Manifestations
Les SII...
Ressources
Rechercher sur le site



Calendrier
Connexion...
 Liste des membres Membres : 697

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 4
Inclusion - TFC et technologie 2

Troubles des fonctions cognitives en Technologie : travail par compétences et prise en charge des besoins éducatifs particuliers des élèves d’ULIS.

« Cet article a pour objectif de proposer une aide pour l’accueil des élèves en situation de handicap dans nos classes en cours de Technologie. Le travail des besoins éducatifs particuliers des élèves d’Ulis doit être central dans leur inclusion en cours de technologie ». Dès lors, qu’elles procédures devons nous développer pour leur transmettre une compétence, les évaluer, travailler leurs besoins et gérer l’hétérogénéité de la classe ?

  1. L’apprentissage des compétences

L’ensemble de notre pédagogie en Technologie est maintenant tournée vers le travail par compétences depuis une dizaine d’années, mais il me semble important non pas d’en faire le bilan mais plutôt de le rendre plus lisible. En préambule, je vous propose d’en voir ses différents aspects.

1.1 Les Cinq manières d’aborder les compétences

Dans le Traité des sciences et des techniques de la Formation, coordonné par Philippe Carré et Pierre Caspar, Sandra Bélier propose cette définition de la compétence :


"la compétence permet d'agir et/ou de résoudre des problèmes professionnels de manière satisfaisante dans un contexte particulier, en mobilisant diverses capacités de manière intégrée".

ils réalisent ensuite une étude comparative des cinq manières d'aborder les compétences :

  • approche par les savoirs

  • approche par les savoir-faire

  • approche par les comportements et le savoir-être

  • approche par les savoirs, savoir-faire et savoir-être
  • approche par les compétences cognitives.

1.2 Les Six types de compétences

Guy le Boterf propose quant à lui une autre définition :

"La compétence est la mobilisation ou l'activation de plusieurs savoirs, dans une situation et un contexte donné".

Il distingue plusieurs types de compétences :

  • savoirs théoriques (savoir comprendre, savoir interpréter),
  • savoirs procéduraux (savoir comment procéder),
  • savoir-faire procéduraux (savoir procéder, savoir opérer),
  • savoir-faire expérientiels (savoir y faire, savoir se conduire),
  • savoir-faire sociaux (savoir se comporter, savoir se conduire),
  • savoir-faire cognitifs (savoir traiter de l'information, savoir raisonner, savoir 
nommer ce que l'on fait, savoir apprendre).

 

Plus ancienne, la définition proposée par Kartz distingue trois types de compétences.

  • les compétences conceptuelles (analyser, comprendre, agir de manière 
systémique)
  • les compétences techniques (méthodes, processus, procédures, techniques 
d'une spécialité)
  • les compétences humaines (dans les relations intra et interpersonnelles). 
Elle s'avère pratique car elle recoupe un découpage plus classique, qui décompose les compétences en savoirs, savoir-faire et savoir être.

Ainsi, selon la réflexion sur la compétence de Marc de Romainville, deux types de conception de la compétence s’opposent :

  • celle béhavioriste, qui est "synonyme de conduite, de comportements structurés en fonction d'un but, action, tâche spécifique, observable" et qui repose plus sur des savoirs et contenus de programme.

 

  • celle qui est synonyme "d’une potentialité intérieure, invisible, une capacité générative susceptible d'engendrer une infinité de conduites adéquates à une infinité de situations nouvelles". 
Cette notion de compétence traduit dans les politiques éducatives le choix de mettre l'accent sur les actions du sujet, voire sur son fonctionnement cognitif interne plus que sur les savoirs et les contenus de programme.

Ceci étant mis à plat quel sera la posture d’enseignement la plus pertinente pour l’enseignant afin de transmettre tout en accueillant divers public allant d’une classe hétérogène jusqu’au travail avec les élèves d’ULIS en situation de handicap.

1.3 Les compétences de l’enseignant

Il est important de faire le lien entre la façon de transmettre une compétence et la manière dont l’élève la perçoit car c’est a ce niveau que les entravent ainsi que la perte de sens pour nos élève s’effectue. Sachant que pour les élèves d’ULIS Troubles des fonctions cognitives

Deux auteurs, Marie-josée Barbot et Giovanni Camatarri déclinent les compétences de l'enseignant en quatre familles : 


1) compétence à analyser le contexte socio-culturel

2) compétences métacognitives ou compétence de médiation (fondamental pour nos élèves)

  • savoir favoriser l'auto centration de l'apprenant et l'identification de ses caractéristiques propres
  • élaborer l'activité pédagogique comme résolution de problèmes et non réception passive d'information privilégier la réflexion métacognitive
  • favoriser l'évocation des stratégies cognitives
  • proposer l’utilisation de matériel didactique adapté aux stratégies en 
laissant toujours le choix
  • savoir faire formuler et évaluer l’efficacité des stratégies mises en 
œuvre
  • savoir faire transférer.

3) compétences sémiotiques

4) compétences psychologiques et pédagogiques

  • compétences liées à la démarche de  « projet de compétences pour les élèves (séquence de cours) ».
  • relationnelles
compétences de concepteur de matériel

  • compétences en évaluation.

    Ainsi, notre stratégie de transmission de compétences doit s’appuyer sur  l’évocation de stratégie aux élèves, afin qu’il puissent établir des procédures, les  évaluer les identifier, privilégier la réflexion métacognitive et donc sur les savoir-faire cognitifs (savoir traiter de l'information, savoir raisonner, savoir 
nommer ce que l'on fait, savoir apprendre).

  1. L’accueil des élèves d’ULIS

 

Concernant l’accueil des élèves d’ULIS, il existe deux modalités : L’inclusion en classe de référence et l’intervention au sein du dispositif ULIS. Je traiterai plus particulièrement ici les modalités d’inclusion en classe de référence, l’intervention sera traitée ultérieurement dans un prochain article.

 

2.1 Rappel sur les fonctions cognitives

Voici un rappel sur les fonctions cognitives concernant les élèves d’ULIS TFC (voir revue ASSETEC n°48 et n°49 : Gérer le handicap en Technologie), la difficultés majeurs pour ses élèves et l’accès à l’abstraction, à l’établissement de procédures et la contextualisation des apprentissages. Ainsi, ils ont du mal à investir les enseignements et à avoir accès à l’implicite. Il faut donc rendre nos cours, démarches et enseignement de compétences explicite.

TFC10.png      

  1. Prise en compte du contexte des élèves

La prise en compte du contexte des élèves revient à s’adapter à leur zone proximale de développement.

TFC11.png

En effet, les élèves vont perpétuellement faire des erreurs liées aux différents contextes des questionnements, des activités et des moments du cours de Technologie. Il faut donc savoir interroger ses erreurs par l’utilisation de la métacognition (voir chapitre métacognition).

 

4. Procédure d’accueil en inclusion

Lors de la rentrée des classes, vous avez une liste d’élèves inscrits dans la classe, il se peut qu’en cours d’année vous accueilliez un élève du dispositif d’ULIS inscrit dans la classe mais non inclus depuis septembre. Rien de bien inquiétant car durant se temps d’absence, cet élève fut évaluer par l’enseignant(e) coordinateur (trice) de l’ULIS. Cette évaluation consiste à établir les Besoins éducatif particulier des élèves de l’ULIS et également de compléter le projet personnalisé de scolarisation avec les potentialités et difficultés tout en donnant des mesures de compensation de l’handicap. Fort de cette évaluation l’enseignant(e) coordinateur (trice) établi l’emploi du temps des élève de l’ULIS.

    Reste à savoir en quoi cette inclusion permet de travailler les BEP (besoins éducatifs particuliers de l’élève). Afin de voir plus clair, je vous propose les BEP pouvant être travaillés en cours de Technologie lors de l’accueil des élèves de l’ULIS. Cette liste n’est pas exhaustive mais traite des BEP liés au problème de l’abstraction des élèves. Deux possibilités, soit vous avez les BEP des élève et vous en choisissez 4 ou 5 pour l’année parmi ceux pouvant être travailler dans vos progression (Centre intérêt par  groupement de compétence du BO) ou bien, vous établissez vous même les BEP parmi la liste que je vous propose ci-dessous). Ainsi chaque centre d’intérêt en technologie pourra traiter des BEP spécifique pour chaque élève d’ULIS inscrit dans vos divisions.  Une question se pose, comment travailler une compétence pour l’ensemble de la classe et prendre en compte le travail des BEP pour un ou plusieurs élèves de l’ULIS inclus dans mon cours ?

TFC12.png

TFC13.png

Afin de répondre à cette question, il faut reprendre l’une des cinq manières d’aborder les compétences en adoptant l’approche par les compétences cognitives et les savoir-faire cognitifs (savoir traiter de l'information, savoir raisonner, savoir 
nommer ce que l'on fait, savoir apprendre).

Ainsi nous devons de par l’hétérogénéité de nos classes développer notre compétence métacognitive ou compétence de médiation (fondamental pour nos élèves)

  • élaborer l'activité pédagogique comme résolution de problèmes et non réception passive d'information privilégier la réflexion métacognitive
  • favoriser l'évocation des stratégies cognitives
TFC14.png

 

Autrement dit, nous devons apprendre à apprendre à nos élèves. En leurs faisant développer des stratégies des procédures et ne plus être donneur de leçons mais accompagnateur de savoir.

Christophe Minutolo
Option D : Troubles des fonctions cognitives
Enseignant en Technologie

Références :
BARBOT (M.J) et CAMATARRI (G), 1999, autonomie et apprentissage, l'innovation dans la formation, Paris, PUF.

Références :
DE ROMAINVILLE (M), 1998, L'étudiant - apprenant - grilles de lecture pour l'enseignant universitaire, De Boeck.

Références :
KATZ R.L., Skills of an effective administrator, Harvard Business Review, Vol. 51, 1974.

Références :
LE BOTERF (G), 1995, De la compétence, essai sur un attracteur étrange, Paris, Editions d'organisations.
LE BOTERF (G), 1997, compétence et navigation professionnelle, Paris, Editions d'organisation.

Références :
CARRE (P) et CASPAR (P), Traité des sciences et techniques de la formation Paris, Dunod, 1999
TFC15.png

 


Date de création : 15/04/2015 @ 14:25
Dernière modification : 15/04/2015 @ 14:51
Catégorie : Inclusion
Page lue 1841 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^