Vous êtes ici : Accueil > Années passées > 2015-2016 > CM1-CM2 > l’histoire du lac
Publié : 7 octobre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

l’histoire du lac

Jeudi après-midi, Gilles nous a raconté l’histoire du lac.

Formation du lac : au début, il y avait deux lacs. Ces lacs se sont formés avec un glacier. Il a creusé un gros trou puis le glacier a fondu et ça a créé le lac.

Puis il y a eu les hommes de cromignons (Cro-Magnon). Gilles nous a dit les cromignons pour nous faire rire. On a inventé le premier bateau : un tronc d’arbre creusé. A l’époque des Cro-Magnon, le lac était 90 mètres plus haut qu’aujourd’hui. Les Cro-Magnon se déplaçaient tous les 4 ans donc pour que cela soit plus facile, ils ont construit plusieurs « bateaux troncs d’arbre ».

Ensuite, il y a eu les romains qui faisaient payer des taxes aux bateaux. Si les bateaux ne payaient pas les taxes, ils les faisaient couler avec les bateaux rapides (galères).

En 872, il y a eu un tsunami qui s’est formé à cause d’un éboulement qui a bloqué l’arrivée d’une rivière. La vague s’est ressentie jusqu’à Valence.

A l’époque de Louis XIV, il y a eu le plus grand piratage du lac. Dantal, bannie de la cour du roi, a su que 120 Louis d’or allaient passer avec un convoi en bas du lac. Alors Dantal a volé un bateau en haut du lac, il est descendu avec ses hommes. Il a attendu le convoi pendant toute une journée, il n’est pas passé, donc il est parti à Yvoire. Il a laissé deux de ses hommes pour voir si le convoi passait. Pendant ce temps, ils ont volé toutes les richesses de la ville d’Yvoire et ils ont détruit les villages. Le lendemain matin, il est retourné voir ses hommes, le convoi n’était pas encore passé. Lorsqu’il est enfin passé, ils ont attaqué, ont réussi à voler tous les Louis d’or et sont tranquillement repartis poser le bateau où ils l’avaient pris.

Beaucoup d’autres actes de piratage ont eu lieu pendant très longtemps sur le lac.

Gilles nous a raconté que même pendant la deuxième guerre mondiale, le lac avait servi à faire passer des gens qui étaient en danger, de la France à la Suisse. Mais certains passeurs n’étaient pas tous honnêtes et demandaient de l’argent, sans même déposer les gens du côté suisse. Ils les laissaient sur une autre rive française par exemple.

Oscar, Mélina, Raphaël K, Lilian

Portfolio automatique :