Vous êtes ici : Accueil > Formation des directeurs > Etudes de cas - formation Directeurs 2018
Par : Adtice
Publié : 5 avril 2000
Format PDF Enregistrer au format PDF

Etudes de cas - formation Directeurs 2018

2 votes

Pour préparer la première journée de votre formation, nous vous invitation à répondre, sous un format numérique en ligne, à quelques questions-situations-études de cas auxquelles sont ou peuvent être confrontés des directeurs.

Le questionnaire peut être anonyme, si vous le souhaitez.

Les membres du groupe départemental directeurs d’école s’appuieront sur l’ensemble des réponses apportées pour animer les ateliers du 23/04.

Merci pour votre participation.

Vous pouvez laisser ce champs vide si vous le souhaitez. Les réponses seront alors enregistrées anonymement. Cliquez sur la touche TABULATION ou dans les CASES DE SAISIE pour passer d'un champs à un autre.

Vous arrivez dans une école et vous constatez que les parents ne sont pas toujours les bienvenus. Vous mettez ce point à l’ordre du jour d’un conseil des maîtres.

Vous scolarisez une élève de couple séparé : la mère a la garde de l’enfant. En novembre, vos recevez un appel du père s’étonnant de ne pas recevoir d’éléments permettant d’apprécier la scolarité de l’enfant.

Une famille vient se plaindre au mois de mai de la perspective de redoublement de leur enfant. Son étonnement est d’autant plus grand que le relevé de notes donne une moyenne de 13/20.

Dans la classe de PS où enseigne madame D., un élève mord les autres, notamment dans la cour, sur le temps de récréation. Le directeur, à l’issue du conseil des maîtres, décide de mettre en place une équipe éducative à 17h, un vendredi soir, un mois après la rentrée des classes, le créneau horaire convenant à la famille qui demande à être éclairée sur le comportement de leur enfant. Or, madame D., la maîtresse de l’élève, refuse de se rendre à cette réunion, prétextant qu’elle se tient hors temps scolaire et que, par ailleurs, elle-même n’est pas concernée puisque l’élève ne perturbe pas la classe outre mesure. Cette enseignante a-t-elle raison ? Pourquoi ?

Un élève a écrit des injures au feutre indélébile sur un des murs. Le coupable est retrouvé. Vous exigez qu’il gratte l’inscription et vos le privez de récréation pendant deux semaines. Intervention furieuse des parents.

Vous organisez un animation scientifique avec participation financière des familles.

Madame N. enseigne depuis plusieurs années en CLIS1 dans une école élémentaire de 11 classes. Elle a en charge 12 élèves qui représentent des troubles du comportement divers et variés. Le groupe est très hétérogène. L’emploi du temps facilite leur intégration dans d’autres classes dites « ordinaires » de l’école, du CP au CM2. Leur projet individualisé et le projet e la CLIS prévoient cette ouverture dans le cadre du projet d’école. A la rentrée scolaire, une nouvelle enseignante de CE2, débutante, refuse de prendre en charge un élève autiste qui ne présente cependant pas de trouble de la conduite devant perturber la classe. Les raisons qu’elle invoque renvoient à son manque d’expérience, au fait qu’elle ne soit pas spécialisée et que les effectifs de la classe qu’elle a en charge sont trop importants (28 élèves). Sa position est-elle juste ? Pourquoi ?

Un enseignant a une classe très déséquilibrée (comportement, difficultés scolaires). On s’en aperçoit quinze jours après la rentrée.

Vous organisez une animation scientifique avec participation financière des familles.