PREMIERE GUERRE MONDIALE :
LES MONUMENTS DE LA GRANDE GUERRE.



A l'occasion du 80ème anniversaire de la bataille de Verdun, les élèves de la classe de 3°5 du Collège Arthur Rimbaud ont choisi d'étudier, sous l'égide de Madame Balmens, les monuments aux morts de leurs communes.
Nous sommes donc allés dans nos mairies, individuellement ou en groupe, à la recherche d'informations et de documents. Malgré quelques difficultés rencontrées, nous sommes tous parvenus à obtenir des renseignements.

Voici chacune de nos communes :


DES MONUMENTS A LA GLOIRE DES COMBATTANTS : VULBENS JONZIER-EPAGNY
Ces deux communes ont choisi de représenter sur leur monument, le patriotisme grâce à une effigie du soldat de la Première Guerre Mondiale (le fameux poilu).


LES MONUMENTS FUNERAIRES
Les monuments funéraires des communes de Dingy, Feigères, Savigny et Valleiry sont une commémoration simple en l'honneur de leurs morts de la grande guerre.


LE CHABLE-BEAUMONT : LA COMMUNE LA PLUS PATRIOTIQUE
Les deux monuments que nous allons vous présenter, sont des monuments aux morts civiques et patriotiques.



MONUMENTS PATRIOTIQUES ET REPUBLICAINS : VIRY ET NEYDENS
Ces deux monuments nous présentent deux symboles de la République Française : Marianne et le Coq Gaulois.


MONUMENT DE SAINT JULIEN EN GENEVOIS
Monument aux Morts de Saint-JulienLocalisé devant l'hôtel de ville, il date de 1922 . C'est le monument le plus complexe de notre étude, il est porteur d'une quadruple signification :
- par la présence du poilu à son sommet, il commémore la victoire de nos soldats, c'est donc un monument patriotique.
- par celle du soldat révolutionnaire de 1792, le monument devient républicain.
- par la présence attentive de l'écolier assis sur les marches, un livre d'histoire sur les genoux, le monument devient civique.
- la liste des noms des morts de la commune lui confère enfin une fonction funéraire.



A L'ISSUE DE L'ETUDE COMPARATIVE DES MONUMENTS DE NOS COMMUNES, NOUS POUVONS FAIRE UN CERTAIN NOMBRE DE REMARQUES

Les monuments nous font prendre conscience de la barbarie de la grande guerre. Généralement, le nombre de morts correspond à 10% de la population de la commune, si l'on exclut les femmes, les enfants et ceux qui n'ont pas participé au conflit. Peu de nos soldats sont revenus.
Cette étude nous a permis de nous renseigner sur la vie communale. Certains monuments portent le nom de celui qui a donné le terrain; ex: Feigères.
Les monuments ont été élaborés après décision du conseil municipal. Exemple de délibérations du conseil municipal.
Les monuments sont aussi un enjeu économique et financier. Exemple : marché de gré à gré.
Ils nous renseignent aussi sur les rapports de l'Etat et de la commune. L'épisode de Beaumont est ainsi trés révélateur : le préfet avait refusé l'installation d'une plaque commémorative dans la salle communale car sur la plaque était gravée une croix religieuse. Elle fut donc placée dans l'église. Dans le contexte anticlérical de l'époque, les autorités de l'état ont donc refusé un symbole religieux dans un bâtiment public.
Ces monuments de la Grande Guerre ont aussi servi pour la commération de la Seconde Guerre Mondiale, celle d'Algérie dans certains cas. Même si aujourd'hui les défilés autour de ces monuments s'amenuisent (peu de concitoyens participent aux cérémonies du 11 Novembre et du 8 Mai ), ils demeurent donc malgré tout au cur de notre patrimoine communal.






Mise en page : Françoise André
Mise à jour : 26/10/98