Notation_Evaluation

au cours de l’année de Philosophie


Les notes de 0 à 20 :


00 Travail non réalisé (l’élève n’est plus admis en cours jusqu’à l’avoir fait).


01 Une affirmation gratuite.


02 Deux affirmations idem.


03 Juxtaposition d'affirmations.


04 Idem, avec apparition d'une connaissance.


05 Idem, avec apparition de plusieurs connaissances, ou d'une définition de la notion en question.


06 Première distinction conceptuelle (par ex. usage d'une opposition, d'un repère du programme).


07 Association de 05 et 06.


08 Problématique implicite. Apparition d'une argumentation.


09 Idem, avec une ébauche de construction.


10 Problématique explicite, avec une ébauche de construction.


11 Idem + connaissances assimilées.


12 Problématique explicite, développement AB construit et argumenté.


13 + travail de justification plus systématique des différents moments de la discussion.


14 + développement B construit et argumenté


15 + défense équilibrée de thèses contradictoires (thèse/thèse ou thèse/opinion)


16 Niveau de questionnement supérieur + TB construit et argumenté


17 + originalité 


18 Excellent, avec subsistance de problèmes rédactionnels ou organisationnels facilement surmontables.


19 Excellent, avec quelques fautes.


20 Excellent, sans la moindre faute.



Et les 7 éléments pris en compte dans l'évaluation de l'épreuve de philosophie au baccalauréat :

1. Que le candidat ait vu que le sujet soulevait un problème, qu'il ait formulé celui-ci et tenté de le résoudre.

2. Que la solution proposée repose sur une argumentation qui la justifie et non sur de simples affirmations.

3. Que l'argumentation soit construite et ne se réduise pas à une simple juxtaposition d'exemples ou de remarques.
[il n'existe pas de plan-type : l'absence de plan seule peut être sanctionnée ]

4. Que le candidat témoigne d'un minimum de connaissance sur le problème qu'il a choisi de traiter - que celle-ci soit issue du cours du professeur ou bien d'expériences et de lectures personnelles.

5. Que cette connaissance soit bien assimilée, qu'elle soit l'occasion d'une réflexion personnelle et non de la réplication d'un cours.

6. Que le candidat soit capable d'analyser correctement les notions et qu'il ait une maîtrise suffisante du vocabulaire qu'il emploie.

7. Enfin, que l'expression - destinée à convaincre - soit simple, claire et distincte.

©PR, 2004, MEN/OASIS/CE

RETOUR