Vous êtes ici : Accueil > Dans les classes > EVEREST - M. Vion et Mme Thiar - CE2 A > Année 2008 - 2009 > De l’architecture en CE2
Publié : 18 novembre 2008
Format PDF Enregistrer au format PDF

De l’architecture en CE2



Suite à notre visite de l’exposition d’architecture contemporaine au collège Paul Emile Victor, la classe a joué aux architectes grâce à des briques de lego.

Voici quelques créations :

Voici une tour réalisée par Mickael, Julie et Alexis.


Voici un immeuble réalisé par Mathieu, Chloé et Edouard.


Un pont difficile à faire tenir, érigé par Tess, Thomas Soret, Théo et Titouan.


Voici une usine ou un garage de pneus réalisé par Thomas Cheminal, Joseph, Ricci et Marion.

Voici le résultat de la deuxième séance, les 7 groupes ont pu achever et le résutat est plus abouti ! Bravo :

La maison-usine de Marion, Joseph et Ricci, il y a même des caméras de surveillance !

La cabane avec piscine de Tess, Titouan, Thomas et Théo, les quatre T.


La maison d’Alexandra, Léa et Déborah : les murs sont enfin droits et le toit est terminé. Ce n’est pas si facile !

Après la tour, voici le jardin d’enfants de Julie, Mickael et Alexis : marelle, tourniquet, terrain de foot...


Voici le nouvel immeuble de Cloé, Mathias, Théo et Pierre : il est plus haut que le précédent.


Voici la tour de Johanna, Marina et Valentine : très originale et qui penche un peu...


Voici l’immeuble très réussi de Mathieu, Edouard et Chloé. On croirait un palace !


Le prochain travail sera inspiré par ce tableau de François Puyplat.

Mais où suis-je ?
Photographie en couleur 2004 - 70 x 51
« Derrière l’évidence des objets visibles, il y a une présence. Le
personnage est important, c’est la toile vierge le matin, qui ne l’est plus
le soir. C’est du moins ce que je ressens quand je suis admis, dans ces
lieux. Comment ne pas être tétanisé et aveuglé ?
C’est pourquoi ce qu’aura vu mon appareil m’intéresse plus que mon
souvenir. Et ce que l’artiste écrit, par l’aspect graphologique et par les mots qu’il utilise, l’évoquera plus efficacement qu’un portrait. »
François Puyplat
Ici, il photographie un lieu et le soumet au regard de l’occupant. Celui-ci
va apprendre à voir ce qu’il n’a pas vu, à regarder et à montrer ce qu’il ne voit pas ou plus. Son ressenti face à ce décor qui, avec le recul , lui
parait vide et étranger le conduira à proposer un ré-aménagement plus
familier, plus chaleureux, plus accueillant.

CONCOURS DE TOURS EN PAPIER

Consigne : réaliser par groupe la plus haute tour en papier en 10 minutes. Ruban adhésif et colle interdits, ciseaux autorisés.