CHAP IV: PUISSANCE ET ENERGIE ELECTRIQUES

 

1) La puissance nominale

 

Les constructeurs indiquent sur les appareils ménagers la puissance électrique nécessaires à leur bon fonctionnement : c’est la puissance nominale. L’unité de puissance est le watt (W).

 

2) La puissance électrique

 

On montre que le produit de la tension appliquée à une lampe par le courant qui la traverse est proche de la puissance nominale.

 

Dans le cas d’un dipôle ohmique (« résistance »), la puissance P reçue est égale au produit de la tension efficace U entre ses bornes par le courant I qui le traverse :

P = U x I

Cette relation s’applique avec une bonne approximation à de nombreux appareils électroménagers.

 

 

3) Le coupe-circuit

 

Le passage du courant dans un conducteur provoque l’échauffement de celui-ci. Si cet échauffement est trop important, le conducteur peut être endommagé et il y a risque d’incendie. Les constructeurs indiquent une valeur maximale de courant qui peut traverser un câble sans l’endommager.

 

Il y a surintensité dans une installation électrique si le courant dépasse la valeur de sécurité. Dans ce cas, afin de protéger l’installation, des coupe-circuits adaptés ouvrent le circuit.

 

Schéma d’une installation électrique

 

 

4) L’énergie électrique

 

Les appareils électriques reçoivent de l’énergie électrique et la convertissent sous différentes formes : énergie thermique, énergie lumineuse, énergie de mouvement…

L’énergie électrique transférée à un appareil dépend de la durée de son fonctionnement et de la puissance de l’appareil.

L’énergie électrique E transférée pendant une durée t à un appareil de puissance nominale P est donnée par la relation :

 

E=P x t

 

Cette énergie s’exprime en Joules (J) si la puissance est en watts (W) et le temps en secondes (s).

On utilise aussi le kilowattheure (kWh) si la puissance est en kilowatt (kW) et le temps en heures (h).