Midi des métiers : masseur kinésithérapeute

Le Midi des Métiers a accueilli une maman d’élève qui exerce le métier de masseur kinésithérapeute.

Les élèves ont pu lui poser des questions concernant sa formation (quelles études faut-il faire ?), les avantages et les inconvénients de ce métier, les qualités nécessaires pour l’exercer.
Voici la fiche métier réalisée suite à son intervention.

Un plus de détails sur ce métier grâce à cette maman :

  • Il faut faire la différence entre les massages thérapeutiques (la personne a une ordonnance délivrée par son médecin car elle nécessite un soin) et les massages concernant le bien-être. L’esthéticienne a une clientèle et le masseur kiné une patientèle. Le "kiné" dépend de la sécurité sociale : ses soins sont remboursés
  • Le métier est soumis, comme pour les médecins, à un ordre : l’ordre des masseurs kinésithérapeutes, qui définit la déontologie du métier et délimite les droits et les devoirs de la profession.
  • S’il est conseillé de faire un bac S (scientifique), c’est qu’il faut obligatoirement une année post-bac soit une 1ère année de médecine (PACES), soit une 1ère année de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), soit une 1ère année de licence sciences de la vie. Il est donc nécessaire d’avoir des bases solides dans les matières scientifiques.
  • Un "kiné" peut exercer soit dans le secteur public et être salarié (hôpital, centre de rééducation), soit dans le privé en libéral (cabinet médical).
  • Un "kiné" travaille sur différentes sphères de notre corps : ORL, cardiovasculaire, gastro-entérologie, gynécologie...
  • L’un des intérêts de cette profession est qu’elle ne connaît pas le chômage. En effet, les écoles de kiné sont soumises à un numerus clausus qui fait qu’il ne peut y avoir plus de masseurs kinés que de postes à pourvoir.
  • L’autre intérêt est que ce métier permet d’évoluer quasiment constamment en fonction des domaines dans lesquels on se spécialise
  • Un "kiné" n’a pas le droit de faire de la publicité : la masso-kinésithérapie ne doit pas être pratiquée comme un commerce. Sont interdits tous procédés directs ou indirects de publicité sauf exceptions

En savoir plus : le site de l’ONISEP et le site des étudiants en kinésithérapie http://fnek.fr/les-etudes/

Un très grand merci aux parents qui ont accepté de participer à ce temps d’ouverture sur le monde professionnel !