Par : Elisa
Publié : 20 janvier 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Asimbonanga (J. Clegg)

Lundi 13 Janvier 2014

Voilà ce que j’ai expliqué aux enfants pour la compréhension de cette chanson. Nous venions d’évoquer Nelson Mandela suite à la chanson "Né en 17" où il est question des noirs et blancs de Johannesburg. Nous avions abordé les questions de luttes pour l’égalité des hommes en Afrique du Sud et donc de l’apartheid.

SOURCE : Article du "Monde" du 09/08/2005
Enregistrée en 1986 en Afrique du Sud, l’année où Johnny Clegg donne son premier concert en France au festival Musiques métisses d’Angoulême, cette chanson est un acte ouvertement militant. La première dans l’histoire de la musique où le nom de Mandela est évoqué. Lors de sa sortie en Afrique du Sud, elle se voit immédiatement interdite sur les antennes. Dans les clubs, les salles où elle est interprétée à Johannesburg, certains quittent la salle, d’autres acquiescent en levant le poing, se souvient Christian Mousset, directeur de Musiques métisses, festival qui depuis sa création s’est s’inscrit comme l’un des fers de lance de la lutte anti-apartheid en France.

Condamné à la prison à vie en 1964 pour son opposition frontale à la ségrégation raciale institutionnalisée par le gouvernement sud-africain, Nelson Mandela est censé ne plus exister. Son nom même doit être oublié. "Nous ne l’avons pas vu" (traduction littérale d’Asimbonanga ), dit le refrain en zoulou, dont l’un des couplets (écrits, eux, en anglais) cite Steve Biko, Victoria Mxgengen, Neil Aggett, des militants de la lutte anti-apartheid assassinés.

"Il y avait plein de gens de la génération de Johnny Clegg qui savaient que Mandela existait, mais sans l’avoir jamais vu , raconte un proche du chanteur. La seule idée que l’on avait de lui, c’était l’île de Robben Island, à Cape Town, où il se trouvait enfermé." Dans Asimbonanga , Johnny Clegg reprend une phrase tirée d’une oeuvre de John Donne, poète et prédicateur anglais (1573-1631). "We are all islands" (nous sommes tous des îles), tous unis, car liés les uns aux autres par une même eau. Une mer que l’on va traverser un jour pour se retrouver, prédit le chanteur qui rêve d’un silence enfin brisé ("Broken silence is what I dream").

Je vous propose un lien vers une vidéo pour (re)écouter cette magnifique chanson :

clic