Vous êtes ici : Accueil > Le rendez-vous des parents > Le goûter à l’école > Quelques arguments contre les collations
Publié : 30 janvier 2006
Format PDF Enregistrer au format PDF

Quelques arguments contre les collations

Le goûter à l’école

2 votes

Quelques arguments contre les collations extraits :
- Des articles du Dr Julie Treppoz
- Du Comité de Nutrition de la Société Française de pédiatrie
- Du Ministère de la jeunesse, de l’éducation et de la recherche
- De l’AFSSA : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments

- Plus d’1 enfant sur 8 est obèse.

- Le comité de nutrition de la société française de pédiatrie a pris position contre la collation de 10 heures.

- Aucun nutritionniste ne conseille la collation.

- Un goûter systématique pour tous les enfants ne se justifie pas sous prétexte que beaucoup d’enfants ne prennent pas de petit déjeuner : ils sont moins de 10%.

- Le coup de barre de 11 heures est physiologique : la barre de céréales ou les chips n’y changeront rien. Il vaut mieux se coucher plus tôt. En effet la réalisation d’un jeûne de 48 heures a montré que le taux de sucre baissait progressivement et faiblement, restant dans les limites de la normalité en ne créant aucun malaise.

- La collation c’est des petites quantités, c’est sûr, mais c’est du grignotage et c’est ce qu’on cherche à supprimer en premier chez les obèses et c’est très difficile.

- On n’est pas obèse à cause de la collation, mais c’est un cumul de grignotage par-ci par-là qui conduit à un apport alimentaire qui devient supérieur à ce dont le corps a besoin d’où la prise de poids.

- Étant donné que la collation est prise 2 heures avant le repas, elle aboutit à déséquilibrer l’alimentation et à modifier les rythmes alimentaires (3 heures minimum entre les repas sont conseillées).

- Exemple d’un enfant qui petit déjeune à 7h30, goûte à 10, déjeune à 12h, goûte à 15h00, à 17 h en rentrant à la maison et dîne à 19 heure. soit 6 repas. On habitue nos ventres à ne jamais rester plus de 2 heures sans manger ce qui fait la joie des industries agro-alimentaires.

- La collation du matin à l’école de par sa composition, son horaire, son caractère systématique et indifférencié, n’est pas justifié et ne constitue pas une réponse adapté à l’absence de petit déjeuner

- Les habitudes alimentaires acquises au cours de l’enfance et de l’adolescence ont une influence majeure sur les comportements ultérieurs.

“N’oubliez pas de prêcher la bonne parole”, ce sont plein de petites graines qui finiront par germer !

Dr Sophie Treppoz