Vous êtes ici : Accueil > Santé et sécurité > Santé des élèves > Accidents scolaires > Soigner un enfant
Par : Adtice
Publié : 10 janvier 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

Soigner un enfant

0 vote

SOINS ET URGENCES A L’ECOLE

Un protocole national sur l’organisation des soins et des urgences dans les écoles et les établissements publics locaux d’enseignement a été publié le 6 janvier 2000. Il apporte des informations générales pour une harmonisation des pratiques professionnelles et une clarification des modalités d’organisation des soins et des urgences dans les écoles et les établissements publics locaux d’enseignement.

Des consignes précises sur la conduite à tenir en cas d’urgence doivent être affichées.
Une ligne téléphonique permettant de contacter les services d’urgence doit être accessible en permanence.

En cas de scolarisation d’élèves atteints d’une maladie chronique ou de handicap, bénéficiant d’un projet d’accueil individualisé (PAI) ou d’une convention d’intégration, les médicaments prescrits doivent être à disposition du personnel de santé ou de l’adulte responsable et tous les matériels nécessaires doivent être disponibles dans l’infirmerie. Les médicaments inscrits sur le protocole d’urgence doivent être à l’infirmerie et dans la trousse de secours de l’enfant.

Toutes les écoles s’assurent le concours d’un service d’hospitalisation proche, susceptible d’accueillir les élèves en cas d’urgence.

Dans tous les cas graves, la famille est prévenue ainsi que le directeur d’école.

POUR SOIGNER UN ENFANT

Créer un registre de soins dans lequel on indiquera :
- La date et l’heure de l’évènement
- L’identité de l’enfant blessé
- La nature de la blessure
- La nature des soins, le nom des produits utilisés
- L’identité de l’adulte ayant prodigué les soins

Consignes générales :
- se laver les mains au savon
- mettre un ou des gant(s) en latex
- informer les parents (utiliser le formulaire)
Si besoin des services de secours :
- prévenir le Directeur
- faire le 15, le 18 ou le 112

NE JAMAIS PANIQUER, MAIS CALMER, RASSURER

Chutes :
Éloigner les spectateurs. Calmer.
Ne pas prononcer de paroles "pessimistes".
Craindre un traumatisme crânien ou un traumatisme vertébral.
- vérifier que l’enfant respire, qu’il est conscient
- vérifier qu’il n’y a pas eu de perte de connaissance même brève : demander à l’enfant son nom, lui faire raconter l’événement, lui faire exécuter un ordre simple (serre-moi la main, ouvre les yeux...)
- ne pas le relever soi-même
S’il se relève : - le soigner
- le surveiller : en cas de mouvements anormaux, de changement de comportement (excitation, apathie...)
vomissements, somnolence, pupilles dilatées
différemment à droite et à gauche, l’allonger et appeler
le 15
si l’état s’aggrave, rappeler le 15 pour tenir le SAMU au courant de l’évolution du blessé.

S’il ne se relève pas : - ne pas le relever soi-même
- Si inconscient : le mettre dans la position
latérale de sécurité en respectant
l’alignement de la colonne vertébrale
- le couvrir
- ne pas le laisser sans surveillance
- le rassurer
- appeler le 15

Plaies :
- Se laver les mains
- ne pas utiliser de coton hydrophile
- laver la plaie à l’eau et au savon de Marseille
- sécher (compresse non stérile)
- désinfecter avec des compresses même non stériles (Dakin stabilisé ou Hexomédine en solution) en nettoyant toujours du centre vers les bords
- couvrir la plaie avec un pansement (type "tricostéril" en bande à couper)
- ne jamais appliquer de pommade sur une plaie

Hématomes :
- utiliser la glace (interposer un linge entre la glace et la peau afin que le froid
ne "brûle" pas)
- laisser la glace 20 minutes

Saignements de nez :
- d’abord, faire moucher pour évacuer les caillots
- faire pencher la tête en avant et faire appuyer sur la narine avec l’index
- laisser le doigt 10 minutes
- Si le saignement reprend, refaire une compression locale de 10 minutes. Si le saignement persiste, appeler le 15

Chute de dent :
- faire rincer la bouche à l’eau
- dent provisoire ou définitive : - retrouver la dent ou le morceau cassé
- la faire garder dans la bouche (uniquement si l’enfant est grand) SINON
- mettre la dent dans un petit récipient fermé contenant du lait ou de la salive ou du sérum phy (ne pas garder la dent au sec)
(prévenir parents, ou le dentiste, ou faire le 15...)

Brûlures :
- laisser couler l’eau froide sans pression sur la brûlure 10 minutes.
- Si la surface brûlée est vaste, tempérer l’eau avec un peu d’eau tiède (risque de malaise)
- Une brûlure est jugée grave si sa surface dépasse la moitié de la paume de la main du blessé (le 15 en urgence)
- Si elle se situe au visage ou en zone de pli, appel du 15 toujours
- ne pas percer une éventuelle ampoule (entrée de microbes)

L’oeil :
- examiner à l’aide d’une lampe électrique
- laisser couler l’eau sur l’oeil un moment pour rincer
- ne jamais tenter d’ôter le corps étranger soi-même
- si le corps étranger reste : faire le 15 en urgence

Piqûres d’insectes :
- Le venins d’abeilles, guêpes, frelons est détruit par la chaleur. Chauffer une petite cuillère avec un briquet et tapoter la zone avec.
- Piqûre dans la bouche : téléphoner au 15 et faire sucer de la glace.

Traumatismes des membres, articulations :
- utiliser l’eau froide ou la glace
- en cas de suspicion d’entorse, faire un bandage (doigt : le solidariser aux
doigts voisins)
- suspicion de fracture : ne pas bouger l’enfant ou le membre soi-même
- prévenir les parents ou faire le 15
- on peut soulager le bras à l’aide d’une écharpe

Céphalées (maux de tête) :
- mettre l’enfant au calme, l’allonger
- si autres symptômes (fièvre) : appeler les parents

Corps inhalé :
si obstruction partielle : l’asseoir, le rassurer et le calmer ; composer le 15 (ne pas taper dans le dos)
- si obstruction totale (l’enfant ne tousse pas, ne parle pas, ne respire plus et
devient violacé) : Procéder à la manœuvre de Heimlich.
Auparavant, le sauveteur commence par donner 5 tapes dans le dos puis on passe à la manœuvre de Heimlich

• Se placer derrière la victime.
• Positionner un poing au niveau du
nombril.
• Recouvrir le poing avec l’autre main.
• Remonter le poing d’un coup sec vers
soi et vers le haut.
• Recommencer la manœuvre si nécessaire.

- Les gestes qui sauvent
- Conduites à tenir