Retour sur la liaison ECOLES-COLLEGE 2015-2016

CP-CM1-CM2 Ecole du Chat Perché/CP-CE-CM Ecole de Bourdeau/6 A Collège George Sand

Après la traditionnelle matinée onusienne de la Paix en septembre Place St Léger qui permet de lancer la première rencontre et le travail commun –cette année, Hiroshima, 70ème anniversaire–, chaque classe a développé en concertation des initiatives de sensibilisation autour de thématiques fédératrices ‘Enjeux Climatiques, Citoyenneté Internationale et Solidarité au service de la Paix’.

Avec le concours de Sarah Toczek de Pays de Savoie Solidaires, une après-midi de restitution et d’échanges entre 120 jeunes du CP à la 4ème a été organisée le 8 avril dernier à La Traverse au Bourget-du-Lac. Tous les espaces disponibles de la salle bourgetaine ont été occupés :

Hall d’entrée – Les 2 CP de Mmes Bernès et Joly-Bender ont mis en scène deux contes aux messages forts à faire découvrir à l’autre classe. Le troc, le partage et la solidarité pour l’école du Chat Perché à partir du texte ‘Ah ! Quelle soupe, les amis !’ (Alain Serres) et la tolérance pour l’école de Bourdeau avec ‘Plus haut que le ciel’ (Carl Norac).

Gymnase – 3 classes/4 groupes (CM1/2-CM2-6 A) ont participé à des ateliers-jeux animés par Mmes Guillermin, Planes, Toczek et Durand aidées de Mmes Maffre, Secco et Mugnier et de tout un groupe de bénévoles. Thèmes choisis : ‘La Rivière du Doute’, débat philosophique (Paix), ‘Mon Empreinte Ecologique’, ‘Un Pas en Avant : l’Eau’ et ‘Les défis du Colibri’ sur fond de développement durable.

Salle de spectacles – Les 20 élèves de 4ème B+E ont présenté ‘Carbon Blues’ aux plus jeunes en milieu d’après-midi. Spectacle redonné le soir à un public plus large.

Parallèlement, une exposition des réalisations des élèves a pu être montée dans le hall d’entrée de La Traverse. Un gros travail autour d’Hiroshima (Classes du Bourget et 6 A avec M. Olivier Taillefer en arts plastiques), construction d’une maquette de bombe et colombes (Le Chat Perché), arbres de paix, de vie (Bourdeau) et origami (par tous à travers la symbolique de la grue couronnée du Japon)…

Lecture et production de textes en français et en anglais en amont, travail artistique, interaction entre jeunes d’une part, entre enseignantes et bénévoles d’autre part, ont donné à cette version 2015/2016 une dimension forte, porteuse d’espoir dans un monde en recherche de sens.

Juin 2016 - Annick Durand pour le collectif.