« Étudier la langue pour construire une posture réflexive en prenant la langue comme objet d’analyse. La mémorisation de règles hors contexte est inefficace, l’objectif est bien de faire réfléchir les élèves sur les normes, la pertinence et l’acceptabilité de telle ou telle production en lien avec les activités de lecture et d’écriture. L’étude de la langue construit et entretient ainsi une vigilance grammaticale et orthographique.» Projet de Programmes, réforme 2016

mediationLangue.png

Mais quelles activités mettre en œuvre permettant de faire émerger cette posture réflexive et de lui donner un statut dynamique de levier dans l'appropriation des apprentissages des élèves ? Nous proposons aux élèves de s'approprier la langue en la scénarisant et en la jouant devant la caméra. La narration joue le rôle de médiateur entre l'élève et le fait de langue. Le travail se réalise en groupe de trois élèves sur une durée de 4 à 5 heures jusqu'à la production filmique : la capsule sur la langue.

La démarche est articulée en trois étapes : travail à partir des productions écrites des élèves pour repérer les erreurs de langue, travail de correction avec analyse, échanges dans les groupes constitués et construction de la «leçon». Après validation des conclusions par l'enseignante, les élèves peuvent se lancer dans l'écriture d'une saynète mettant en scène le fait de langue étudié.

La difficulté majeure réside dans l'utilisation d'une boite à outils (vocabulaire grammatical minimal pour le cycle 3) dans l'écriture de la capsule. Après validation du projet de jeu théâtral, les élèves sont filmés: «Silence! On tourne» (2 heures par classe). Les meilleurs prises sont mises en ligne sur le Blog «Je t'apprendrai».

Les productions sont auto et co-évaluées par les élèves via des outils dédiés: boite à outils grammaticaux et cible de compétences. Cet espace numérique qu'est le blog «Je t'apprendrai» est à la disposition de tous les élèves de cycle 3 (9 écoles et 6 classes de 6èmes du collège Joseph Fontanet de Frontenex soit une population de 450 élèves sur le cycle). Si le projet permet l'implication tous les élèves y compris les "dyslexiques" ou public de l'enseignement adapté, la question de l'appropriation réelle du vocabulaire grammatical reste un enjeu capital comme le montre cette vidéo: les élèves s'expriment sur l'usage fait de la boite à outils dans leurs capsules de langue.

LangueLailaMethnaniBoiteOutils.JPG

C'est pourquoi, je proposerai, pour 2016-2017, de faire évoluer le projet en accord avec les professeurs du cycle 3 sur le secteur de Frontenex: «la langue sous la loupe». Il s'agira de proposer, en accompagnement personnalisé, des corpus de phrases pour faire émerger les régularités et les écarts à la norme sur un fait de langue prédéfini avec l'ensemble des enseignants. Les élèves seraient filmés, dans des formats très courts de deux à trois minutes, observant, émettant des hypothèses jusqu'aux conclusions , l'équivalent de la leçon. L'objectif sera de développer des chemins d'apprentissage qui ne passent par une leçon figée remise à l'élève mais plutôt par une co-construction des savoirs étayée par l'enseignant qui reste le garant de la progression des élèves en langue.

Ce projet s'inscrit dans une démarche d'expérimentation sur plusieurs années, vous retrouverez ici le compte-rendu 2015-2016 : Transformer la classe en un laboratoire de langue ?