Vous êtes ici : Accueil > Années passées > 2011-2012 > Les CM1-CM2 > Projets et sorties scolaires > Ecole et cinéma > le cerf-volant du bout du monde
Publié : 4 décembre 2011
Format PDF Enregistrer au format PDF

le cerf-volant du bout du monde

Apres avoir trouvé un cerf-volant appartenant à un jeune Chinois de douze ans, Pierrot et sa soeur Nicole vivent des aventures fantastiques à Pekin. Voici les premières impressions des élèves de CM après la projection du film Le cerf-volant du bout du monde...

Ca nous a fait penser à d’autres films :
- Léa pense au Petit Nicolas car on retrouve ici une petite bande de garçons qui se battent ;
- Aurélien pense au Magicien d’Oz lorsque Pierrot rêve et qu’il passe du monde réel au monde imaginaire ;
- Tristan et la maîtresse pensent à la guerre des boutons avec ses bandes de garçons qui aiment se bagarrer ;
- Camille pense à Karaté kid avec cette ambiance très chinoise ;

Ce que nous avons aimé :
- Aurore a aimé les caractères des garçons, le fait qu’ils soient bagarreurs. Elle a préféré les scènes où ils se poursuivent dans les petites rues de Paris ;
- Anaïs a aimé ces enfants qui s’entre-aident ;
- Léa a aimé que les enfants soient solidaires : sans ses amis, Pierrot n’arriverait pas à trouver son correspondant chinois ; elle a préféré le passage où Pierrot lit un poème ;
- Théo a aimé les couleurs, le côté chinois du film. Il a préféré le passage dramatique où Bébert brûle le message.
- Lola a préféré la partie du film où ça se passe en Chine car on n’entendait pas que du français ;
- Grégory a un petit peu aimé car il a trouvé bizarre ce rêve qui se passait en Chine !

Les propos de l’auteur :
- Il faut être solidaire, s’entre-aider.
- Les enfants se comprennent.
En Chine comme en France, des gamins de dix ans peuvent s’entendre, même s’ils ne parlent pas la même langue.
C’est ce que dit le poème de Pierrot :

Enfant de n’importe où

Si tu trouves cet oiseau

Regarde-le bien parce-que

Les enfants de partout

Ils ont toujours rêvé qu’un jour

Ils iraient ailleurs.

Toi qui as trouvé ce cerf-volant

Et puis la lettre qu’on a mise dedans,

J’espère que t’as notre âge.

On se comprend toujours mieux

Entre ceux qui ne sont pas très vieux.

Tu vas penser que t’aimerais bien venir et nous rencontrer,

Qu’on se connaisse

Et qu’on aille se marrer.

Eh bien, figure-toi que nous aussi.

Ce cerf-volant on l’a reçu

Et il venait de loin

Pour tout dire, il venait de Chine,

De Pékin !

Il paraît que là-bas le soleil vient souvent

Et les enfants sortent leurs cerfs-volants

Quand c’est jour de grand vent

Alors on est parti à la recherche de notre copain.

Pour trouver notre copain parmi

Tous les Chinois, c’était pas facile !

On s’est baladés parmi les enfants de notre âge

On a même appris des mots

Par exemple, Sié Sié

Ça veut dire merci.

Ça serait vraiment chouette

Si chaque enfant de chaque pays

Avait un copain dans les autres pays.

Un copain qu’il connaisse bien,

Parce que les copains on en trouve,

Mais c’est pas forcément celui qu’on cherche.

Le nôtre il s’appelait Song Siao Tsing.

Et pense un peu à ce moment

Où tu te retrouves avec ce copain !

D’abord il te regarde

Sans savoir que c’est toi qui as reçu sa lettre.

Et puis d’un coup, d’un signe d’amitié,

Il comprend et il se dit :

"Quelle bonne idée j’ai eue

De mettre ma lettre sous mon cerf-volant

Par un jour de grand vent."