La médiation par les pairs au collège George Sand : le souhait d’une équipe

Bousculades, insultes, vexations… Pas une récréation sans ces histoires. Et si, plutôt que de faire appel à un adulte, les élèves tentaient d’abord de régler les petits conflits entre eux grâce à un élève médiateur ?
Ce type de médiation est un moyen d’agir sur le climat de l’établissement. Partant du constat que de nombreux conflits mineurs ont lieu régulièrement et souhaitant lutter contre la violence et le harcèlement au collège, un groupe d’adultes (professeurs, assistants d’éducation, CPE, personnel ATOS…) a choisi de tenter l’aventure de la médiation par les pairs en se formant afin de former à leur tour les élèves.

Les objectifs pédagogiques de la médiation par les pairs :

  • Apprendre à se connaître, à connaître l’autre et à communiquer de manière empathique, à développer l’estime de soi.
  • Prendre conscience de la nécessité des règles, inscrites dans le règlement intérieur afin d’intégrer le rapport à la loi, le rapport au droit (la médiation n’excluant pas la sanction).
  • Apprendre à prévenir et gérer les conflits en s’appropriant les valeurs, les méthodes et les pratiques de la médiation.
  • Contribuer à une véritable éducation à la citoyenneté et au développement durable grâce à l’acquisition de compétences sociales.
  • S’approprier les connaissances et compétences du socle commun domaine 3 (la formation de la personne et du citoyen)

Genèse du projet :
L’idée de mettre en place cette médiation a germé lors d’une journée de formation de bassin CPE/professeurs documentalistes en 2015/2016. Mme Bourdillon, CPE au collège La Forêt de Saint-Genix-sur-Guiers, nous a fait part de son expérience et nous avons de suite été intéressées par ce projet. Après une visite dans l’établissement pour aller à la rencontre d’élèves médiateurs, nous avons été convaincues de l’intérêt pédagogique et citoyen de ce dispositif.
Nous avons donc pris contact avec une association habilitée par le ministère de l’Education nationale (AROEVEN) (association régionale des œuvres éducatives et de vacances de l’Education nationale) pour bénéficier d’une formation pour les adultes et les élèves intéressés. Dans un deuxième temps, nous avons sensibilisé les adultes de l’établissement pour mettre en place une équipe motivée par cette approche.
Une première formation des adultes a eu lieu le lundi 12 décembre 2016.
Nous en sommes à la phase de recrutement des élèves intéressés afin d’organiser leur première formation qui aura lieu courant mars 2017, formation à destination des adultes et des élèves intéressés. L’autre demi-journée de formation aura lieu en fin d’année scolaire.
Seuls les élèves volontaires de 6ème, 5ème et 4ème sont formés cette année afin d’assurer la pérennité de ce dispositif pour les années futures. Le nombre maximum d’élèves candidats à cette formation est de 20.
Les dates de formation sont les suivantes : le 1er jour de formation aura lieu le jeudi 30 mars 2017 (9h-12h 13h30-16h30), le 2ème jour le mardi 23 mai 2017 (9h-12h 13h30-16h30) et l’autre demi-journée le lundi 19 juin 2017 (13h30-16h30).

Les bénéfices de ce type de médiation ne sont pas perceptibles à court terme : il faut plusieurs années avant de pouvoir les évaluer.

Extraits d’un article consacré à la médiation par les pairs paru sur le site L’Etudiant :

Réflexions d’élèves dans des établissements ayant mis en place la médiation par les pairs : "La médiation au collège, c’est le fait de chercher à régler des conflits avec l’aide d’autres élèves". "Pas question de juger mais d’écouter et de reformuler, de façon à ce que chacun comprenne les motivations de l’autre". "Une médiation réussie, c’est du gagnant-gagnant"
Pourquoi demander à des collégiens de trouver des solutions à des problèmes d’insultes, de petites bagarres et autres provocations survenus entre collégiens ? "Parce que les adultes trouvent ces conflits dérisoires et n’y accordent qu’une oreille distraite" Alors même que pour ces jeunes, ils revêtent la plus haute importance.
"Un élève qui s’est fait insulter pendant la récréation ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé en classe. Au contraire, il en a tellement gros sur l’estomac qu’il est incapable de se concentrer sur les cours", poursuit la formatrice. Or, qui de mieux placés que d’autres collégiens pour saisir les nuances et les implications d’une dispute ?
Les élèves, surtout les "accusés", se sentent plus à l’aise de parler à leurs pairs, question de confiance. "Il faut dire que nous, on ne juge pas et on ne punit pas, la parole est plus libre"
Des "petits" conflits qui empoisonnent le quotidien

Les conflits qui relèvent de la médiation entre pairs ? Uniquement les "petits" : crachats, insultes, desserts subtilisés sur le plateau à la cantine, capuches tirées, bousculades, sac jeté… Des petits tracas, certes, mais qui nuisent au quotidien de nombreux collégiens.
Parfois, cependant, les personnalités des "médiés" ou la nature du conflit rendent difficile une médiation entre jeunes. Dans ce cas, on peut envisager une co-médiation, jeunes/adultes. L’idée est de laisser les élèves mener la médiation, l’adulte est là en renfort si la situation est bloquée ou si elle exige une forte prise de recul. Et quand vraiment le conflit est trop grave (harcèlement, rackets, délinquance…), ce sont directement les adultes qui s’en chargent.
Gérer un conflit, ça s’apprend
Pas question de se lancer dans la médiation sans passer par la case formation. Ça n’a rien de naturel de régler des conflits de façon non violente. L’objet de la formation ? Apprendre à mener une médiation en respectant bien toutes les étapes clés.
Pour se familiariser à l’exercice, une formation à destination des médiateurs collégiens aura lieu à telle date. Les élèves y apprennent à mieux se connaître, à identifier et à analyser leurs réactions face au conflit.
Autre aspect important de la formation : la gestion d’un entretien. Il doit reposer sur deux principes fondamentaux, l’écoute et la reformulation, pour s’assurer qu’on a bien compris les propos de l’autre. Cela suppose d’être capable de faire la distinction entre les faits et leur interprétation.
L’intérêt de devenir médiateur au collège ?
C’est encore ceux qui ont tenté l’expérience qui en parlent le mieux. Ainsi, quand on lui pose la question, Élise* répond d’emblée : "Pour apprendre à mieux me contrôler" lance cette petite blonde, qui en est déjà sa deuxième année de médiation.
Paul a été médiateur au collège Anne-Frank à Paris pendant quatre ans : "En étant médiateur, j’ai appris à être plus tolérant et j’ai pris confiance en moi"

Ce qui l’a motivé : J’étais curieux de voir comment des collégiens pouvaient régler des conflits qui concernaient d’autres élèves."

Ce que ça lui apporte : "J’ai appris à être plus tolérant. À force de médiations réussies et de conflits réglés, j’ai pris confiance en moi. Je me sens de moins en moins timide. La formation à la médiation m’est utile en dehors du collège, pour désamorcer des conflits entre mes amis par exemple."

Les qualités du médiateur selon lui : "Être à l’écoute. Si on n’écoute pas les ‘médiés’, on ne peut pas comprendre leurs conflits. Il faut également être impartial et pour cela, ne pas juger !"

Ce qui lui plaît le plus dans la médiation : "La confiance témoignée par les ‘médiés’. C’est inestimable ! Quel plaisir de les voir se détendre et sourire quand arrive la fin de la séance. J’aime particulièrement ce moment, c’est la preuve que la médiation a réussi. J’aime aussi l’idée d’être utile. En quatre ans, l’ambiance s’est considérablement améliorée au collège grâce à la médiation. Ça me rend fier !"

Le médiateur est-il un fayot ? "Les collégiens comprennent très vite que le médiateur est là pour les aider et non les juger. La médiation permet d’éviter que des conflits ne
dégénèrent, tout le monde y trouve son intérêt, à commencer par ceux qui ont l’insulte facile."
http://www.letudiant.fr/college/3e/devenir-mediateur-au-college-pourquoi-pas-vous/de-l-interet-de-devenir-mediateur-dans-votre-college.html