilisation de l’aide,
nombres d’essais, nombre d’exercices réussis,…). Elle nous demande de lui faire part de nos remarques pour l’aider à choisir les options les plus pertinentes dans la présentation du logiciel.

Pascal nous fait part de sa manière d’appréhender les nombres premiers et la notion de diviseurs à partir du rang pour aller à la cantine ( !). Avec la consigne : « Rangez –vous par groupes identiques ! » et selon le nombre d’élèves qui mangent à la cantine, les élèves
peuvent se ranger par deux, trois,… ou seulement en file indienne ou en tas du nombre complet (c’est un nombre premier).