Nous sommes des historiens.

Nous sommes fiers que notre collège porte le nom de George Sand, une femme écrivain qui a osé au XIXème siècle s’affirmer à une époque où l’homme dominait la femme et où il était difficile, voire impossible pour cette dernière d’envisager la publication d’un roman.

Aurore Dupin baronne Dudevant, dite George Sand (1804-1876 )
Photographie de Félix Nadar prise en 1864
Source : Library of Congress, LC-USZ62-85037



Si notre collège porte son nom c’est aussi parce que George Sand est venue en Savoie visiter la maison des Charmettes à Chambéry. Sur les traces de Jean-Jacques Rousseau, elle esquissera même quelques croquis de la demeure.

"Les Charmettes sont donc bien à moi à présent, avec cet agrément que d’autres en ont le soin et la responsabilité, et avec la certitude que l’on tient à les conserver telles qu’elles sont ; je sais dans quelle allée du jardin je trouverai les plantes que j’ai rapportées, je connais celles des terrains environnants, je sais les pierres du chemin, j’ai dans le cerveau la maison photographiée, je connais le dessin des dessus de porte du salon et les notes que chante encore l’épinette. Mais de quoi me servirait d’avoir fait grande attention à tout, si je n’avais pas été ému par ce je ne sais quoi qui ne s’emporte pas matériellement, et qui seul donne de la valeur et de la vie aux choses emportées ?" George Sand in "A propos des Charmettes", 1863

"Le lac du Bourget est un adorable miroir encadré de montagnes assez élevées et d’ un aspect à la fois sauvage et doux ". George Sand in "Carnet de voyage"30 mai 1861

  • Elle visitera également le château de Bourdeau, qui rebaptisé Turdy sera le cadre de son roman « Mademoiselle la Quintinie ».

« Tu connais ce beau pays de Savoie, je ne sais si tu te rappelles cette localité, tout ce rivage du lac, du côté que ferme à pic la chaîne des mont du Tchat, du chat en langue vulgaire. (…) Arrivés à Turdy, nous nous sommes trouvés tout d’ un coup sur la terrasse formée par le vaste sommet du massif carré du vieux château .De là on domine tout le lac, long, étroit,sinueux et ressemblant à un large fleuve du Nouveau-Monde ; mais quel fleuve a cette transparence de saphir et ces miroitements irisés ? » George Sand in "Mademoiselle la Quintinie" 1863